Compte-rendu de lecture : La France en Chine (1843-1943)

Compte-rendu de lecture sur l’ouvrage publié sous la direction de Jacques WEBER, La France en Chine (1843-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997.

Créé en 1968, le CRHMA (Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique), devenu CRHIA (Centre de recherches en Histoire internationale et atlantique) en 2004, constitue la principale structure de recherche de l’UFR Histoire, histoire de l’art et archéologie de l’Université de Nantes. L’équipe d’accueil a été créée le 14 juin 1968 sous le nom de Centre de Recherches sur la France Atlantique. En 1984, il est devenu le CRHMA avant de prendre enfin, dans le contrat quadriennal 2004-2007, l’appellation de CRHIA. Il a été dirigé par Jean-Pierre Bois de 1999 à 2005 puis par Michel Catala, professeur d’histoire contemporaine, élu en mai 2005. Il s’agit d’un Centre de recherches en histoire des relations internationales, ouvert à tout ce qui se rapporte aux identités régionales et aux géostratégies dans le monde atlantique. Élargies à l’histoire militaire et à l’histoire maritime, ses études s’intéressent principalement au domaine atlantique et à l’histoire de la côte atlantique de l’Europe.

Devenue objet d’étude dès la fin de la Seconde Guerre mondiale sous l’impulsion de Jacques Godechot avec son concept de « révolution atlantiste » et l’historien américain Robert Roswell Palmer, l’histoire de l’espace atlantique s’est progressivement imposée comme le lieu d’une rénovation historiographique de premier ordre. Le courant de l’Atlantic History a ainsi éclairé d’un jour nouveau la construction des sociétés atlantiques à travers les relations tissées dans la longue durée entre les différents continents. Si l’histoire internationale se trouve privilégiée à Nantes, c’est surtout en raison de son passé de grand port colonial en relation avec les Antilles, l’Afrique occidentale, l’Océan Indien et la Chine. Cet héritage historique induit une large ouverture sur l’histoire des relations internationales et sur l’histoire maritime ainsi que sur leurs interactions réciproques. Les historiens nantais, tout en mettant leurs recherches en accord avec les spécificités historiques de leur ville et de leur région, travaillent dans trois directions principales : l’évolution historique de l’Ouest atlantique, les relations internationales ainsi que l’histoire diplomatique et militaire. Pour cela, ils s’appuient prioritairement sur les ressources des deux grands dépôts d’archives de la ville : d’une part, les Archives Départementales de Loire-Atlantique, dont les ressources peuvent être complétées par les ressources propres des Archives municipales, celles des trois musées de la ville, des dépôts départementaux voisins ainsi que par les ressources des deux grands centres parisiens, le Centre Historique des Archives Nationales et la Bibliothèque nationale de France. D’autre part, le Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, ouvert en 1987, conserve les fonds rapatriés des ambassades et postes diplomatiques français à l’étranger, les archives des protectorats du Maroc et de la Tunisie, celles du mandat Syrie-Liban et diverses séries de l’administration centrale.

Celles rapatriées des divers consulats implantés en Chine à partir du milieu du XIXe siècle constituent un fonds particulièrement riche et ont suscité, de la part des chercheurs, un véritable regain d’intérêt pour le pays et pour les relations franco-chinoises. C’est le cas de l’historien Jacques Weber, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Nantes et spécialiste de l’Asie orientale. Même s’il a beaucoup écrit sur les relations internationales en Asie du Sud depuis 1947, ses recherches portent principalement sur l’Inde durant la période coloniale et plus particulièrement sur l’Inde française, les relations entre la France et l’Inde du XVIIe au XXe siècle, les Missions en Inde et l’émigration indienne vers les colonies françaises ainsi que, d’une manière plus générale, sur les politiques indigènes de la France dans ses colonies de 1870 à 1962.

C’est dans cette optique qu’est entreprise, sous sa direction, la publication d’un ouvrage de synthèse sur la présence française en Chine de 1843 à 1943, c’est-à-dire de l’installation d’un consulat à Macao qui marque la naissance du réseau diplomatique français jusqu’à la rétrocession des concessions par le gouvernement de Vichy en juillet 1943. Regroupant une quinzaine d’articles rédigés par différents chercheurs, ces derniers tentent, à la lumière des sources diplomatiques accessibles depuis 1987, d’esquisser une première approche des relations entre la France et la Chine durant ce siècle de présence en brossant un portrait général des entreprises françaises, de leurs objectifs, de leur réalisation concrète et de leur réception au sein de la société chinoise. Outre la description des différentes facettes de la présence française en Chine, on y trouve, de surcroît, une mise en évidence des contradictions et des hésitations quant à l’orientation générale de la diplomatie française.

  1. Apports historiques : présentation et problématisation générale

    1. La France en Chine : une action multiforme

Pour aborder la question de la présence française en Chine, Jacques Weber a choisi d’organiser les différentes problématiques autour de trois axes majeurs que sont l’action culturelle, l’action commerciale et l’action diplomatique. Agissant le plus souvent en totale synergie, il semble extrêmement difficile de dissocier chacune de ces trois composantes ; elles apparaissent d’ailleurs toutes de manière plus ou moins évidente dans chacun des cinq chapitres que comporte l’ouvrage.

L’action culturelle, tout d’abord, représente un aspect des plus saillants de la présence française en Chine si ce n’est l’aspect prédominant. En effet, à travers l’action des missionnaires à laquelle est consacrée tout le premier chapitre, on peut lire une part importante de la politique et de la diplomatie française en Chine. Cela tient principalement au monopole tacite que la France obtient, au lendemain de la seconde guerre de l’Opium, en octobre 1860, sur l’évangélisation et la protection des catholiques sur le territoire chinois. Comme le montre Chris Guignet dans son article « Le protectorat religieux français en Chine. Le cas des Missions du Huan, Hubei et Henan (1842-1911) », la question du protectorat religieux français en Chine est plus politique que religieuse puisqu’elle permet à la France d’affirmer sa présence économique, politique, morale et culturelle auprès des autorités chinoises. Pascal Collineau, dans l’article « Les missionnaires agents de l’influence française : l’exemple du problème politico-missionnaire au Sichuan » va encore plus loin en tentant d’analyser le lien et l’évolution du rapport entre le missionnaire et sa patrie. Bien que représentant un agent actif de l’impérialisme français et du jeu « politico-missionnaire » selon l’expression de Collineau, le rôle du missionnaire ne doit cependant pas être perçu uniquement à travers ce prisme d’étude. L’idée-force de Collineau est justement de montrer qu’influence française et influence catholique ne se superposent pas aussi parfaitement qu’on pourrait le croire. Les années 1920 constituent, pour lui, le véritable point de rupture entre diplomates et missionnaires qui ne fait que s’accentuer au point, qu’à la veille de l’invasion japonaise en 1937, elle semble irréversible, les diplomates considérant toute oeuvre missionnaire inutile et même contraire aux intérêts de la puissance protectrice. Outre ce manque de soutien, l’activité évangélisatrice se trouve confrontée à deux entraves majeures : des freins d’ordre culturels, d’une part, avec une certaine incompatibilité entre la religion catholique et les valeurs ancestrales chinoises ainsi qu’avec le problème de la barrière linguistique ; d’autre part, le contexte politique et social du pays, particulièrement agité, n’est pas pour faciliter la tâche des missionnaires qui, pris entre famines et guerres, se trouvent régulièrement victimes de pillages ou de massacres, notamment au Sichuan de 1898 à 1902.

La présence culturelle française ne se limite cependant pas au domaine religieux, elle revêt aussi toute une dimension pédagogique à travers des activités d’enseignement auxquelles Jacques Weber a choisi de dédier un chapitre intitulé « La Chine à l’école de la France ». Parallèlement à l’activité des missionnaires, l’État français déploie, dès 1910, toute une politique volontariste dans le domaine de l’enseignement qui vient compléter et non concurrencer l’action évangélisatrice. C’est ce que nous montre Frédérique Girard dans son article sur l’enseignement du français à Shanghai de 1911 à 1937 en s’intéressant aux établissements les plus fameux comme l’Université Aurore et l’Institut technique franco-chinois, les deux fleurons de l’œuvre d’enseignement français à Shanghai. Ces derniers incitent d’ailleurs de nombreux étudiants à venir se former en France dans le cadre du « mouvement des étudiants-ouvriers » lancé à partir de 1912.

Dans cette même optique d’échanges et de contacts culturels, l’arsenal de Fuzhou offre, enfin, l’exemple inédit et atypique d’une collaboration scientifique et technologique entre la France et la Chine. Le chantier, l’un des plus importants de l’Empire chinois voire d’Extrême-Orient, est inauguré le 18 février 1869. Il s’inscrit dans un contexte de modernisation éphémère qui apparaît, suite à l’avènement de l’empereur Tongzhi (1861-1875), sous l’impulsion de grands réformateurs tel Zeng Guofan dont le slogan « Le savoir chinois comme fondement, le savoir occidental comme moyen » appelle à une assimilation du savoir occidental. La marine chinoise nécessitant un important développement, la France se propose ainsi de créer une marine chinoise, technologiquement performante et de la taille des meilleurs flottes européennes. Ce transfert de savoir et de compétence qui s’étale sur vingt ans se révèle finalement être un semi-échec, tant pour la France que pour la Chine. Outre les coûts de construction exorbitants, les apports retirés de l’arsenal, du côté chinois, souffrent du manque d’expérience des officiers dans leur commandement. Quant à la France, après une période d’apogée et de prestige liée aux débuts prometteurs du projet, elle sabote elle-même l’arsenal lors de la guerre de 1884-1885, déclenchée autour de la question de main-mise sur le Tonkin qu’elle obtient avec le traité de Tianjin. Les intérêts politiques restent, en effet, toujours sous-jacents dans chacune des activités entreprises en Chine.

L’action diplomatique qui révèle la ligne directrice de la politique française est ainsi mise à jour à travers l’analyse de sa présence militaire dans la troisième partie de l’ouvrage, une présence qui se matérialise sous différents aspects dont on a ici quelques exemples. On peut citer celui, développé par Hervé Barbier, des canonnières du Yangzi qui, de 1900 à 1941, combinent deux orientations majeures de la politique française : une stratégie offensive avec la volonté d’accentuer la pénétration française au Sichuan et d’en faire l’hinterland du Tonkin qui se double d’une stratégie défensive marquée par la volonté d’assurer le rôle traditionnel de protection des Missions catholiques et des intérêts français. On retrouve d’ailleurs cette stratégie dans le Corps français d’occupation de Chine, créé en 1902, qui, tout en protégeant les ressortissants français, constitue un instrument de pénétration économique et commerciale au service de l’administration et des entreprises françaises. Il ne faudrait certes pas oublier le rôle moteur des intérêts économiques et commerciaux dans la politique française en Chine. C’est ce qui ressort au travers d’un article de Virginie Piaud sur l’opium et les intérêts français au Yunnan ou encore de la dernière partie de l’ouvrage consacrée à la Concession de Shanghai qui, fondée en 1849, représente le fleuron de la présence économique française en Chine. Cependant, comme le souligne Jean-Marie Lasalle, le bilan des activités commerciales est plutôt mitigé et ne tient pas la comparaison face à d’autres Puissances comme l’Angleterre et les États-Unis, ce qui s’explique par l’antériorité de leur présence mais aussi et surtout par un manque de cohérence générale dans la ligne directrice de l’action française en Chine.

    1. Bilan critique d’un siècle de présence

Comme le souligne Jacques Weber, le bilan de ce siècle de présence est plutôt modeste. Hormis peut-être en ce qui concerne l’enseignement et la religion, la France a laissé une empreinte moins profonde en Chine que la Grande-Bretagne par exemple. Le seul domaine où la France a eu un véritable rayonnement est le domaine culturel bien que les institutions scolaires et universitaires n’aient finalement touchées qu’une portion infime de la population chinoise. En outre, le soutien aux missionnaires est finalement très fluctuant selon les événements et les opportunités politiques. Quand ils sont appuyés par le gouvernement français, c’est davantage par calcul politique que par désir de favoriser l’évangélisation. D’ailleurs, après la révolte des Boxers de 1901, l’un des grands débats qui va diviser la classe politique française concerne justement la légitimité du protectorat sur les Missions catholiques. Chris Guignet met en évidence les deux critiques majeures formulées à l’encontre de ce soutien. D’une part, d’un point de vue politique, les missionnaires sont pointés du doigt comme une source de conflits perpétuels avec les autorités chinoises nuisant à l’image et aux intérêt de la France. D’autre part et c’est sans doute le point le plus intéressant, on s’interroge sur l’extrême paradoxe de ce soutien alors même que l’anticléricalisme triomphe à Paris. Toutes ces tergiversations se retrouvent, d’une manière générale, dans les autres composantes de la présence française en Chine.

D’un point de vue économique, si la France apparaît largement devancée par les autres Puissances, c’est principalement en raison d’un manque de soutien voire d’un certain mépris du Quai d’Orsay pour les entreprises menées en Chine, vues comme trop lointaines. Ce désintérêt, souvent souligné par les diplomates en poste en Chine, entraîne un certain flottement de la politique française qui, faute d’une ligne directrice claire, se retrouve paralysée et embourbée dans des hésitations et des débats incessants. D’ailleurs, si les questions asiatiques sont plutôt négligées c’est surtout parce que la métropole a tendance à privilégier les questions africaines.

  1. Approche historiographique

    1. Des « forces profondes » au transnationalisme

Pour Yves-Henri Nouailhat, cet ouvrage collectif se place dans la pure tradition historiographique proposée par Renouvin et Duroselle, les articles abordant tant le rôle des hommes, qu’ils s’agissent des diplomates, des consuls, des missionnaires ou encore des militaires, que celui des structures politiques, économiques et sociales.1 S’inscrivant pleinement dans cet héritage, les articles semblent adopter une approche que l’on pourrait qualifier de transnationale avec une description multiscalaire des phénomènes historiques, proche en cela d’autres courants actuels comme l’histoire globale, mondiale ou encore connectée.

    1. Un angle d’étude novateur

Cette approche transnationale permet justement un profond renouvellement des travaux sur les relations internationales entre la France et la Chine. En effet, par rapport aux études traditionnelles sur l’histoire de la Chine ou de la France où l’on considère l’une ou l’autre de manière séparée, on constate ici une volonté et un réel souci de fondre les deux, mesurant leurs échanges et leurs interactions réciproques. Des points, souvent occultés et négligés dans de nombreux travaux, sont ici mis en lumière. C’est le cas de la politique culturelle de la France à l’étranger qui, dans l’historiographie contemporaine, a longtemps fait figure de parent pauvre.

Dans cet ouvrage collectif, aucun aspect de la présence française n’est occulté. On regrettera peut-être un manque d’approfondissement en ce qui concerne la réception de la politique française au sein de la société chinoise. Il eut été intéressant de se pencher davantage sur les réactions nationalistes qui se manifestent sous la forme d’une propagande anti-impérialiste allant des simples tracts jusqu’aux grèves ou aux manifestations de masse comme c’est le cas à Tianjin en 1916-1917 à propos de l’extension de la concession française, événement qui va alors infléchir de façon définitive les rêves d’expansion territoriale français dans la ville.

  1. Intérêt didactique

    1. Apports conceptuels et épistémologiques

S’il est novateur pour l’histoire de la Chine et celle de la France à travers cette « histoire croisée » entre les deux nations, l’angle d’étude de l’ouvrage l’est aussi pour l’étude des relations internationales en général car il offre de nouvelles pistes de lectures tant sur le plan événementiel que sur le plan méthodologique. L’ouvrage étudié nous permet, en effet, notamment à travers le chapitre consacré à la concession française de Shanghai, de s’interroger sur les spécificités de la présence française en Chine dont le système de concession apparaît comme une sorte d’aboutissement. L’expression de « microcosme planétaire »2, employée par Vincent Bouvier d’Yvoire pour qualifier les concessions étrangères implantées en Chine, cristallise à elle seule tout l’enjeu épistémologique de cette notion dont l’ouvrage contribue à faire ressortir l’extrême complexité. Les concessions apparaissent comme un cadre d’étude privilégié et atypique pour caractériser les relations internationales ; il est cependant peu aisé d’en déterminer la véritable nature et leur lien vis-à-vis du colonialisme en général. De fait, la concession donne l’impression d’un colonialisme inachevé car l’ambition d’une domination qui dépasse le simple cadre économique et commercial est réelle mais pourtant, il s’agit d’une domination territoriale très limitée. Le terme même de concession est d’ailleurs révélateur car il implique une forme de compromis. Tandis que Pascal Collineau parle d’une « semi-colonisation de la Chine »,3 Florence Perrais évoque plutôt l’idée d’une « annexion déguisée »4 pour le cas de la concession de Shanghai.

    1. Points de comparaison entre les concessions françaises en Chine

Si la notion de concession est ainsi mise en lumière, c’est principalement parce qu’elle s’inscrit dans la réflexion générale de mon travail de recherche. L’ouvrage dirigé par Jacques Weber permet une présentation générale des fonds et sources diplomatiques consultables à Nantes, ces archives étant essentielles pour obtenir de plus amples informations concernant le statut juridique et les affaires intérieures des concessions, notamment en ce qui concerne les œuvres culturelles et d’aménagement urbain.

Le chapitre sur la concession française de Shanghai permet de dégager quelques traits saillants propres aux concessions françaises en Chine et que l’on retrouve dans les archives concernant celle de Tianjin. Par exemple, ce qu’écrit Florence Perrais sur l’attitude française face aux Chinois à Shanghai se retrouve de façon identique pour le cas de Tianjin. Elle évoque, en effet, le conflit incessant opposant, sur place, les conseillers municipaux au consul, les conseillers s’opposant de manière quasi systématique à toute demande chinoise qu’elle soit fondée ou non. Parallèlement, les consuls, ayant une attitude plus ouverte et plus compréhensive, font alors pression sur le conseil qui se retrouve dans l’obligation de céder. Comme le souligne très justement Florence Perrais, il ne faut cependant pas se méprendre sur les intentions du consul qui, bien que parfois animé d’une réelle compréhension pour les problèmes des résidents chinois, les utilise surtout comme instrument politique. A Tianjin, la situation est encore plus tendue et se traduit sous la forme d’un véritable blocage dans le fonctionnement des pouvoirs, le consul allant jusqu’à suspendre le conseil municipal en 1923. Cet exemple est certes anodin mais il montre que l’on peut dégager des traits communs sur les principes d’organisation et de gestion des concessions en Chine.

Conclusion

Pour qualifier les relations franco-chinoises au XXe siècle et leurs antécédents au cours des trois siècles antérieurs, Laurent Césari emploie la formule de « grandeur et déclin »5, ce qui correspond bien à l’évolution de la présence française en Chine de 1843 à 1943 telle qu’elle apparaît à travers l’ensemble des articles proposés dans cet ouvrage collectif. Témoignant de la richesse du fonds des Archives diplomatiques de Nantes, l’ouvrage, sous l’impulsion de Jacques Weber, permet de renouveler l’étude des relations entre les deux pays en élargissant l’approche diplomatique à d’autres domaines comme celui des échanges culturels. Il s’agit donc d’une référence bibliographique majeure pour mon sujet de Mémoire qui s’inscrit dans la même perspective que celle des différents chercheurs en se plaçant dans la continuité de leurs recherches. A noter enfin que l’ouvrage consulté est la première édition qui date de 1997. Depuis, il faut signaler l’existence d’une réédition en 2008 et qui comprend trois nouvelles contributions : l’une de François de Sesmaisons : « Un Breton confronté à la Chine du siècle des missions : Mgr Jean de Guébriant (1860-1935) », l’une de Nicole Tixier : « Ernest Frandon. Une carrière consulaire en Chine (1882-1900) » et l’autre, dans un nouveau chapitre intitulé « Images de Chine », de Xavier Antoinet : « La Chine et les Chinois vus par les photographes occidentaux de 1884 à 1938 ». C’est justement là tout l’intérêt de l’ouvrage, appelé à être constamment complété par de nouvelles recherches.


Notes

1 WEBER Jacques (dir.), La France en Chine (1853-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997, p. 267.

2 BOUVIER D’YVOIRE Vincent, Les concessions françaises en Chine (1916-1929) : Canton, Hanketou, Tientsin, Shanghai, Mémoire de Maîtrise présenté sous la direction de René GIRAULT, 1988, p.252.

3 COLLINEAU Pascal, « Les missionnaires, agents de l’influence française. Le problème politico-missionnaire au Sichuan (1898-1937) » in WEBER Jacques (dir.), La France en Chine (1853-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997, p. 56.

4 PERRAIS Florence, « Français et Chinois à Shanghai (1850-1880) » in WEBER Jacques (dir.), La France en Chine (1853-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997, pp. 131-132.

5 CESARI Laurent (dir.), Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, acte du colloque d’Arras, Artois Presses Université, 2003, p. 9.


Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Compte-rendu de lecture : La France en Chine (1843-1943) »

  1. Greetings , I am in the USA . My two books on Indochina can be found on ABEBOOKS etc . I am doing a book on Kouang Tcheou Wan for White Lotus . I was there ( now called Zhanjiang ) in July . I have aabout 90 postcards , early maps , a researcher in Zhanjiang , the early French books BUT I am suprised there does not seem to be anything new in French or English ( Wikipedia aside ) about the French in that part of China . Is there something ? Is somebody else writing something . I know of the doctoral dissertatioin . All help appreciated
    Yours Truly

    1. Dear Mr. Montague,
      Thank you for your message. As you know, until now very few researches have been conducted on the French presence in China and much less on the leased territory of Guangzhouwan. On January 31th, the new Bernard Brizay’s book « La France en Chine du XVIIe siècle à nos jours » has just been published. Although it deals with the entire China and not only the Guangdong province, perhaps you could read it and see if it can help your researches.
      Best regards,
      Fleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *