Pourquoi l’histoire de la concession française de Tianjin ? Réflexions « existentielles » au fil de la thèse…

La légitimité et la portée de son travail de recherche représentent des questionnements centraux dans le parcours tâtonnant, tantôt inquiétant, tantôt stimulant mais aussi source d’épanouissement que peut connaître tout doctorant. Les motivations de ce choix crucial qui engage plusieurs années de jeunesse rythmées par un sentiment confus entre obsession et acharnement, constituent l’un des piliers maintenant et consolidant l’édification patiente d’une thèse.

Le Penseur de Rodin
Blog de Jacques Bousiquier : http://www.imagesdubeaudumonde.com/article-18674687.html

C’est donc tout naturellement que, pour l’ « inauguration » de cette rubrique intitulée « Au fil de la thèse », j’ai choisi d’interroger la pertinence de mon objet d’étude et les raisons qui m’ont conduite à lui consacrer cette forme de « dévotion » voire de « sacerdoce », pour oser jusqu’au bout le parallèle religieux, tant l’investissement intellectuel et personnel m’apparaît immense dans ce type de décision et d’engagement.

  • Pourquoi la thèse ?

« Est-ce tout ? Non. Ce n’est même rien, si vous devez continuer à séparer votre action de votre pensée, votre vie d’historien de votre vie d’homme. Entre l’action et la pensée, il n’est pas de cloison. Il n’est pas de barrière. Il faut que l’histoire cesse de vous apparaître comme une nécropole endormie, où passent seules des ombres dépouillées de substance. Il faut que, dans le vieux palais silencieux où elle sommeille, vous pénétriez, tout animés de la lutte, tout couverts de la poussière du combat, du sang coagulé du monstre vaincu – et qu’ouvrant les fenêtres toutes grandes, ranimant les lumières et rappelant le bruit, vous réveilliez de votre votre vie à vous, de votre vie chaude et jeune, la vie glacée de la Princesse endormie… » (Lucien Febvre, 1992 : Combats pour l’histoire, chapitre « Vivre l’histoire. Propos d’initiation » Paris, Armand Colin, p.48 [première édition : 1952].)

Cet élan passionné et ce cri du cœur exaltés sous la plume imagée et métaphorique de Lucien Febvre rappellent la place monopolistique qu’occupe l’histoire dans nos vies et reflètent, selon moi, à la perfection cet investissement qu’exige dès son début tout travail de thèse.

L’image du combat semble en effet bien choisie. Peu de doctorants savent sans doute à l’avance que telle sera leur voie. En ce qui me concerne, ce n’est que bien tardivement que ce projet s’est imposé à moi avec force. Ayant entamé mes recherches sur la concession française de Tianjin sous les conseils de mes professeurs de Master 1, j’ai peu à peu découvert toute la richesse archivistique que recelait ce sujet et les nouvelles problématiques qu’il pouvait soulever. Après m’y être consacré durant une année entière, j’ai choisi de travailler sur un tout autre sujet en Master 2. A ce moment précis, la perspective de poursuivre en doctorat était encore loin d’être envisageable. C’est pourtant durant cette année que, repensant à mes recherches passées, je me suis aperçue que celles-ci m’avaient laissé un goût d’inachevé. Il me semblait qu’il y avait là cette forme de « nécropole endormie » qui ne demandait qu’à être mise en lumière. De plus, comme le prône si ardemment Lucien Febvre, la vie personnelle et la vie d’historien ne devant jamais être totalement dissociées, une rencontre étroitement liée à mon sujet de recherche avait depuis lors bouleversé mon existence. C’était donc évident, tout me poussait à retourner vers Tianjin, vers son passé, vers l’histoire de ses concessions…

  • Pourquoi Tianjin et ses concessions étrangères ?

Lorsque l’on discute avec des habitants de Tianjin, on s’aperçoit que l’histoire de leur ville ne leur est pas si familière. Ils savent bien entendu qu’autrefois des concessions étrangères se partageaient l’espace urbain qu’ils occupent depuis peu ou depuis toujours, certains bâtiments étant encore là pour témoigner de ce passé « cosmopolite ». Mais si on leur demande de situer l’emplacement de ces anciennes concessions, leur nombre exact et leurs nationalités, les réponses apparaissent plus évasives, voire inexistantes.

Pourtant, c’est une part d’histoire  pour laquelle on constate un certain regain d’intérêt ces dernières années en Chine et précisément à Tianjin. J’en veux pour preuve les nombreux documentaires dont celui tout récent sur le patrimoine des concessions qui se trouve évoqué et détaillé dans les rubriques « Médias » et ‘Patrimoine » de ce blog.

En Occident, ce pan de l’histoire chinoise a attiré de nombreux chercheurs curieux face à cette forme d’histoire hybride, propice à la grande vague historiographique actuelle de l’histoire connectée. Pour comprendre et analyser ses ressorts, il semble en effet indispensable d’articuler ensemble des échelles à la fois internationales, nationales et régionales toutes imbriquées dans l’espace chinois local d’une ville portuaire ouverte de force à l’intrusion étrangère.

Plan des concessions de Tianjin
天津档案馆, 天津大学分校档案系, 1992:《天津租界档案选编》(Collection des Archives sur les concessions de Tianjin), 天津: 天津人民出版社.

Située à 150km au sud de Beijing, la ville de Tianjin offre un exemple particulièrement significatif des fragmentations et recompositions que subit une part importante de l’espace urbain en Chine, soumise aux aléas des conflits avec les Occidentaux puis avec les Japonais, au cours des XIXe et XXe siècles. La Deuxième guerre dite de l’Opium et la signature des conventions de Beijing, le 25 octobre 1860, marquent un véritable tournant dans l’implantation étrangère en Chine par le renouveau considérable du phénomène concessionnaire, ce dernier se caractérisant par la création d’enclaves territoriales juridiquement et administrativement sous le contrôle des Puissances s’y installant. Il en résulte à Tianjin une force contiguïté spatiale et territoriale, marquée par la présence d’au moins huit concessions étrangères, cas inédit dans l’histoire moderne chinoise.

Plan de Tianjin en 1925
M.A.E., Centre de la Courneuve, Série E-Asie (1918-1940), Correspondance politique et commerciale, Concession française de Tientsin (1925-1927), Article n°345.
Sur ce plan, on note la présente de 3 districts spéciaux qui correspondent respectivement aux anciennes concessions allemande (rétrocédée en 1917), austro-hongroise (rétrocédée en 1917) et russe (rétrocédée en 1920).

Pourtant, malgré cette singularité, force est de constater que l’étude de Tianjin s’avère encore très marginale par rapport à celle de Shanghai, dont la réputation de ville à concessions se trouve nettement plus ancrée dans la mémoire et l’imaginaire collectifs. C’est en effet sur cette dernière que porte la majorité des premières recherches s’intéressant aux concessions étrangères, un pan de recherche privilégié par les historiens travaillant sur la Chine urbaine à l’époque moderne, surtout à partir des années 1980 où la discipline connaît un essor général aux États-Unis et en Europe. L’évolution des travaux portant sur le sujet révèle une approche d’abord axée sur l’histoire diplomatique, militaire et sur les interactions politiques entre concessions mais beaucoup moins sur les communautés étrangères qui les peuplent. Les quelques tentatives faites pour offrir une vision plus sociale de ces espaces enclavés et de leurs résidents concernent presque exclusivement Shanghai. Contrairement à cette dernière pour laquelle on dispose de nombreuses études sur les concessions française et internationale, peu de travaux portent précisément sur le phénomène concessionnaire à Tianjin ou, tout du moins, l’envisagent selon une articulation entre histoire politique et sociale. Les concessions se trouvent souvent en arrière-plan d’un tableau diplomatique général comme dans l’ouvrage de Lewis Bernstein (1988) ou de questions sociales (Hershatter G., 1986), de santé et d’aménagement public pour lesquelles on évoque la place tenue et le rôle joué par les étrangers (Rogaski R., 2004 ; Spicq D., 2003). D’autres recherches s’axent plus clairement sur le thème des concessions. On peut citer celles menées par les historiens chinois Liu Haiyan et Shang Keqiang (1996) ou encore des projets plus récents adoptant une approche comparative entre les différentes entités territoriales, dans le cadre d’une thématique plus large sur le colonialisme. Parmi eux, on peut citer celui lancé en Allemagne par la Freie Universitat de Berlin : « Cooperation Networks and Local Forms of Governance in Semi-Colonial China (1860-1911) » qui porte sur les concessions avec un accent particulier placé sur Tianjin ou encore celui en cours à l’Université Bristol, « Tianjin under Nine Flags, 1860-1949 », qui a démarré en septembre 2008, sous la direction des professeurs Robert Bickers et Nicola Coope.

Suivant ces nouvelles impulsions de la recherche (dont un compte-rendu plus détaillé, traduit du chinois, a été publié dans la rubrique « Historiographie » de ce blog), tout l’intérêt d’un focus sur la ville de Tianjin va être de se placer dans l’optique d’une histoire croisée ou connectée pour déterminer, à travers le cas précis de la concession française, l’enchevêtrement des interactions et des représentations entre les différents occupants de la ville, tout en insistant sur l’imbrication des dimensions politiques, économiques, juridiques, sociales et culturelles.

  • Pourquoi la concession française en particulier ?
Plan de la concession française de Tianjin et de ses différentes extensions.

Officiellement créée le 29 mai 1861, la concession française de Tianjin constitue un objet d’étude particulièrement complexe du point de vue des relations internationales, agissant en interaction, en synergie mais aussi très souvent en conflit, tant avec les autres puissances concessionnaires qu’avec la cité chinoise située au nord. L’un des nœuds majeurs de tensions et de contestations réside dans l’extension territoriale de la concession au quartier de Laoxikai (老西开), projetée dès 1902, et dont la revendication s’inscrit comme un véritable leitmotiv autour duquel se cristallise, surtout à partir des années 1910, de nombreux conflits avec différentes formes d’opposition chinoise, les autres puissances occidentales sur place puis les Japonais qui prennent progressivement le contrôle de la ville au cours des années 1930 et dont la concession voisine lorgne sur la même portion de terrain.

Suscitant une diplomatie particulière qui consiste à entériner une situation ponctuelle comme un état de fait définitif, cette politique d’extension territoriale “à petits pas”, dont l’expression nous a semblé la plus appropriée pour qualifier toute l’ambiguïté et la prudence d’un procédé qui avance par tâtonnements progressifs, constitue le point de départ de mon étude.

C’est autour de ce cas précis mais à la portée générale que s’articule ma thèse visant à révéler les mécanismes, les enjeux et les représentations de ce type de conflit territorial multidimensionnel et à en dégager les répercussions urbaines concrètes, permettant un nouvel éclairage sur le contexte concessionnaire de Tianjin et d’autres ports ouverts ainsi que sur une bonne part des ressorts de la diplomatie française en Chine.

Il faut bien reconnaître que, côté français, la ville de Tianjin n’évoque, de manière générale, pas grand chose et encore moins l’histoire de ses concessions, constat que je formule plus comme un regret que comme une critique puisque je ne connaissais moi même pas l’existence de cette ville avant de m’y intéresser pour mes recherches. A ce déficit, en grande partie pédagogique, on peut trouver de multiples raisons et notamment la quasi inexistence de l’histoire chinoise dans les programmes scolaires du secondaire et même du supérieur. Il m’a fallu, par exemple, attendre le Master pour pouvoir suivre, au sein d’une grande université telle que la Sorbonne, un cours d’histoire entièrement consacré à la Chine…

L’ambition de ce travail consiste donc à « réveiller » les mémoires sur ce pan d’histoire franco-chinoise quelque peu oublié et aujourd’hui trop largement méconnu de ses protagonistes. Il me semble que c’est bien par la multiplication et la richesse de nos travaux que le combat pour une meilleure insertion de la Chine dans nos champs d’études universitaires encore bien trop étriqués pourra se faire. Ce que j’espère y apporter, c’est un éclairage et une analyse de ces faits historiques qui soient les plus complets possibles par une lecture attentive des sources françaises et chinoises puis par leur confrontation objective, notamment sur l’Affaire Laoxikai (老西开事件) qui offre des points de vue très contrastés voire totalement antinomiques.

  • Pourquoi cet accent porté sur le long processus d’extension de la concession française et cette mise en regard avec les autres concessions ?

Relevant en partie de l’histoire diplomatique, la recherche d’extension territoriale ne tient pas uniquement à des facteurs politiques et institutionnels mais revêt d’autres dimensions, à la fois économiques, juridiques, sociales et culturelles, étroitement liées les unes aux autres. S’il apparaît indispensable de traiter l’aspect politico-spatial, ce n’est pas tant comme une fin en soi mais plutôt pour ses effets et ses différentes implications au sein du contexte urbain et sociétal de l’époque. D’où la volonté, à travers cette thèse, de voir s’articuler et se croiser davantage analyses diplomatiques, urbaines et sociales, l’objectif étant de révéler les échanges et tensions entre les différents acteurs politiques, économiques, culturels et religieux locaux dans la première moitié du XXe siècle.

Cette articulation entre histoire politique et histoire sociale est envisagée à partir de la dimension spatiale de mon objet d’étude. Mon objectif serait de lier une approche politico-spatiale à une étude socio-spatiale de la concession. La première correspond plutôt à une analyse géopolitique au premier sens du terme s’intéressant aux rapports de force et d’influence entre différents acteurs sur un espace défini et à l’établissement de leurs connexions et interactions autour de l’espace de la concession.

La place de la revendication territoriale dans l’histoire des concessions constitue, de ce point de vue, un exemple significatif. C’est une question qui apparaît dans la plupart des villes à concession, avec des extensions généralement réalisées à la fin du XIXe siècle et vers les années 1900-1901, après la révolte des Boxeurs.

Les modalités de ces agrandissements territoriaux diffèrent parfois d’une ville à l’autre, voire d’une concession à l’autre au sein de la même ville. Mais on observe globalement l’importance de l’implantation foncière dans le processus, que ce soit à Shanghai avec la construction de routes en-dehors de la concession internationale ou à Tianjin, et notamment dans le cas de la concession française où l’investissement foncier est utilisé comme un outil d’occupation puis d’annexion du quartier de Laoxikai.

C’est ce que nous entendons par approche socio-spatiale de la concession, l’objectif étant de mesurer, à travers trois échelles d’analyse (la concession française, la ville de Tianjin et les autres concessions en Chine) la part des répercussions sociales – au-delà des implications politiques et diplomatiques – entraînées par l’occupation physique d’un espace, que celle-ci soit formelle – officiellement validée par un accord avec le gouvernement chinois – ou informelle.

Le point de départ de l’affaire Laoxikai et le suivi de l’évolution de ce quartier me paraissent constituer une ligne directrice cohérente autour de laquelle on peut envisager la problématique de l’extension territoriale. D’une part, cet aspect omniprésent et récurrent dans l’histoire des concessions pose un certain nombre de difficultés sur lesquelles encore très peu de travaux de recherches se sont penchés1. D’autre part, il s’agit d’une question transversale qui fait appel non seulement à des ressorts diplomatiques, politiques et économiques mais également culturels, sociaux et sanitaires.

Tout l’intérêt d’une histoire connectée est alors d’essayer de voir comment ces différentes trajectoires s’articulent entre elles, c’est-à-dire tenter de dégager des facteurs expliquant ce phénomène ainsi que ses répercussions tant diplomatiques que sociales sur la vie des quartiers contestés, ces sortes de « zones intermédiaires » autour desquelles on entretient – souvent à dessein – un flou juridique et administratif entre légalité et illégalité, entre reconnaissance officielle et contestation.

C’est d’ailleurs ce à quoi fait référence le mot d’ « enclave » employé pour le titre de ma thèse. Il souligne d’un côté le cœur de la contestation concernant les limites territoriales de la concession et le souhait d’y intégrer le territoire de Laoxikai afin qu’il soit placé sous le ressort de la municipalité française pour que cette dernière puisse notamment y prélever une taxe foncière. C’est justement cette volonté d’ « enclaver » le quartier en-dehors de la juridiction et de l’administration chinoise qui pose problème.

D’un autre côté, la référence à ce terme permet aussi de révéler la faiblesse et les difficultés directement liées à la situation géographique et au statut de ce territoire, notamment à partir des années 1930 et face à la montée des revendications japonaises.

Enfin, l’espace de Laoxikai lui-même se trouve être enclavé avec un statut non défini et qui reste longtemps indéterminé, ce qui l’apparente à une sorte de zone intermédiaire dont l’administration n’est ni totalement française, ni totalement chinoise.

L’évocation d’un espace contesté rappelle le rôle crucial des protestations successives dans l’enlisement de ce projet d’extension – l’affaire Laoxikai puis l’arrivée des nationalistes précédés de leur propagande anti-impérialiste et enfin les frictions avec les Japonais à propos du partage du territoire.

Ce qui paraît à première vue atypique avec la concession française de Tianjin, c’est la manière dont elle tente de se maintenir et même de s’étendre de façon presque anachronique lorsque l’on considère le contexte général des années 1920 et 1930 où l’heure est plutôt aux reculs voire aux rétrocessions. Elle n’obtiendra le rattachement officiel du quartier qu’en 1937, au terme d’accords passés avec Chinois et Japonais dans un contexte de crise qui débouche rapidement sur le déclenchement de la guerre sino-japonaise.

Plan du quartier de Laoxikai (老西开) en 1937-38, au moment de son rattachement officiel au reste de la concession française
C.A.D.N., Article n°37

La ligne directrice de mon travail ne vise pas simplement à s’arrêter au cas précis de l’extension à Laoxikai qui, bien que déjà très riche en lui-même, mérite cependant à ce qu’on le mette en lien avec d’autres exemples similaires, l’objectif étant d’initier une réflexion d’ensemble sur la problématique de l’extension territoriale des concessions. Il ne s’agit certes pas de faire une étude exhaustive de la question, les faits étant trop nombreux pour être regroupés dans un même travail. Mais plutôt que de se cantonner à un cas particulier, on peut au moins chercher à établir des connexions avec d’autres tentatives, succès ou échecs d’expansion territoriale, sachant que c’est un trait intrinsèque de l’installation et du développement des concessions.

Dans le cadre d’une histoire connectée et dans l’optique d’une échelle d’analyse plus large, notre questionnement vise à savoir s’il est possible de mettre en relation les différents processus d’extension qui sont enclenchés dans les concessions de Tianjin, Hankou et Shanghai à peu près à la même époque – excepté à Shanghai où ils sont antérieurs. Si non, peut-on tout du moins comparer leur mise en place, les modalités de leur règlement et les difficultés auxquelles ils se trouvent confrontés ? Peut-on identifier des cas d’enlisement similaires à celui de Laoxikai ? C’est bien là tout l’intérêt d’une observation sur différentes échelles qui nous permet de passer de l’une à l’autre pour l’établissement d’une analyse « connectée » ou comparée plus précise et plus pertinente.

Voici ainsi ébauchés les principaux enjeux de mon travail qui, mené à son terme, permettra, je l’espère, d’avoir une compréhension élargie et approfondie de cette question centrale dans l’histoire des concessions en Chine.


1 La plupart se sont penchés sur l’affaire de la Pagode de Ningbo à Shanghai ou sur les problèmes posés par la présence des tombes de façon générale (cf. communication de Chen Songchuan lors du colloque organisé par l’Université de Bristol, 7-8 juillet 2011).


Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

12 réflexions sur « Pourquoi l’histoire de la concession française de Tianjin ? Réflexions « existentielles » au fil de la thèse… »

  1. Ni hao,
    Je viens de découvrir votre blog et vais le lire tranquillement.
    Ma mère est née à Tien Tsin en 1913 et ses soeurs en suivant.
    Je vais aller visiter en octobre et espère qu’une de mes tantes pourra me fournir un peu plus d’infos. J’ai hâte de marcher dans les pas de ma mère !

    1. Bonjour,
      Merci de votre message. Je n’ai malheureusement plus beaucoup de temps pour alimenter mon blog, mais je ne désespère pas de m’y remettre. Je vous conseille de lire cette autre publication en ligne : . Elle vous intéressera sûrement car j’y analyse un fonds visuel d’un officier français ayant vécu à Tianjin dans les années 1930. Je pars vivre à Tianjin à partir de septembre. Recontactez moi au besoin lors de votre visite, voici mon mail : fleur.chabaille@gmail.com
      Bien à vous,
      Fleur Chabaille-Wang

  2. Bonjour,
    Je découvre avec grand intérêt votre travail… qui suscite en moi une question très intéressée ! Pourriez-vous me dire, dans la mesure du possible, comment je peux trouver des informations supplémentaires sur un Français qui a séjourné dans la concession française au début du XXe siècle ?
    Il s’agit d’un dénommé Louis Auguste LAPICQUE (1873-1949), breveté capitaine de marine marchande au long cours en 1898, localisé en 1904 à Tianjin. Il travaille alors pour le compte d’une société commerciale : la Compagnie des Indes, de Vladivostok au Golfe Persique. En 1910, avec un associé, l’ingénieur Walthert, il fonde sa propre compagnie à Hongkong, la « P.A. Lapicque et Co », qui assure des liaisons maritimes entre cette dernière ville et Hanoï.
    Avec tous mes remerciements pour votre aide,
    Bien à vous,
    Alexandre Laumond

    1. Bonjour,
      Vous pourriez regarder aux archives de Nantes (CADN) dans le fonds sur l’ancienne Concession française de Tianjin, il me semble qu’il y a une série de documents nominatifs classés par ordre alphabétique. Ils concernent des personnes ayant vécu dans la concession, mais il n’y a bien entendu aucune garantie que vous y trouviez un dossier sur cette personne.
      Bien à vous,
      Fleur Chabaille-Wang

  3. Bonjour,
    Bravo pour votre travail!
    Je fais une thèse sur les Hautes Études à Tianjin et me suis arrêtée sur l’affaire Laoxikai, évidemment. J’ai cru comprendre que le vicaire apostolique du Zhili Maritime avait fait construire sa cathédrale et sa résidence en 1912. Mais ensuite, la concession françaises aurait restitué son autorité à la province du Zhili… pas clair pour moi. Pourriez-vous m’éclairer? Merci!

    1. Bonjour,
      Merci de votre message. Le sujet de votre thèse m’intéresse beaucoup, il se trouve que j’ai étudié à l’Université des langues étrangères de Tianjin, dans l’ancien cadre de l’École des Hautes Études ! Concernant votre question, il me semble que la cathédrale, la résidence épiscopale, le séminaire, l’école et l’hôpital du quartier de Laoxikai ont toujours été sous l’autorité du vicariat du Zhili. Une partie des financements venait du gouvernement français, mais ils ont été limités en raison du contexte de la Première Guerre mondiale. Mgr Dumond a dû faire un prêt au CFEO. Les travaux n’ont débuté qu’en 1915 et ont été assez bâclés en raison de problèmes financiers. La Municipalité française a profité de l’installation des missionnaires dans le quartier, mais n’avait pas d’autorité directe sur eux. J’espère que ces renseignements pourront vous aider.
      À très bientôt !

  4. Tres bon travail merci !

    Vous pourriez considérablement nous aider a écrire la page wikidpeia sur « Concession française de Tientsin » Merci encore.

  5. Puis-je vous demander si au cours de vos recherches vous avez rencontré le nom d’un club de Tientsin (avant seconde guerre mondiale) qui s’appelait Nam Fong (Club) ?
    Avec tous mes remerciements

    1. Bonjour,
      Merci de votre message. Non je ne connais malheureusement pas ce club, mais je ne manquerai pas de vous signaler si je rencontre ce nom au cours de mes recherches.

  6. Bonjour
    mon grand père Guy de Coulhac-Mazérieux était secrétaire général de la concession française à Tien Tsin. Ma grand mère décédée et ma mère m’ont raconté plein d’histoire. Ils ont quitté Tien Tsin en 1946.
    Cela m’a fait très plaisir de commencer à lire votre travail. Je vais le faire lire à ma mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *