Exposition de photographies « La France et la ville de Tianjin »

Depuis le 7 novembre se tient une exposition de photographies autour de la ville de Tianjin à la Xinhua Gallery Media France. Celle-ci aurait dû se terminer le 23 novembre mais n’ayant pu m’y rendre qu’en ce dernier jour annoncé, j’ai appris qu’elle serait prolongée. Il n’est donc pas trop tard pour aller assouvir sa curiosité et découvrir ce qui se cache derrière le titre prometteur : « La France et la ville de Tianjin ».

Expo couverture

Autant le dire d’emblée, le parcours est assez court et les documents montrés relativement succincts. Néanmoins, les événements liés à Tianjin restant très rares, on ne peut que se réjouir d’une initiative visant à faire connaître davantage au grand public une partie de l’histoire de la ville. D’autant que parmi les informations distillées, on apprend quelques détails atypiques sur les relations entre Tianjin et la France.

L’exposition est organisée par la ville de Tianjin et la ville d’Albert en France avec le soutien de l’Ambassade de la R.P.C. en France. Elle s’articule autour de trois moments de l’histoire « franco-tianjinoise », des instantanés d’échanges entre un pays et une ville ayant pour seul point commun d’être parties intégrantes de cette histoire bilatérale.

L’un de ces trois temps évoque la création du Musée Hoangho-Paiho (北疆博物馆) en 1923 par Émile Licent (1876-1952), un jésuite, paléontologue et archéologue français. Les anciens bâtiments du musée se trouvent aujourd’hui dans l’Université des langues étrangères de Tianjin (天津外国大学) dont témoigne le fronton que l’on peut encore apercevoir en hauteur. Premier musée consacré à l’histoire naturelle en Chine, sa création a représenté une contribution importante au développement des sciences naturelles en Chine. En outre, Emile Licent et Pierre Teilhard de Chardin ont été les premiers paléontologues à découvrir des fossiles humains préhistoriques sur le territoire chinois.

Une autre partie de l’exposition adopte un angle plus contemporain en s’intéressant à l’entreprise sino-française « Dynasty », première collaboration de cette nature à avoir été établie à Tianjin suite aux réformes économiques de la fin des années 1970. Sa présentation est aussi l’occasion de mettre l’accent sur les différents projets et échanges en cours entre la France et la ville chinoise qui connaît actuellement un développement économique et culturel florissant.

Le moment du parcours photographique ayant plus particulièrement retenu mon attention concerne le lien unique unissant la ville d’Albert située en Picardie et Tianjin qui a été l’une de ses marraines de guerre. Les informations et illustrations rapportées dans ce billet sont issues du livret de l’exposition.

Expo1

Durant la Première Guerre mondiale, la ville d’Albert a été plusieurs fois victime de l’occupation allemande et a subi de graves destructions nécessitant un lourd effort financier de reconstruction.

Sous l’égide de M. Félix Pernaut, ingénieur de l’Association européenne de protection des plantes et originaire d’Albert, les habitants de Tianjin créent spontanément une association chargée de la collecte de dons pour venir en aide à l’Europe. Créée le 4 novembre 1918 à l’initiative de différents secteurs sociaux de Tianjin, l’Association se fixe pour objectif de collecter, à travers diverses campagnes, des dons destinés à soutenir la reconstruction des pays européens. Sont ainsi organisées diverses fêtes, souscriptions publiques et tombolas au profit de la ville d’Albert. Les fonds recueillis auraient atteint plus de 200 000 francs. Il faut dire que la mobilisation est générale. Des journaux influents de l’époque tels que le Yishibao《益世报》couvre la campagne d’appel aux dons tandis que des étudiants de l’école Nankai donnent des représentations théâtrales pour soutenir cette dernière. D’après les chiffres indiqués, environ 20 000 personnes auraient participé à cet élan de solidarité et notamment à la manifestation organisée par l’Association pour fêter la fin de la Première Guerre mondiale tout en faisant appel à la générosité des habitants de Tianjin. Cette initiative reçoit le soutien d’une part importante de la population. Le 13 décembre 1918, plusieurs défilés parcourent le boulevard Dongmalu 东马路 en brandissant les drapeaux des pays alliés de la Triple-Entente.

Afin de témoigner sa reconnaissance envers Tianjin qui fait partie des trois villes donatrices ayant permis sa reconstruction, la commune d’Albert a baptisé une de ses rues « Rue Tien Tsin » et y dresse une stèle de commémoration en 1920.

Expo6

Cette rue centenaire, devenue le symbole d’une longue amitié entre les deux villes, est aussi la seule rue de France portant le nom de Tianjin.

Expo7(3)Expo8

Par ailleurs, la mairie de la ville affiche encore des marques du souvenir de la ville chinoise qui se trouve évoquée à travers un tableau réalisé à la demande du maire d’Albert et placé dans son bureau. De plus, l’une des salles de la mairie a été nommée « Salle de Tien Tsin » en hommage à la contribution généreuse de sa marraine.

Expo7(1)Expo7(2)

Cette initiative dont j’ignorais totalement l’existence incite à se replonger dans les archives pour y retrouver sa trace. Elle montre le lien de solidarité continu qui unit les ressortissants français à leur mère patrie. Ce dernier est d’autant plus remarquable que les Français de Tianjin, pour d’autres raisons que leurs compatriotes restés en France, sortent aussi particulièrement exsangues des années de guerre. D’une part, l’Affaire Laoxikai (1916-1917) a eu un effet désastreux sur les activités économiques de la concession française. D’autre part, les inondations de 1917 ont été particulièrement dévastatrices et n’ont fait qu’amplifier les lourdes pertes déjà subies. L’effort de leur part est donc tout à fait notable.

民國六年  (1917年),天津水災。(西德尼-戴維-甘博 Sidney David Gamble 攝) 民國六年(1917年)天津水災期間被淹的【老西開教堂】。(西德尼-戴維-甘博 Sidney David Gamble 攝)

L’élan de solidarité, rapporté au cours de l’exposition comme ayant impliqué une part importante des habitants de Tianjin, conduit également à se poser l’inévitable question de la participation des résidents chinois à la collecte des fonds et aux activités qui l’accompagnent (représentations théâtrales, manifestations). On peut notamment se demander si celle-ci est aussi d’ordre économique. Cela semble assez étonnant quand on connaît le contexte proche, celui de l’Affaire Laoxikai, marqué par un fort mouvement d’opposition aux Français de Tianjin. Il nous amène en tout cas à penser que s’il y a bien eu soutien de quelques résidents chinois de la concession française, celui-ci a sans doute été somme toute assez limité.

Pour conclure, on peut dire que l’hommage rendu à Tianjin, qui s’inscrit dans le cadre des commémorations à venir du centenaire de la Grande Guerre, permet de rappeler la contribution des résidents expatriés à la reconstruction de leur pays. Il révèle la permanence d’une forte solidarité malgré la longue distance, à la fois géographique et événementielle, qui sépare la communauté française de Tianjin de ce qui se joue en Europe.


Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *