Archives de catégorie : Articles

大沽口炮台遗址博物馆 (The Dagukou Fort Ruins Museum)

Situé dans le district de Tanggu de la municipalité de Tianjin, le site de Dagu a d’abord abrité des fortifications sous les Ming, durant le règne de l’empereur Jiajing 嘉靖 (1522-1566) avant la construction d’un fort militaire sous les Qing en 1817, durant le règne de l’empereur Jiaqing 嘉庆 (1796-1820). Il s’agit d’un lieu historique incontournable, théâtre de la plupart des grandes batailles du XIXe et tout début du XXe siècles ayant opposé la Chine aux puissances occidentales. Si la mer arrivait auparavant jusqu’au fort, seules quelques mares d’eau et les canons surplombant le site rappellent aujourd’hui son passé côtier mouvementé tandis que de nombreuses constructions sont venues s’implanter tout autour.

Cet article vise à présenter l’évolution de ce fort en respectant l’ordre chronologique de visite du musée. L’objectif est de souligner son importance cruciale dans l’histoire moderne de la Chine tout en dégageant des pistes de réflexion plus centrées sur le cas précis de Tianjin et les liens que l’on peut établir entre l’emplacement stratégique du lieu et la création d’un nombre inédit de concessions étrangères au sein de la ville.

  • Un lieu stratégique sous les Ming et de rencontre avec les Occidentaux à l’époque des grandes explorations maritimes

Connu en tant que « Porte maritime vers Beijing », Dagu avait déjà un rôle important dans le transport du grain sous la dynastie des Yuan (1271-1368). Mais c’est durant la dynastie suivante, celle des Ming (1368-1644) que la zone de Dagu commence à s’imposer comme un emplacement militaire défensif face aux pirates japonais qui sévissent du XIIIe au XVIe siècles sur les côtes chinoises. En 1592, la 20e année du règne de l’empereur Wanli 万历 (1572-1620), lorsque le Japon envahit la Corée, le gouvernement Ming renforce alors sa défense le long de la mer Bohai (渤海) en augmentant le nombre de ses troupes stationnées à Tianjin (plus de 23 000 soldats) et en nommant en 1597 un gouverneur chargé de la défense côtière à Tianjin.

Au tournant du XIXe siècle, en raison de la proximité du lieu par rapport à la capitale Beijing, Dagu devient le point de chute des missions britanniques souhaitant s’introduire en Chine.

  • Construction du fort sous les Qing

Avec l’arrivée de Lord Macartney (1737-1806) en 1792 et plus particulièrement celle de Lord Amherst (1773-1857) en 1816, l’empereur Jiaqing 嘉靖 (1522-1566) réalise toute l’importance stratégique du lieu à la fois en tant que rempart protecteur de la capitale et à la fois comme zone de contact avec le monde extérieur. Dix ans après la venue de Lord Amherst à Tianjin, l’empereur promulgue un édit impérial pour établir une base navale à Dagu et commencer la construction de forts sur les rives nord et sud de la mer Bohai (渤海).

  • Les trois batailles de Dagu entre 1858 et 1860

Entre 1858 et 1860, Dagu est le théâtre de trois batailles successives qui déterminent largement le résultat de la Deuxième guerre de l’Opium et qui renforcent la position stratégique du fort en tant que porte d’entrée maritime vers la capitale puisque la prise du fort ouvre un accès possible à la Cité interdite.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, les Britanniques sont très présents en Chine pour y acheter notamment du thé et de la soie et ce, en si grande quantité, que leur balance commerciale se trouve fortement déficitaire. Pour rééquilibrer cette dernière, l’idée germe alors d’importer en Chine de l’opium venant d’Inde, comme l’avaient fait avant eux les Portugais, initiative qui remporte un succès grandissant auprès de la population. La consommation devient telle que la balance commerciale s’inverse rapidement en faveur de la Grande-Bretagne mais au prix de multiples problèmes de corruption et ravages au sein de la société. Les autorités chinoises, devant l’ampleur du phénomène, tentent plusieurs fois de l’interdire (un premier édit est promulgué en 1729, un second en 1796 et un troisième en 1800) mais sans résultat puisque les Britanniques continuent à l’introduire par contrebande. Comme le relève avec une certaine malice Bernard Brizay dans son ouvrage sur le Sac du Palais d’Été (Le Sac du Palais d’Eté, Troisième Guerre de l’Opium, Paris : Éditions du Rocher, 2003), l’Angleterre de la reine Victoria devient ainsi le premier État narco-traficant au monde.

Cette question de l’opium va véritablement déterminer l’évolution des rapports diplomatiques entre les deux pays et on peut d’ailleurs considérer que tous les traités ayant ponctué les relations entre l’Angleterre et la Chine entre 1839 et 1860 ont l’opium comme origine. Tianjin devient très vite le port le plus important pour son entrée via Dagu et son commerce à Beijing ainsi que dans le nord du pays. Devant cette situation de fait sur laquelle il n’a aucun contrôle, le gouvernement Qing décide de saisir et détruire l’opium transporté en Chine : une confiscation a notamment lieu à Dagu les 13-14 novembre 1838.

D’autres actions sont également menées à Guangzhou (Canton) par Lin Zexu 林则徐 (1785-1850), commissaire impérial de la province du Guangdong, pour tenter d’appliquer l’interdiction maintes et maintes fois réitérées. En juin 1839, des stocks d’opium sont saisis et détruits dans la ville. Après plusieurs affrontements, Lin Zexu va jusqu’à interdire l’accès des navires britanniques au port de Guangzhou, ce qui déclenche la première guerre dite de l’Opium. Les Britanniques souhaitent principalement forcer le gouvernement Qing à reprendre le commerce, à rembourser l’opium confisqué ou détruit ainsi qu’à leur accorder l’île d’Hong Kong. Après des combats menés dans le Guangdong, les Qing sont contraints à la capitulation et à la signature du traité de Nanjing (Nankin), le 29 août 1842, dont les clauses stipulent la cession de Hong Kong à la Grande-Bretagne mais également l’ouverture de cinq ports (Xiamen, Guangzhou, Fuzhou, Ningbo et Shanghai) au commerce étranger ainsi que le principe d’exterritorialité qui permet aux ressortissants étrangers d’échapper aux lois chinoises.

Négociations qui ont lieu entre le gouverneur du Zhili 直隶, Qi Shan 琦善, et les Britanniques représentés par Charles Elliot, le 30 août 1840 à Dagu. Qi Shan tente de persuader les Britanniques d’abandonner les combats au sud en assurant que l’empereur Daoguang 道光 chercherait à enquêter sur les destructions d’opium et à les sanctionner. Le 15 septembre, les Britanniques quittent Dagu pour rejoindre le sud de la Chine.

Signature du traité de Nanjing《南京条约》le 29 août 1842.

Cependant, les avantages arrachés par les Britanniques, très vite rejoints par les Américains et les Français qui obtiennent les mêmes privilèges en 1844, se trouvent finalement n’être que des principes de fait. La seconde guerre de l’Opium (1858-1860) entend ainsi imposer leur application effective et définitive tout en formulant de nouvelles revendications. Les opérations militaires voient ainsi l’intervention d’autres Puissances, notamment la France, les Etats-Unis et la Russie de 1856 à 1859, venues profiter de l’affaiblissement de l’Empire des Qing, principalement dû à la révolte des Taiping (1850-1863), pour se « tailler » une part du gâteau chinois. Dans ce contexte, le fort de Dagu devient le théâtre de trois batailles successives. La première lancée à l’initiative des Britanniques et des Français le 20 mai 1858 se clôt rapidement par la victoire de ces derniers qui se rendent jusqu’à Tianjin pour forcer le gouvernement Qing à signer le Traité de Tianjin. Signé le 2 juin 1858, il prévoit notamment l’ouverture de dix nouveaux ports au commerce occidental (dont Tianjin) ainsi que la libre installation de missions catholiques et protestantes qui peuvent devenir propriétaires de terrains dans l’intérieur du pays.

Signatures respectives du traité de Tianjin《天津条约》du gouvernement Qing avec la Russie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France les 13, 18, 26 et 27 juin 1858, à Tianjin et plus précisément à Haiguangsi 海光寺.

La deuxième bataille de Dagu a lieu en juin 1859. Se plaignant des arrangements conclus quant à la route permettant d’entrer à Beijing pour la ratification du traité, les Britanniques et les Français décident de forcer le passage, déclenchant ainsi la riposte des troupes chinoises qui leur infligent une défaite cuisante après un jour et une nuit de combats acharnés, coulant au total quatre navires britanniques et faisant environ 400 tués ou blessés parmi les soldats britanniques et français.

Du côté chinois, le général Senggelinqin 僧格林沁 a mobilisé des troupes de Beijing, de Mongolie intérieure et d’autres régions pour soutenir Dagu. Avant la bataille, 7 000 soldats y sont regroupés dont 4 000 se trouvant dans les six forts le long des rives nord et sud.

Bien décidés à venger l’humiliation subie, les Britanniques et les Français engagent une expédition commune et débarquent aux abords de Dagu le 30 juillet 1860. Cette fois-ci, les deux armées se regroupent à Beitang 北塘, et attaquent les forts de Dagu par derrière, ce qui leur assure une victoire très rapide.

Panorama du fort de Beitang 北塘 photographié par Felice A. Beato le 3 août 1860.

Peu après l’attaque, le fort de Shitoufeng 石头缝 tombe et le préfet du Zhili 直隶, Le Shan, meurt au combat. Peu à peu, les deux rives se trouvent occupées par les troupes alliées.

Le fort de Shitoufeng 石头缝 après les combats.

Le préfet du Zhili, Le Shan 乐善 (?- 1860), tué lors de la bataille de Shitoufeng 石头缝.

Après la prise de Dagu, les forces alliées franco-britanniques attaquent la ville de Tianjin et l’occupent. Elles se préparent ensuite à marcher sur Beijing. Le 18 septembre, elles défont les troupes des Qing commandées par Senggelinqin 僧格林沁 à Zhangjiawan 张家湾. Le 21 septembre, la même scène se reproduit à Baliqiao八里桥.

英法联军向北京进发示意图 (Plan de l’avancée des troupes alliées franco-britanniques vers Beijing) : On peut suivre leur progression de Beitang 北塘 à Dagu vers Tianjin puis Baliqiao 八里桥 et enfin Beijing.

Devant l’arrivée imminente des Britanniques et des Français dans la capitale, le 22 septembre 1860,  l’empereur Xianfeng 咸丰 (1850-1861) s’enfuit avec sa Cour à Chengde (aujourd’hui dans le Hebei actuel), laissant le soin à son jeune frère, Yi Xin 奕訢, connu sous le nom de Prince Gong 恭亲王 (1832-1898), de rester au Yuanmingyuan 圆明园, grandiose résidence impériale, pour y négocier la paix.

Les troupes britanniques et françaises se donnent rendez-vous devant le Yuanmingyuan 圆明园. Les Français arrivent les premiers et commencent à piller le palais. Les Britanniques arrivent le lendemain et sont furieux, non pas du pillage, mais surtout du fait que ce dernier ait été commencé sans eux. S’ensuit alors un pillage général les 7 et 8 octobre. Au même moment, le prince Gong annonce la libération d’otages français et britanniques qui avaient été capturés et détenus depuis le 18 septembre. Cependant, tous ne reviennent pas, certains ayant succombé sous la torture ; quant aux survivants, ils reviennent pour la plupart dans un état physique lamentable, dont certains ne se remettront d’ailleurs jamais. Sur 26 prisonniers britanniques, 13 sont morts et 13 sont rendus vivants tandis que sur 13 Français, 7 sont morts et 6 sont rendus vivants. Ce décompte macabre va rendre les Anglais furieux, parlant d’une « violation la plus totale de la loi internationale ». Côté britannique, on estime alors que l’empereur doit être sévèrement puni et, pour que le châtiment soit exemplaire, il est alors convenu de saccager et d’incendier de fond en comble le Yuanmingyuan 圆明园. Il faut tout de même préciser qu’il s’agit là d’une décision britannique unilatérale car les Français, bien qu’ayant allègrement participé au pillage, se prononcent catégoriquement contre la destruction du palais. Cette nuance n’est, à ma connaissance, jamais apportée dans les récits faits en Chine à ce sujet. C’est donc seuls que les Britanniques procèdent, les 18 et 19 octobre, à ce que Bernard Brizay qualifie d’ « holocauste architectural » (Ibid., p. 32).

Les troupes françaises et britanniques devant le Yuanmingyuan 圆明园.

Dès le lendemain, le prince Gong annonce qu’il accepte toutes les conditions exigées par les alliés. Ces dernières figurent dans les Conventions de Beijing, ratifiées les 24 et 25 octobre, qui reprennent les principales clauses du Traité de Tianjin de 1858.

 Yi Xin 奕訢, Prince Gong 恭亲王 (1832-1898)

Signature des Conventions de Beijing《北京条约》entre le Prince Gong et Lord Elgin représentant la Grande-Bretagne. Le lendemain, c’est au tour de la France, représentée par le Baron Gros.

  • Évolution et renforcement du fort de Dagu

Suite à sa défaite lors de la Deuxième guerre de l’Opium, la Chine entre dans un mouvement des affaires occidentales ou d’auto-renforcement (洋务运动) lancé par le gouvernement Qing dans les années 1860 et qui prône « l’apprentissage des technologies de l’Occident pour mieux le contrôler » (« 师夷长技以制夷的 »). Durant ce mouvement, le fort de Dagu s’équipe de nouveaux canons Krupp et Armstrong ainsi que du télégramme pour constituer une barrière maritime capable de protéger la capitale. Ces innovations sont notamment menées sous l’impulsion de Li Hongzhang 李鸿章 (1826-1893), alors préfet du Zhili 直隶 et chancelier de la marine du Beiyang 北洋.

En 1871, Li Hongzhang 李鸿章 se rend en personne à Dagu pour vérifier les installations sur place et ordonne l’importation d’armes occidentales.

Canons Krupp achetés par Li Hongzhang 李鸿章.

En 1879, les lignes de télégramme sont établies entre le fort de Dagu, le fort de Beitang et la résidence du gouverneur du Zhili.

  • La guerre sino-japonaise 甲午战云 (1894-1895)

Au printemps 1894, une révolte paysanne éclate en Corée et le gouvernement Qing envoie des troupes pour tenter d’y mettre un terme. Au même moment, le Japon, sous prétexte de vouloir protéger son ambassade et ses ressortissants, envoie à son tour des troupes et occupe Séoul le 10 juin. Le 25 juillet, le Japon déclenche les hostilités en coulant le navire britannique commercial Kowshing qui était parti de Dagu. Le 1er août, la guerre est officiellement déclarée entre la Chine et le Japon. Elle se termine par la victoire du Japon qui va imposer ses revendications à la Chine.

Le Traité de Shimonoseki est signé le 17 avril 1895. La Chine y reconnaît la totale indépendance de la Corée et cède « à perpétuité » la péninsule du Liaodong (sud de la province actuelle du Liaoning) ainsi que l’île Taiwan au Japon. C’est également par ce traité qu’une concession lui est attribuée à Tianjin.

Les Japonais coulant le navire Kowshing transportant deux bataillons de troupes de défense du Beitang.

  • La 4e bataille de Dagu : l’intervention des huit pouvoirs alliés contre les Boxeurs

Le fort de Dagu est enfin le théâtre d’une 4e bataille lorsqu’en juin 1900, les huit pouvoirs alliés 八国联军 (Grande-Bretagne, France, États-Unis, Japon, Russie, Allemagne, Italie et Autriche-Hongrie) se coalisent pour lutter contre le mouvement des Boxeurs (义和团运动) dont le slogan était : « Soutenir les Qing, exterminer les Occidentaux » (« 扶清灭洋 »). Née dans le Shandong et le Zhili et d’un enracinement d’abord local, cette révolte due à de multiples causes (pression démographique, division parcellaire de l’exploitation du sol, assouplissement commercial des régions du Grand Canal, inondations du fleuve Jaune en 1898, réquisitions et impositions gouvernementales pour la guerre de 1894-1895) s’étend peu à peu, gagnant Tianjin à l’été 1899 puis Beijing pour se trouver récupérée par la dynastie Qing qui s’appuie sur son anti-impérialisme.

Membres du mouvement des Boxeurs. A l’été 1899, il compte déjà près de 40-50 000 membres dans la région de Tianjin.

Américains et Japonais occupant le fort de Dagu.

Le 14 juillet 1900, les troupes des huit pouvoirs alliés s’emparent de la ville de Tianjin.

Après la fuite des autorités chinoises de la ville de Tianjin, un gouvernement provisoire est ensuite établi par les huit pouvoirs alliés pour s’occuper de la gestion de la ville et de ses alentours. Le 22 juillet 1901, il prend la décision de démolir les installations défensives de Dagu et Beitang.

Photographie des officiers militaires des huit pays alliés composant le gouvernement provisoire.

Démantèlement des canons Krupp.

  • Réflexions générales sur l’importance spatiale stratégique du fort de Dagu

Comme cette présentation chronologique des principaux événements ayant eu lieu à Dagu le montre, ce lieu historique est d’une importance capitale pour qui s’intéresse à l’histoire moderne de la Chine puisque ce fort militaire stratégique s’est trouvé au coeur de presque toutes les batailles ayant opposé la Chine aux puissances occidentales au XIXe et au début du XXe siècles. Son histoire se trouve de surcroît étroitement liée à celle de Tianjin du fait de la proximité spatiale des deux lieux et de l’emplacement central de Tianjin entre Dagu et Beijing. Rappeler l’importance stratégique de Dagu, c’est donc aussi soulever celle, toute aussi cruciale, de Tianjin comme porte d’entrée vers la capitale et donc vers la Chine toute entière, Dagu constituant la première étape de cette expédition. Le fait que le fort ait été attaqué à quatre reprises par les puissances occidentales entre 1858 et 1900 nous permet également de comprendre la genèse des événements ayant conduit à la création des concessions étrangères.

En ce qui concerne l’apport de cette visite par rapport à mes recherches personnelles, j’aurais aimé trouvé des pistes de réflexion plus précises sur l’emplacement stratégique de ce fort et sa relation avec la ville de Tianjin. Mais c’est aussi à l’historien qu’il incombe de remédier à ces lacunes. De fait, une étude plus approfondie mériterait d’être menée sur le lien (peut-être de cause à effet) entre le positionnement stratégique de Tianjin sur l’axe Dagu-Beijing et le nombre inédit des concessions qui ont été implantées dans la ville. Les outils de l’histoire spatiale pourraient notamment être mobilisés pour suivre l’évolution et les mouvements de cet « axe » dans le temps.

 

On regrettera enfin qu’au cours de la visite du fort, l’analyse finale ne mette l’accent que sur le sentiment d’humiliation se dégageant de ces événements historiques et restant associé au fort de Dagu devenu un lieu symbolique des nombreuses défaites connues par la Chine face aux puissances étrangères. De la présentation du musée jusqu’aux derniers mots de conclusion, on peut lire en effet ce leitmotiv de l’humiliation. On retiendra notamment cette phrase : “大沽口炮台的兴废昭示后人 落后就要挨打, 强盛才有安宁”(« La leçon qu’enseigne aux générations suivantes l’apogée et le déclin du fort de Dagu est qu’une nation faible sera inévitablement détruite et que seule une nation forte peut prospérer en paix. »).

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

天津老城博物馆 (Tianjin Old City Museum)

Le musée de la vieille ville de Tianjin se trouve dans l’ancienne cour de la demeure de Xu Puan (徐朴庵) qui était un comprador de la banque britannique Chartered Bank (麦加利银行). Sa demeure fut construite au début de la période républicaine et s’étendait sur environ 1600 m2. A Tianjin, c’est aujourd’hui la seule résidence traditionnelle typique de l’époque à avoir été conservée.

En 2000, Feng Jicai (冯骥才), romancier de Tianjin très connu pour ses petits récits historiques1, a proposé la construction d’un musée reposant sur un système de donations privées, ce qui constituait une première en Chine. Il a lui-même montré l’exemple en offrant quelques objets de son fonds personnel.

C’est finalement le 23 décembre 2004, lorsque la ville de Tianjin a fêté son 600ème anniversaire, que le musée a été ouvert au public.

Après la lecture de cette brève présentation à l’entrée du musée, la visite s’avère quelque peu décevante par rapport à la description plutôt attrayante qui en est faite. On nous promet en effet la découverte d’une immense collection plongeant le visiteur au cœur de la mémoire inoubliable des résidents de la vieille ville et témoignant de l’héritage culturel et historique de Tianjin. S’il est vrai que la structure du lieu avec ses trois cours intérieures en forme de quadrangles semi-détachés (四合院) permet de donner un aperçu des configurations spatiales domestiques de l’époque, les quelques objets éparses constituant la « collection » évoquée ne suffisent pas à évoquer de façon suffisamment détaillée le passé de la ville.

Dans la première salle, on peine à comprendre le mélange injustifié d’objets allant de l’époque des Song à la Révolution culturelle et ne possédant aucun lien particulier qui les relie entre eux. Des objets historiques aussi divers que des petites chaussures de femme datant de l’époque des Qing (三寸金莲), une poterie datant des Song (小壶), un encensoir datant des Qing (香炉) se retrouvent ainsi réunis sans autre forme d’explication, si ce n’est qu’ils proviennent de donateurs privés dont le nom est indiqué.

Dans les salles suivantes, on trouve quelques photographies historiques dont certaines sont de très bonne qualité mais le manque de lumière empêche la possibilité d’en faire une reproduction exploitable. Les quelques clichés présentés ci-dessous permettent tout de même de saisir quelques moments de vie quotidienne. La dernière photographie est une carte postale envoyée par des Français à un couple d’amis dans laquelle ils évoquent leur prochain déménagement dans le quartier diplomatique.

Quelques panneaux sont également là pour nous aiguiller sur certains aspects précis concernant la formation, l’histoire et l’évolution de la vieille ville.

L’arrondissement actuel de Chengxiang (城厢区) inclut la vieille ville (老城里) et une partie extérieure de la Porte de l’Est (东门).

Il y a environ 500-600 ans, lorsque la ville de Tianjin s’est progressivement développée, elle est aussi devenue une ville d’immigration. Des personnes d’origines et de régions diverses, des réfugiés ainsi qu’un grand nombre de petits marchands sont venus s’y installer. Différentes coutumes se sont alors peu à peu agrégées pour constituer une culture particulière autour de la place du marché.

A côté de la rivière Haihe (海河), il y avait un temple dénommé Tianhougong 天后宫 qui existe encore aujourd’hui. Près de ce temple se trouvait un pont à l’ouest duquel s’était développé un marché très important. Des paysans venant de banlieue par bateau s’y rendaient pour y vendre des fruits et des légumes. Depuis ce marché vers l’ouest de la ville, plusieurs quartiers se sont ensuite petit à petit étendus, certains spécialisés dans la vente de produits étrangers (小洋货街 et 扒头街), d’autres servant de lieux de résidence (南斜街). Ces quartiers se sont développés à l’extérieur de la Porte de l’Est et donc en dehors de la vieille ville traditionnelle (老城里). En 1900, au moment de la révolte des Boxeurs, tout l’espace correspondant à l’arrondissement de Chengxiang actuel a été détruit par les troupes des huit nations alliées (八国联军). Après les troubles de 1912 où des soldats de Yuan Shikai ont semé la terreur dans la vieille ville, les Chinois fortunés sont partis vivre dans les concessions pour y chercher davantage de stabilité. A partir de ce moment-là, l’arrondissement de Chengxiang, jusqu’alors florissant, a progressivement décliné.

Après 1949, il est devenu l’arrondissement administratif (行政区) de Tianjin.

En ce qui concerne l’aménagement spatial de Chengxiang, mise à part la mairie et les associations qui ont été bâties selon des règlements officiels, les autres constructions se sont implantées en fonction de l’emplacement géographique. Pour cette raison, de nombreux hutong (胡同) tels que le Jiudaowan (九道弯) ou le Shuanmazhuang (拴马桩) se sont constitués en dehors de toutes normes officielles. Les hutong Xiaomalu (小马路) et Dashuigou (大水沟) formant des petits quartiers étroits se sont tout aussi naturellement développés. La configuration spatiale de la vieille ville et de son extension au-delà de la Porte de l’Est s’est donc établie selon un processus plus ou moins anarchique.

Les dernières salles reconstituent des intérieurs d’époque avec notamment deux pièces montrant les rituels liés au mariage et la disposition des meubles dans la chambre à coucher.

Les deux assiettes que l’on voit en gros plan sur la troisième photo ont chacune une signification bien particulière. Celle de droite contient des petits raviolis (饺子) car après le mariage, lorsque la mariée vient habiter dans la maison de son mari, sa belle-mère lui fait manger un petit bout de ravioli qui est à moitié cuit. On dit alors qu’il s’agit d’un 半生饺子 (ravioli à moitié cru). La belle-mère demande alors à sa belle fille : « 饺子生吗 ? » (Le ravioli est-il cru ?). La belle-fille répond : « », ce qui correspond à un acquiescement de sa part. Mais le sens qu’il y a derrière ces paroles est : « Peux-tu enfanter ? » car le caractère , employé ici pour décrire un aliment cru, est également utilisé dans le mot « accoucher » (出生). Ces petits raviolis représentent un symbole se rapportant à la capacité de la jeune femme à pouvoir assurer la descencdance de la famille. De même, l’assiette de gauche contenant des marrons (栗子), des jujubes (枣) et des cacahuètes (花生) comporte ce type de métaphores liées à la future grossesse de l’épouse. Pour les marrons et les jujubes, il s’agit aussi d’un jeu de mot sur la prononciation proche ou similaire de caractères différents (谐音) : « 早、立、子» (vite enfanter). Pour les cacahuètes, on dit : « 花着生», ce qui veut dire que l’épouse aura à la fois des fils et des filles. Tous ces aliments constituaient des présages de bon augure dans les mariages traditionnels.

Pour conclure…

Bien que ne disposant encore que d’une collection assez restreinte et sans doute insuffisamment mise en valeur, ce musée et l’initiative même de sa création sont à saluer : d’une part, pour le choix du lieu qui permet d’inscrire la visite dans un lieu historique aujourd’hui unique à Tianjin ; d’autre part, pour la mise en place du système de donations privées qui peut permettre de collecter des objets qu’on ne trouve pas forcément dans d’autres musées.

A noter enfin que le musée organise des représentations de 相声, art très populaire à Tianjin qui se joue sous la forme d’un dialogue comique.


1 Plusieurs d’entre eux sont notamment regroupés dans Le Petit lettré de Tianjin et autres récits (Éditions Bleu de Chine, 2002), ouvrage dans lequel Feng Jicai dresse quelques portraits très imagés de résidents de Tianjin au travers desquels il nous livre des fragments de leur vie quotidienne tout en dépeignant l’atmosphère de la ville au temps des concessions.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts