《津门旧影》(Anciens films de Tianjin) (1er épisode)

我想向大家介绍一个关于天津建筑历史记录片, 这个记录片是20121020日在CCTV10播放的。一共有四集。我先介绍的是第一集。

下面是我把纪录片翻译成法语, 但是会说汉语的人当然不用这些解释 ! 希望大家对这些天津历史详细的记录感兴趣。

请大家给我你们对这个题目的理解。你们的意见一定对我的论文会有很大的帮助 !谢谢大家 

http://v.ifeng.com/include/exterior.swf?guid=fddbc94e-3c78-410c-907c-6889dec5e54e&AutoPlay=true

Voici ci-dessus le lien vers la première partie d’un documentaire en quatre épisodes, diffusé le 20 octobre 2012 sur la chaîne CCTV 10, intitulé《津门旧影》(Anciens films de Tianjin). Il s’intéresse à l’histoire de la construction des bâtiments historiques dans les concessions étrangères ainsi qu’aux célèbres personnages les ayant occupés.

Ce premier épisode introduit tout d’abord la singularité de la ville de Tianjin qui tient en grande partie à la multiplicité des constructions et des styles architecturaux qu’elle abrite, héritages d’un passé historique marqué par le découpage de la ville en neuf concessions étrangères dont témoignent ces bâtisses. Après un rappel des principales étapes conduisant à l’ouverture et à l’édification progressive des concessions, le propos se resserre autour d’une description plus détaillée de certains bâtiments ainsi que de leurs occupants et se termine en décrivant le dispositif, récemment mis en place à Tianjin, de protection et de valorisation de ces constructions historiques.

Pour ceux qui souhaiteraient regarder ce documentaire mais qui ne comprennent pas le chinois, j’ai procédé à une traduction systématique des commentaires, y compris des interventions faites par des chercheurs, pour, je l’espère, vous permettre de suivre et d’associer de manière assez claire les informations visuelles et le sens du récit.

L’analyse des trois autres épisodes est à suivre…

() : 百年变迁 (Cent ans de bouleversements)

En raison de la diversité des styles architecturaux qui cohabitent dans la ville du fait des multiples nationalités qui l’occupent, on appelle souvent ce patrimoine historique de Tianjin “万国建筑博览会” (« L’exposition de l’architecture mondiale »).

Aujourd’hui dans les rues des anciennes concessions (五大道), on trouve de nombreux bâtiments portant les pancartes du 天津市历史风貌建筑 qui s’occupe de la protection de ces constructions historiques. Ce qui attire également l’attention, ce sont les nombreux personnages historiques qui ont résidé dans les anciennes concessions.

天津市历史风貌建筑 est un organisme de protection des bâtiments historiques de Tianjin. Son objectif est de mettre en évidence la valeur historique, culturelle, scientifique, artistique et humaine que véhiculait ces bâtiments construits il y a plus de 50 ans, ainsi que les particularités de l’époque et de l’espace qu’ils reflètent.

Jusqu’à présent, cet organisme de protection des bâtiments historiques de la ville de Tianjin a conclu que les bâtiments historiques qui ont été préservés (历史风貌建筑) sont au nombre de 746 et se répartissent sur six districts [en fait les six districts du centre ville de Tianjin : 和平区, 河西区, 南开区, 河东区, 河北区, 红桥区 qui correspondaient autrefois à l’emplacement des neuf concessions étrangères installées dans la ville, le long du fleuve principal qui la traverse]. Parmi eux, le quartier de “五大道” compte à lui seul 408 bâtiments.

Bien que rappelant les épreuves liées à cette époque et les transformations subies par la ville de Tianjin, ces constructions historiques sont devenues des marques culturelles évidentes de la ville. Cependant, face à la rapidité du processus de développement urbain contemporain, la question de savoir comment mieux protéger et mettre en valeur ces bâtiments apparaît d’autant plus cruciale.

Comment ces nombreux bâtiments datant de l’époque moderne se sont-ils constitués, quelle est leur histoire ? Comment ont-ils pu se maintenir jusqu’à aujourd’hui ?

En octobre 1860, les armées britanniques et françaises occupent Beijing et incendient le Palais d’été de l’empereur (圆明园). A ce moment, la ville protectrice de la capitale, Tianjin, a déjà été prise d’assaut et est sur le point de connaître un destin d’oppression et d’exploitation à travers les clauses des traités marchandant le paiement d’indemnités et l’extension de l’occupation étrangère du pays. Très rapidement, sous la menace de la force militaire britannique et française et sous la contrainte cajoleuse de la Russie tsariste, le prince Gong (恭亲王奕訢) représentant du gouvernement des Qing signe les Conventions de Beijing《北京条约》. Parmi les clauses de ce traité, il y a notamment l’ouverture du port de Tianjin qui, dès 1840, était déjà convoitée par les Britanniques en raison de sa fonction importante de centre de distribution commercial dans le nord de la Chine.

À ce moment, Charles Gordon (1833-1885), le capitaine de l’armée britannique qui stationne à la porte est de Tianjin, est sur le point d’accepter l’importante responsabilité de mesurer et d’établir la concession britannique au sein de la ville moderne de Tianjin.

Parallèlement, le capitaine de l’armée française procède également à une délimitation de la concession française. Le premier journal occidental de Tianjin《中国时报》dont le rédacteur en chef est Mi Qi 米琪 (?) a indiqué, à propos de la situation de l’époque, que ces deux officiers militaires avaient installé les bornes des concessions de leur pays, effrayant la population vivant dans ce quartier où se situaient quelques quais servant à amarrer les bateaux du peuple et où l’on trouvait des petits jardins potagers ainsi que des chaumières de pêcheurs et de matelots.

Gordon a tracé au crayon les contours de ce quartier et a dessiné les bords du fleuve, les routes ainsi que les bâtiments à construire etc. Il a dressé les plans et l’ossature générale de la future concession britannique.

Après les Britanniques qui ont été les premiers à établir leur concession, dans les décennies suivantes, les Français, les Américains, les Allemands et autres pays installent à leur tour leur propre concession dans la ville.

En 1900, après la révolte des Boxeurs, lorsque les troupes des huit nations alliées occupent Tianjin, cela entraîne une vague d’occupation effrénée d’un nombre inédit de pays à l’échelle la plus large et en un temps record dans l’histoire moderne de la Chine. Ainsi, neuf concessions étrangères sont établies dans la ville, ce qui fait de Tianjin la ville abritant le plus de concessions en Chine.

 尚克强 (天津师范大学历史文化学院, 教授)

Shang Keqiang (Professeur du département de culture historique de l’Université normale de Tianjin)

« Lorsque les concessions ont été établies, elles se sont installées dans des terrains bas et creux en forme de cuvettes où se trouvaient un petit nombre de pêcheurs et de paysans. Les chaumières y étaient peu nombreuses. Quand les concessions ont commencé à être installées, les constructions ont d’abord été très rudimentaires, il s’agissait de quelques maisons en bois. »

Quatre ans après que Gordon ait établi la concession britannique, en 1864, arrive alors dans le bureau de Sir Robert Hart (赫德) (1835-1911), inspecteur général du service des douanes maritimes de la Chine, un jeune Allemand âgé de 22 ans. Comme il n’a pas d’expérience, on l’embauche d’abord comme simple employé au service des impôts. Mais à la surprise générale, ce jeune homme se révèle très vite être doté d’une grande intelligence et parvient à gagner l’estime de Sir Robert Hart. Il connaît ainsi une ascension fulgurante. Ce personnage remarquable, Gustav von Detring (古斯塔夫··德璀琳) (1842-1913) [D’origine allemande, il a ensuite pris la nationalité britannique], deviendra connu plus tard à Tianjin comme étant le principal instigateur de l’extension de la concession britannique.

尚克强 (天津师范大学历史文化学院, 教授)

Shang Keqiang (Professeur du département de culture historique de l’Université normale de Tianjin)

« Gustav von Detring a eu une grande influence sur de nombreux aspects de la construction de la concession britannique de Tianjin. Par exemple, c’est lui qui, après Gordon, a projeté, selon des plans précis, le développement de chaque portion de la concession. Dans le même temps, apparaît à Tianjin la première route (piste de cailloux) et elle passe justement devant la résidence de Gustav von Detring. Par la suite, dans le processus de construction de la concession entière, Gustav von Detring a une très grande influence dans l’aménagement du pont situé à l’extérieur de la concession. Il est également lié aux constructions suivantes dans la concession, notamment les grands bâtiments. »

Après la mise en place des concessions, les autorités de ces concessions ont chacune leurs propres normes et styles de construction, ce qui explique que, dès le début, des styles architecturaux différents apparaissent dans chaque concession.

Parmi ces différentes concessions, la concession britannique est celle qui a été établie en premier mais également celle qui a connu le développement le plus florissant. De plus, ces constructions ont toujours été avant-gardistes par rapport aux autres concessions.

A l’intérieur des concessions, les bâtiments de grande dimension mettent en valeur les grandes entreprises de construction qui commencent au début du XXe siècle et qui atteignent leur apogée vers les années 1920-1930. C’est justement à cette époque qu’apparaissent les éléments de base des différents types architecturaux avec lesquels nous sommes désormais familiers.

À ce moment, le style britannique de la « cité-jardin » concept théorisé par l’urbaniste britannique Ebenezer Howard en 1898 dans son ouvrage Tomorrow, A peaceful path to real reform est particulièrement en vogue. Quantité d’architectes se pressent alors à Tianjin pour chercher à développer leurs activités. Leur arrivée, non seulement enrichit l’architecture de Tianjin de nouveaux concepts, mais en plus, ces architectes venant de contextes culturels différents, ils apportent de nombreux styles architecturaux au sein des concessions.

L’apparition de ces bâtiments vient également battre en brèche le système des anciennes constructions à Tianjin. Que ce soit dans le fonctionnement des bâtiments, dans leur forme artistique, leur structure, les techniques employées, les matériaux utilisées ou encore dans l’exécution des travaux et le savoir-faire qui est mobilisé, ces nouvelles bâtisses marquent profondément le futur style architectural de Tianjin.

Le style architectural des concessions est ainsi constitué de rues et quartiers aux différentes spécificités culturelles. Cette variété se retrouvent dans l’actuelle rue 解放北路, aujourd’hui centre de la finance et du commerce international, dans le quartier résidentiel de style architectural italien (意大利风格的居住区), le quartier commercial typiquement occidental de 小白楼商业区, le nouveau centre commercial et de divertissement de 劝业场地区 et la luxueuse 五大道 avec notamment le quartier des résidences ou villas avec jardins (五大道花园别墅住宅区).

Auparavant, on avait l’habitude d’appeler la rue actuelle 解放北路“中街 (la « rue centrale »). Cette rue s’étend sur 1,8 km et traverse la route séparant les concessions française et britannique. Au début du XXe siècle, en raison de l’installation de résidents britanniques, le quartier devient progressivement celui du commerce international et de la finance, caractérisé par la concentration de banques de plusieurs pays. Parmi elles, celles qui possèdent les bâtiments le plus typiques sont 汇丰银行大楼 Hong Kong & Shanghai Bank Corporation (HSBC) [première banque à capitaux étrangers installée à Tianjin en 1881], 横滨正金银行大楼 Yokohama Specie Bank Ltd. [banque japonaise installée à Tianjin en 1899] et 华俄道胜银行大楼 [banque russe à capitaux russes, français et chinois installée à Tianjin en 1896].

La banque HSBC (汇丰银行) est la banque étrangère qui a eu la plus forte influence en Chine. Elle a accordé de nombreux prêts au gouvernement des Qing (清政府) et à celui de Beiyang (北洋政府).Le grand bâtiment de la banque a été construit en 1925 et conçu par Atkinson & Dallas en trois étages, le tout avec une structure de béton renforcé. Il s’étend sur 5539 m2. Le bâtiment comporte du granit importé de l’étranger et qui a une couleur rose pâle, ce qui a coûté très cher. Son architecture s’inspire du style antique, les colonnades saillantes de l’entrée du bâtiment sont au nombre de quatre et s’étendent sur toute la longueur des trois étages, ce sont des colonnes ioniques qui maintiennent l’ensemble.

Le grand bâtiment de la Yokohama Specie Bank Ltd. (横滨正金银行大楼) a été construit en 1926. On y aperçoit encore très clairement la pierre inaugurale posée le 25 octobre 1926. Le bâtiment a également été conçu par Atkinson & Dallas, il imite les péristyles des temples romains avec huit gigantesques colonnes de Corinthe dont le socle fait environ 1,5 mètre de hauteur. Le sommet des colonnes a été sculpté avec une extrême finesse. Des ornements couleur or ont été ajoutés à la grande porte et aux murs, faisant de ce grand bâtiment l’un de ceux qui, parmi tous les bâtiments connus de banques qui l’entourent, attire le plus le regard.

Le bâtiment de la banque 华俄道胜银行大楼, construit à Tianjin en 1896, est la seule construction de style ancien russe a avoir été conservée. Son toit est composé d’un arc voûté en forme de tente avec un kiosque en-dessous. Le détail du bâtiment comporte des sculptures de fleurs et des pilastres de styles différents. Les murs sont en brique jaune, ce qui la distinguent totalement des autres banques qui l’entourent.

L’envergure que prend l’exploitation des concessions a, durant un temps, attiré les chercheurs de fortune de tous les pays en créant des opportunités peu fréquentes. Le 31e président des Etats-Unis, Herbert Hoover, a, durant sa jeunesse, fait partie de ces jeunes venus chercher fortune en Chine. Lorsqu’il était à Tianjin, il a participé à des investissements immobiliers.

Après plusieurs années d’extensions successives, la concession britannique étend rapidement la surface de son territoire pour atteindre les 6149 (soit environ 410 hectares).

Suivant l’exploitation continue du territoire des concessions, les entreprises immobilières spéculent beaucoup sur les prix des terrains dans les concessions.

De cette manière, ce sont non seulement les conseils municipaux des concessions qui gagnent beaucoup d’argent, mais en plus les entreprises immobilières qui en retirent de très gros bénéfices. Dans ces entreprises immobilières, la plus connue est l’entreprise britannique 天津先农有限公司 (Tientsin Land Investment Co., Ltd. Building). C’est justement dans cette entreprise qu’Herbert Hoover a pris part à des investissements immobiliers. C’est l’entreprise immobilière étrangère la plus ancienne de Tianjin et celle de plus grande envergure.

Le 22 mars 1901, l’Américain Tenney Charles Daniel (1857-1930) prend l’initiative d’organiser la première réunion de la Tientsin Land Investment Co. de Tianjin. Parmi les participants à cette réunion, il y a des actionnaires du restaurant 利顺德大饭店, le président de la chambre de commerce britannique Richard Dickinson, Herbert Hoover alors ingénieur dans les mines de 开平, le secrétaire général du Gouvernement provisoire de Tianjin, Charles Denby Jr. [mis en place de 1900 à 1902 après la révolte des Boxeurs, il est composé d’un représentant des huit pays qui s’étaient alliés pour mater la révolte], en tout sept personnes occupant des fonctions importantes.

La réunion permet de réunir en tout 105 actions qui valent chacune 纹银1000 [monnaie d’argent avec une unité de poids égale à environ 38 g d’argent et que l’on traduit généralement par « taël »]. Herbert Hoover investit 5000 taëls.

罗澍伟 (天津社会科学院, 研究员)

Luo Shuwei (Chercheur à l’Institut des Sciences Sociales de Tianjin)

« Étant donné que presque tous les actionnaires de cette entreprise Tientsin Land Investment Co. se trouvaient dans la concession britannique, les couches supérieures de sa société y étaient extrêmement dynamiques. Ils avaient parfaitement compris qu’en Chine le secret de la gestion de l’immobilier devait s’appuyer sur les personnalités locales riches et puissantes. C’est pourquoi, à l’époque, le gouverneur général du Zhili, Li Hongzhang 李鸿章 (1823-1901) ainsi que Cai Shaoji 蔡绍基 (1859-1933), l’intendant des douanes (天津海关道), avaient tous deux été actionnaires de la Tientsin Land Investment Co. ».

En 1917, la Tientsin Land Investment Co. apprend que le Conseil municipal de la concession britannique a le projet, à partir de la Hai-Ho Conservancy Commission (海河工程局), de procéder au dragage de la rivière 海河 afin d’évacuer la boue puis de remplir et élever les dépressions du sol qui se trouvent au-delà du canal 墙子河. Ainsi, sachant qu’elle pourra ensuite revendre les terrains de la rue 大沽路 de la concession britannique à des prix plus élevés, la compagnie les achète à un prix encore très faible du fait de la préparation de l’évacuation de la boue puis du remplissage et de l’élévation de ces quelques centaines de (15亩 ≈ 1 hectare) de marécages situés au-delà du canal 墙子河. A ce moment, le prix de chaque va de 200 à 500 yuans. En 1925, le prix pour chaque a déjà fortement grimpé, oscillant entre 4000 et 6000 yuans. De ce fait, la Tientsin Land Investment Co. réalise un très gros bénéfice sur la revente des terrains.

Ce gros bénéfice que parvient à réaliser la Tientsin Land Investment Co. sur la revente de ces terrains au-delà du墙子河 résulte en fait de la deuxième extension réalisée par la concession britannique en 1903. Elle inclut les terrains à l’ouest du canal 墙子河, c’est-à-dire la portion territoriale comprise entre la rue actuelle de 南京路 [qui correspond à l’ancien emplacement du canal 墙子河 que l’on a asséché] et la rue 马场道. C’est pourquoi cette partie de la concession est appelée “墙外推广界” (territoire « extramural » de la concession britannique). Le quartier, connu plus tard sous le nom de “五大道” (les cinq grandes routes), en est justement une partie.

五大道” (les cinq grandes routes) est l’appellation donnée aujourd’hui par les habitants de Tianjin pour désigner le quartier formé par les cinq grandes routes (马场道, 睦南道, 大理道, 重庆道, 成都道) comprises dans le district 和平区. Le quartier comporte en tout 22 rues et occupe une surface de 1,28 km2.

Ce quartier 五大道 est connu car dans les années 1920-30, près de 1000 bâtiments et jardins aux styles différents, à la fois britanniques, français, italiens, allemands ou encore espagnols y ont été construits. Parmi eux, 408 sont aujourd’hui protégés par l’organisme de protection des bâtiments historiques de Tianjin ( 天津市历史风貌建筑). Il s’agit d’un plan complet et d’un projet minutieux dont le processus a été enclenché il y a plusieurs années. Ce quartier de villas avec jardins représente le plus grand de la Chine du nord. Jusqu’à aujourd’hui, on peut dire que c’est le modèle du quartier résidentiel en Chine.

C’est justement dans les terrains marécageux de l’extension « extramurale » de la concession britannique précédemment évoqués que s’est constitué ce quartier connu.

刘海岩 (天津社会科学院, 研究员)

Liu Haiyan (Chercheur à l’Institut des Sciences Sociales de Tianjin)

« Après la division de cette portion territoriale au-delà du 墙子河, cette dernière reste, durant un long moment, sans plan de mise en valeur et donc dans un état sauvage. De plus, la configuration en creux de ce territoire contient de nombreux marécages. Jusqu’en 1914, ces marécages sont encore assez nombreux et peuvent atteindre jusqu’à 6 mètres de profondeur. En 1916, lors d’une réunion des contribuables de la concession britannique, certains disent qu’il faut lancer un nouveau plan d’aménagement de cette partie de la concession. Ils proposent d’y établir un quartier résidentiel pour les couches supérieures de la société. »

En janvier 1918, le représentant des ingénieurs du Conseil municipal britannique, l’architecte Anderson, est chargé par le conseil d’administration de présenter à la réunion des contribuables le plan d’aménagement et de mise en valeur de cette partie de la concession au-delà du 墙子河. Ce dernier est très rapidement adopté lors de la réunion des contribuables et reste encore aujourd’hui une idée très novatrice. Le cœur de ce projet réside dans le fait de se demander comment construire un environnement résidentiel sain ainsi qu’une atmosphère lumineuse et propice à la détente afin de satisfaire les exigences de ces futurs habitants. En réfléchissant à cette question, il a fallu communiquer et proposer des exigences et des mesures concrètes. Par exemple, éviter absolument que les rues soient orientées du nord vers le sud ou de l’ouest vers l’est, faire le maximum pour que les bâtiments qui sont traversés par des courants d’air puissent tous être exposés à la lumière du Soleil. Il faut également construire un système de canalisation efficace. Il faut établir des règlements de construction clairs et des normes précises concernant les types de bâtiments, les matériaux utilisés mais aussi les toits, les avant-toits etc. Ces normes standards établies pour le quartier de l’extension britannique ont finalement fait partie des normes résidentielles les plus appropriées dans le nord de la Chine.

Les chercheurs ont constaté que les années 1925 à 1930 environ correspondent à la grande vague de construction de “五大道”. C’est également la période d’apogée pour Tianjin qui connaît un développement économique très rapide. La ville est en train de devenir le centre économique du nord de la Chine dont elle incarne alors le moteur industriel, commercial – intérieur comme extérieur – et financier. On peut dire que la construction de “五大道” représente à l’époque la puissance économique et sociale effective de Tianjin.

Par ailleurs, les chercheurs ont également constaté que la constitution du style architectural de “五大道” a en fait un lien étroit avec un groupe particulier de bureaucrates et de riches exilés. Ils constituent une proportion importante des occupants de ces nombreuses résidences de type occidental.

Ce terme de “寓公” que l’on traduit par des bureaucrates ou des riches individus en exil a une origine très ancienne. Selon l’explication qu’en donne le《辞源》(Etymologie), ce terme à l’origine désigne des ducs ou des princes ayant perdu leur domaine ou territoire et qui se réfugient à l’étranger. Plus tard, ce terme a surtout été utilisé pour désigner les officiels du gouvernement qui se réfugiaient à l’étranger.

Selon des statistiques approximatives, on compte au moins 500 de ces “寓公” vivant dans les concessions de Tianjin. Durant la dynastie des Qing, toutes sortes de personnages influents, qu’ils soient jeunes ou plus âgés, résident dans les concessions, le plus éminent d’entre eux étant le dernier empereur Puyi 溥仪 (1906-1967) après son abdication. Le père de Puyi, Zaifeng 载沣 (1883-1951), le prince Zaizhen 载振 (1876-1947), le prince général Zaitao 载涛 (1887-1970), 叶赫那拉·那桐 (1856-1925), 铁良 (1863-1939) et même l’eunuque 小德张 etc. Ils viennent tous chercher à Tianjin un havre de paix et confort.

Plusieurs chefs du gouvernement de Beiyang (北洋政府), notamment Li Yuanhong 黎元洪 (1864-1928), Feng Guojing 冯国璋 (1859-1919), Xu Shichang 徐世昌 (1855-1939), Cao Kun 曹锟 (1862-1938), se sont installés dans de luxueuses demeures au sein des concessions étrangères.

Sur les 32 cabinets du gouvernement de Beiyang, un tiers des chefs du gouvernement a résidé à Tianjin.

Les seigneurs de guerre de statuts inférieurs tels que des ministres ou des chefs de province sont encore plus nombreux à venir s’installer en foule à Tianjin.

Mais pourquoi tant de ces “寓公” fixent leur choix de résidence sur Tianjin ? A l’époque du gouvernement de Beiyang dont le centre politique se trouve à Beijing, la situation politique est très instable avec différentes branches qui se disputent et se font la guerre. Les seigneurs de guerre et les politiciens se succèdent les uns après les autres. Dans l’arène politique, les événements s’enchaînent du matin au soir. Le pouvoir que l’un tient dans sa main passe rapidement entre les mains d’un autre. Tianjin, métropole florissante qui se trouve à proximité de Beijing et qui possède le plus de concessions étrangères, rassemble toutes les conditions idéales recherchées par ces “寓公”. D’un côté, ils peuvent profiter d’une vie fastueuse à Tianjin ; de l’autre, ils peuvent compter sur la protection des pouvoirs étrangers.

尚克强 (天津师范大学历史文化学院, 教授)

Shang Keqiang (Professeur du département de culture historique de l’Université normale de Tianjin)

« Selon le règlement du régime des concessions de l’époque, la police et les militaires chinois ne pouvaient pas entrer dans les concessions et ne pouvaient pas non plus les traverser. Ils ne pouvaient donc pas aller arrêter des gens dans les concessions. Les seigneurs de guerre, bureaucrates et politiciens déchus étaient souvent considérés par leurs ennemis comme des criminels nationaux et donc menacés de mandat d’arrêt. Par conséquent, ces derniers fuyaient dans les concessions pour assurer leur sécurité. Dans les concessions, on pouvait entendre le bruit des tirs des seigneurs de guerre en train de guerroyer au nord de Tianjin. Dans le quartier de 劝业场, on pouvait entendre le bruit des tirs venant du sud de la ville. Cependant, les armées des seigneurs de guerre n’osaient pas s’avancer davantage. Cela a donc incité de nombreux bureaucrates, seigneurs de la guerre et politiciens déchus à venir se réfugier à l’intérieur des concessions.» 

Ainsi, de nombreux complots se trament et sont mis à exécution à Tianjin. C’est pourquoi, à l’époque, on dit souvent que : “北京是前台, 天津是后台” (Beijing est l’avant-scène, Tianjin en est les coulisses).

Les politiciens exilés du gouvernement de Beiyang constituent à l’époque la classe sociale la plus riche de Tianjin. Certaines personnes ont évalué leur richesse. Ni Sichong 倪嗣冲 (1868-1924), qui appartient à la branche de l’Anhui des seigneurs de guerre du Beiyang, a accumulé une fortune s’élevant à 28 millions de yuans. Les quatre frères de Cao Kun 曹锟 et lui-même, lorsque ce dernier est choisi comme président par voie de corruption en 1924, ont amassé une fortune de 60 millions de yuans. Wang Zhanyuan 王占元 (1861-1934), à la tête du Hubei pendant six ans, possède quant à lui  30 millions de yuans. Chen Guangyuan 陈光远 (1873-1939), à la tête du Jiangxi pendant cinq ans, a accumulé une fortune de 15 millions de yuans.

Lorsque les concessions de Tianjin commencent à s’établir, les Chinois, durant un moment, ne sont pas autorités à y résider ou à y posséder des terrains. Cependant, après la proclamation de la République (1912-1949), ces règlements restent pour la forme mais sont vidés de toute leur substance. Ainsi, les politiciens en exil peuvent désormais utiliser les grosses fortunes amassées lorsqu’ils étaient au pouvoir pour investir dans des propriétés immobilières au sein des concessions. Ensuite, ils emploient des architectes étrangers pour que ces derniers conçoivent les plans et bâtissent leurs propres demeures de style occidental.

刘海岩 (天津社会科学院, 研究员)

Liu Haiyan (Chercheur à l’Institut des Sciences Sociales de Tianjin)

«  A l’évidence, le coût de l’édification de ces demeures importe peu donc les architectes étrangers peuvent laisser libre cours à leur imagination pour concevoir ces constructions. Par conséquent, ces bâtiments de type occidental possèdent toutes sortes de particularités qui viennent, d’une part, du talent de l’architecte et de l’autre, du fait que les commanditaires de ces demeures (les politiciens en exil) n’étaient pas regardants sur le prix à payer. »

Presque tous les architectes connus qui se trouvaient à Tianjin à l’époque ont participé à la conception du quartier de “五大道”. Ces architectes ont conçu en 1919 le bâtiment d’administration des mines de Kaiuan (Sino-British Kailuan Mining Administration 开滦矿务局办公室大楼), conçu par les cabinets britanniques Atkinson & Dallas et Adams & Knowles (Cook et Anderson). C’est justement ce même architecte Anderson qui présentera le rapport du projet pour la partie « extramurale » de la concession britannique.

L’architecte italien Paul Bonetti a conçu dans le quartier de “五大道” les constructions “安乐村”et “疙瘩楼”.

L’architecte autrichien Rolf Geyling, après s’être installé avec toute sa famille à Tianjin, crée un cabinet de l’art architectural qui porte son nom et qui prend en charge les projets d’architecture et de décoration des bâtiments 香港大楼, 民国大楼 et 剑桥大楼.

La plupart des constructions conçues à l’époque sont de style occidental.

C’est justement cette mise en commun des efforts d’architectes venant de tous les pays qui créée un caractère particulier avec des styles et des spécialités différentes, conférant des visages variés aux constructions de “五大道”. Selon certains chercheurs, mise à part la participation des architectes étrangers, il faut aussi souligner la contribution d’architectes chinois dans la construction des bâtiments de “五大道”.

Au printemps 1925, l’architecte ingénieur en génie civil de l’entreprise 启新洋灰公司, Chen Fan 陈范, persiste à concevoir et bâtir de nombreuses demeures du quartier de “五大道”. Ces bâtiments incluent le “山益里”de la rue 重庆道, le “四维里”de la rue 沙市道 etc.

山益里”est un complexe résidentiel constitué de 43 demeures comportant chacune deux ou trois étages. Elles ont été bâties avec une structure de brique et de bois et possèdent des toits en pente. Elles sont toutes équipées, ce qui rend leur habitat très pratique.

路红 (天津市历史风貌建筑保护专家咨询委员会 主任)

Lu Hong (Responsable du comité de consultation et d’expertise de l’organisme de protection des bâtiments historiques de Tianjin)

« Les bâtiments de ce 山益里” sont vraiment particuliers. On les appelle aujourd’hui 联排别墅” (les villas juxtaposées). A l’époque, ces demeures étaient très en vogue. Dans les années 1920, en Angleterre et dans d’autres pays, ces villas juxtaposées étaient très à la mode. Il faut dire qu’à l’époque, Tianjin suit le mouvement novateur des concepts d’architecture occidentaux puisque de nombreux architectes étrangers ou architectes chinois ayant été formés en Occident résident dans la ville. De plus, dans la concession britannique, tout le monde est à la recherche de ce mode de vie occidental. »

On peut dire objectivement que l’ouverture des concessions étrangères de Tianjin a façonné le caractère multiple et les nombreuses particularités de la ville. Finalement, cela a façonné la singularité architecturale des constructions de Tianjin.

A présent, apprécions un peu ces différents styles architecturaux :

  • 望海楼教堂 Église Notre-Dame des Victoires, 1869 (style gothique).

  • 戈登堂 Gordon Hall (siège de l’administration britannique), 1889 (style Tudor).

  • 利顺德饭店 Astor Hotel, 1895 (style romantique).

  • 华俄道胜银行, 1896 (style architectural russe).

  • 老西开教堂 Cathédrale Saint-Jospeh, 1916 (style romain).

  • 国民饭店 Restaurant du peuple, 1923 (style semi-classique).

  • 开滦矿务局办公室大楼 Sino-British Kailuan Mining Administration, 1921 (style néo-classique).

  • 法国公议局 Conseil d’administration municipale français, 1931 (style néo-classique).

  • 汇丰银行 Hong Kong & Shanghai Bank Corporation (HSBC), 1925 (style néo-classique).

  • 横滨正金银行大楼 Yokohama Specie Bank Ltd., 1926 (style néo-classique).

  • 劝业场, 1928 (style semi-classique).

  • 渤海大楼, 1936 (style contemporain).

Tandis que les nuages de fumée de l’histoire s’envolent, la marque des années s’accentue silencieusement sur ces constructions exceptionnelles, les gens commencent même à leur donner la nouvelle appellation de bâtiments historiques.

Aujourd’hui, toutes ces vieilles constructions de Tianjin fêtent progressivement leur cent ans. L’un des problèmes actuels est que nombre d’entre elles ont subi des dégradations plus ou moins graves, voire sont devenus des bâtiments insalubres du fait de leur mauvais état. Ainsi, chaque nouvelle vague d’urbanisation ne cesse de porter atteinte et d’engloutir une grande partie de ces monuments historiques.

Dans notre société actuelle, la protection du patrimoine culturel et historique urbain est déjà devenue une partie intégrante du développement des villes du monde entier.

La culture représente l’âme de la ville. Les constructions constituent les symboles de la culture et des progrès de l’humanité. D’après les concepts actuels de l’architecture, on peut dire que les caractéristiques architecturales d’une ville reposent sur sa culture et l’expérience historique qu’elle a accumulé au fil des années. Plus cette expérience est riche, plus la valeur d’une ville est donc importante. Les caractéristiques des bâtiments historiques que l’on ne peut pas faire renaître expliquent le fait que si ces constructions viennent à être détruites, il s’agit là d’une perte irrémédiable.

Il est donc impératif de réfléchir sur la manière dont on peut conserver la culture architecturale de la ville, protéger et mettre en valeur ses bâtiments historiques.

De nombreux pays européens ont commencé dès le XVIIe siècle à prendre en main la protection des monuments historiques. Avec le mouvement artistique de la Renaissance, on commence à avoir un autre regard sur l’héritage antique. Après le XVIIIe siècle, on accorde progressivement une grande importance à la protection et à la rénovation des bâtiments historiques.

En 1877, une association de protection des monuments antiques est créée sous l’impulsion de l’artiste britannique William Morris (1834-1896). En raison de l’opposition virulente que rencontre l’association, les vieux bâtiments se trouvent rénovés sans aucune distinction et ne font pas l’objet d’enquêtes minutieuses, mais les rénovations continuent à être menées avec opiniâtreté. Par conséquent, on peut dire que cette association a été à l’avant-garde du mouvement actuel de protection des bâtiments historiques.

Après la Seconde Guerre mondiale, et surtout après les années 1960, la protection des monuments historiques fait l’objet d’une véritable attention de plus en plus universelle dans le monde entier. Après un très long processus de reconnaissance et de mise en pratique, les théories ont gagné en maturité. Les documents relatifs à cette question en Allemagne révèlent que Berlin a enregistré environ 8000 constructions comme bâtiments historiques. Avec le développement rapide de la société actuelle, la plupart ont déjà été rénovés et bénéficient d’une protection et d’une valorisation.

Certains visionnaires chinois lancent, dès 1929, un courant de pensées sur la protection des monuments historiques et mettent en place une société d’étude des constructions entre les peuples (民间组织中国营造学社).

En 1960, la Chine met en place différents échelons pour la protection du patrimoine culturel. Un grand nombre de bâtiments historiques importants commencent à être protégés.

En 1982, la loi《文物法》(Loi sur le patrimoine culturel) est promulguée, elle permet d’assurer un cadre légal à la protection de monuments historiques.

Après 1990, suivant la déclaration de l’UNESCO concernant les monuments appartenant au patrimoine mondial, de plus en plus de bâtiments historiques entrent dans le cadre de ce patrimoine de l’humanité.

A partir des années 1990, des organismes et des mesures ont également été mis en place à Tianjin pour prendre en main la protection des monuments historiques de la ville.

Le 1er septembre 2005, résumant la situation concrète de Tianjin, le 天津市人大常委会(Congrès municipal des représentants du peuple de Tianjin) a ratifié et promulgué le《天津市历史风貌建筑保护条例》(Règlement de protection des monuments historiques de Tianjin). Il s’agit là du tout premier règlement en Chine visant à mettre en place des lois spécifiques aux caractéristiques d’une ville pour la protection de ses monuments historiques.

Le règlement précise tout d’abord que l’expression “历史风貌建筑” (bâtiments de style historique) est devenue le terme légal exprimant la protection des bâtiments historiques mis en place par la ville de Tianjin et en même temps les contours du règlement concernant ces bâtiments.

Ensuite, un Comité de protection de ces bâtiments de style historique (天津市历史风貌建筑保护委员会) s’est établi à Tianjin, un Comité de consultation et d’expertise (专家咨询委员会) ainsi qu’une entreprise à responsabilité limitée de classement de ces bâtiments de style historique de Tianjin (天津市历史风貌建筑整理有限责任公司). Cela a permis de créer un véritable système de protection et de classement des constructions historiques. L’établissement de ces structures spécialisées a permis de constituer un système entier mobilisant le gouvernement, la société et les acteurs économiques autour de la protection des bâtiments historiques.

En août 2006, le règlement (《条例》) évoqué précédemment est concrètement mis en application avec notamment la rénovation du 静园 [demeure où a vécu le dernier empereur Puyi de 1929 à 1931 et qui s’était trouvée dans un état d’insalubrité désastreux en raison de l’installation de dizaines de familles après 1949] . En raison de la priorité qui a été accordée à ce lieu, sa rénovation a rapidement été mise en place et a servi de premier essai pour l’organisme de protection des bâtiments historiques. La remise en état du 静园 a donc permis d’attirer l’attention de la société sur cette question.

Une fois la rénovation du 静园 achevée sans encombre, la demeure a été ouverte au public le 20 septembre 2007. L’expérience qui a pu être tirée de ce travail de remise en état a été très utile pour l’organisme de protection des bâtiments historiques par le rôle à la fois conducteur et de démonstration sur le long terme qu’a eu la réalisation de ce projet.

Ensuite, les différents bâtiments historiques du 庆王府 [ancienne demeure du prince Zai Zhen 载振] ont successivement été rénovés et protégés.

Lorsque ces bâtiments au destin historique mouvementé sont remis à neuf, ils peuvent à nouveau exposer au monde entier leur passé et l’histoire des événements qu’ils ont abrités, éveillant ainsi l’intérêt de leurs visiteurs.



Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *