Archives par mot-clé : featured

雷鳴遠 [Vincent Lebbe] : Chinois parmi les Chinois

Dans la continuité de récits portant sur des destins exceptionnels liés à Tianjin tels que celui de Grace Liu qui avait fait l’objet d’un précédent article, c’est le parcours et le rôle  profondément atypiques d’un autre personnage qui ont inspiré l’écriture du présent billet.

Cette présentation s’appuie en grande partie sur le documentaire « Lei Ming Yuan [Vincent Lebbe] : Le tonnerre qui chante au loin – Chinois parmi les Chinois » que l’on peut regarder en ligne.

qdpbperzbsooedsoezbcoodaesDVD-Lebbe-couverture-verso-211x300

Vincent Lebbe, de son nom chinois Lei Mingyuan 雷鳴遠 (1877-1940) est un missionnaire belge appartenant à la congrégation des Lazaristes, arrivé en Chine en 1901 et dont les idées nouvelles, mêlées à un profond attachement pour ce pays et son peuple, vont conduire à d’importantes mutations au sein de la communauté missionnaire de l’époque et à l’intérieur de l’Église catholique elle-même.

Le choix de s’attarder sur le parcours de cet individu n’est évidemment pas le fruit du hasard puisque j’ai découvert il y a quelques mois seulement le rôle et l’influence considérables qu’il avait exercés dans l’Affaire Laoxikai dont l’étude représente l’un des piliers de ma thèse.

Mon analyse s’attardera davantage sur la première moitié du documentaire évoquant la vie du père Lebbe des années 1900-1920, période qui m’intéresse tout particulièrement dans le cadre de mes recherches.

Malgré une présentation un peu datée et l’énumération de quelques clichés vis-à-vis de la Chine, le documentaire commence par rappeler l’importance de la figure de Vincent Lebbe en Chine et à Taiwan où il est le seul Européen dont la mémoire soit honorée dans le Sanctuaire des martyrs de la révolution nationale.

Le récit continue ensuite en plantant de manière synthétique le décor historique dans lequel Vincent Lebbe s’inscrit, à savoir le contexte d’une Chine occupée par plusieurs puissances étrangères suite aux guerres de l’Opium. La situation des chrétiens dans cet Empire affaibli se trouve également évoquée, notamment la relation étroite qui les relie à la France du fait du droit de protection des missionnaires de toutes nationalités que cette dernière a peu à peu monopolisé. Cette prérogative ne s’exerçant évidemment pas sans contre-parties, l’Église se trouve, de fait, dans un rapport de soumission vis-à-vis de la tutelle française sur laquelle elle s’appuie notamment pour obtenir des financements divers. Cela créée une forme de dépendance qui explique en partie la position intenable dans laquelle Vincent Lebbe met l’Église lorsqu’il prend parti contre les Français dans l’Affaire Laoxikai. La réaction de ces derniers face à cette forme de « rébellion interne » ne se fait pas attendre. L’expression de « missionnaires indisciplinés » employée par le consul de France à Tianjin, Henry Bourgeois, (M.A.E., Centre des Archives diplomatiques de Nantes (C.A.D.N.), Article n°40, Missions et affaires religieuses, [Archives du Consulat de France à Tianjin], 1909 1951, Dépêche de M. Bourgeois, consul de France à Tianjin à S.E.M. Le Président du Conseil, Ministre des Affaires étrangères à Paris, 13 décembre 1916) pour qualifier l’action de Lebbe est d’ailleurs très révélatrice de l’obéissance et de la soumission attendues de l’Église.

Vincent Lebbe va très vite prendre une certaine indépendance vis-à-vis de cet accord tacite régissant les activités des missionnaires. Comme le documentaire le souligne, lorsqu’il découvre la Chine en 1901, il souffre que son Église y soit étrangère. Bien qu’il soit attaché à la France et à sa culture, il se trouve profondément désillusionné et révolté par le comportement des Puissances dans un Empire exsangue. Il faut dire qu’il arrive à l’un des pires moments, paroxysme des tensions dans cette cohabitation forcée entre étrangers et Chinois qui trouve sont incarnation la plus violente dans la révolte des Boxeurs, dont Lebbe attribue 99% des torts aux premiers.

Au cours de son activité évangélisatrice, il est particulièrement choqué par la situation de l’Église catholique dans un pays comptant à l’époque 750 000 baptisés, 900 missionnaires, 40 évêques blancs et 470 prêtres chinois dont les responsabilités, s’ils en ont, restent néanmoins extrêmement limitées.

Durant la majeure partie de sa vie, le père Lebbe va se battre pour donner aux membres du clergé chinois les moyens d’organiser, d’encadrer et de diriger leur Église locale. L’idée qu’il se fait de l’action missionnaire l’amène à se fondre totalement dans la société chinoise « comme un levain dans la pâte ».

Grâce à sa connaissance du chinois qui passe aussi par l’apprentissage des classiques et de la calligraphie dont il a une parfaite maîtrise (en témoignent ses réalisations et ses écrits présentés dans le documentaire), il parvient à une progression rapide dans l’évangélisation dont il a la charge.

17-ii6921-x41Photos extraites de la Galerie du site consacré à Vincent Lebbe.

En 1906, il est nommé doyen du district de Tianjin. Dès son arrivée, il bouleverse les procédés habituels en prenant contact avec les autorités chinoises de la ville. Son objectif qui donnera naissance à la méthode dite « de Tianjin » consiste à faire collaborer ensemble des chrétiens et des non chrétiens chinois sur des actions humanitaires grâce à une implication de l’élite locale.

Mais l’action de Lebbe ne s’arrête pas au domaine religieux. Après la Révolution de 1911, ses discours et les conférences qu’il tient abordent aussi des sujets politiques évoquant l’avenir du pays.

C’est notamment dans ce contexte d’effervescence et de fleurissement des idées nationalistes qu’il créée en octobre 1915 le journal Yishibao 《益世報》 (Social Welfare) dont il confie toute la gestion et l’écriture à des collaborateurs chinois. Très vite, le journal qui possède une certaine liberté de ton va connaître son premier « combat » à travers l’Affaire Laoxikai dont il se fait l’un des relais les plus ardents.

Malgré son statut de missionnaire et la solidarité de fait qu’il est censé témoigner vis-à-vis des Français, Vincent Lebbe s’oppose immédiatement à la volonté de ces derniers d’annexer le quartier situé à l’extérieur de leur concession. Avant même que n’éclatent les incidents du 20 octobre 1916 où, sur ordre du consul de France, neuf policiers chinois sont arrêtés à Laoxikai, le père Lebbe fait part de sa désapprobation, notamment à travers le journal qu’il a contribué à faire naître.

Capture d’écran 2014-01-13 à 18.29.32

Capture d’écran 2014-01-13 à 18.33.00Captures du documentaire « Lei Ming Yuan [Vincent Lebbe] : Le tonnerre qui chante au loin – Chinois parmi les Chinois »

Après le coup de force du consul, l’indignation est extrême à Tianjin. On retrouve notamment dans les journaux d’époque la virulente comparaison, évoquée dans le documentaire, entre l’action de la France et l’invasion de la Belgique par l’Allemagne en 1914.

Parmi ces journaux, le Yishibao 《益世報》 (Social Welfare) et le Dagongbao 《大公報》 (L’Impartial) vont être de véritables fers de lance de l’opposition aux Français par le rapport quotidien et précis qu’ils publient des événements. Chaque jour, ils permettent de suivre les négociations qui se tiennent entre l’Ambassade de France à Beijing et le gouvernement chinois mais aussi entre le consul de France de Tianjin et les autorités locales. Surtout, les deux journaux suivent et encouragent les nombreuses actions lancées à l’initiative des mouvements de protestation qui, loin de déboucher sur une quelconque réaction d’un gouvernement trop affaibli, trouvent un écho national grâce à l’acharnement des élites marchandes et de leurs différents relais. Le ton est sans concession vis-à-vis des Français dont les prétentions aussi bien que le comportement apparaissent démesurés et irraisonnables. En témoigne notamment cette caricature datant du 8 novembre 1916, tirée du journal Yishibao 《益世報》  :

DSCF9322

La grenouille qui salive en regardant avec appétence le cygne qu’elle aimerait pouvoir dévorer représente les Français convoitant le quartier de Laoxikai dont ils voudraient bien s’emparer. La comparaison est flatteuse…

Vincent Lebbe se trouve très vite pris dans la tourmente face aux pressions du Consulat sur l’évêché pour le faire taire. Malgré les ordres de l’évêque de Tianjin qui lui imposent la neutralité dans cette Affaire, le père Lebbe ne cède pas et est éloigné de la ville dès juin 1916. Il y restera indésirable jusqu’à sa mort.

Son exil, d’abord dans un vicariat proche de Tianjin puis dans le sud du pays, représente un véritable déchirement qu’il réussit à dépasser grâce aux projets ambitieux qu’il conserve concernant l’avenir de l’épiscopat chinois.

Après un retour en Europe et un combat difficile, c’est finalement en octobre 1928 que sont consacrés les premiers évêques chinois à Rome, ce qui représente un tournant majeur dans l’histoire de l’Église catholique.

Le père Lebbe finit sa vie en Chine où il acquiert la nationalité chinoise en 1927 et fonde la Congrégation des moines paysans ainsi que celle des Théresiennes en 1928.

Il joue également un rôle important dans la guerre sino-japonaise du côté des nationalistes en suivant les troupes et en soignant les blessés. Emprisonné par les communistes, il meurt peu de temps après sa libération sur intervention de Jiang Jieshi le 24 juin 1940.

Voici brossées à très gros traits quelques étapes importantes d’un parcours extrêmement riche que l’on peut retrouver plus en détails dans le documentaire. Comme le montrent les faits retenus, l’influence du personnage tout comme son discours précurseur sur la religion et la politique constituent une mine d’or pour l’historien.

C’est pourquoi, j’ai déjà prévu plusieurs visites aux archives pour approfondir le rôle plus précis qu’il a tenu dans l’Affaire Laoxikai. D’abord aux archives des Lazaristes, congrégation à laquelle il appartenait puis, dans les mois à venir, aux archives de Belgique où est conservé l’essentiel des documents concernant le personnage et ceux m’intéressant plus particulièrement sur l’Affaire Laoxikai (Fonds I : Archives générales Vincent Lebbe (série A), Documentation générale, 7-8 : L’affaire du Lao-si-k’ai (1916-03.1917) au Centre Vincent Lebbe de l’Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve). J’espère y trouver quelques pépites qui pourraient compléter au fur et à mesure cette analyse très synthétique.

Si la figure de Vincent Lebbe semble assez connue en Chine ou à Taiwan, elle paraît avoir été quelque peu oubliée en France. En Chine, son souvenir est encore présent. J’ai pu le constater moi-même lors d’un entretien à travers le récit d’un diacre retraité de Tianjin pour qui le souvenir de Lebbe et de son action était particulièrement vivace. Côté français et belge, mises à part les recherches appronfondies menées par Claude Soetens, il ne semble pas qu’un ouvrage complet et récent ait été consacré à la vie du missionnaire. Qui sait, peut-être que ce projet pourrait bien mûrir après la thèse ?


Quelques éléments bibliographiques pour les curieux qui souhaiteraient en savoir plus sur le père Lebbe :

Site qui lui est consacré : http://www.vincentlebbe.org/

BD dont le père Lebbe a fait l’objet : Tonnerre en Chine.

Heyndrickx Jérôme, Historiography of the Chinese Catholic Church: Nineteenth and Twentieth Century, K.U. Leuven, Ferdinand Verbiest Foundation, 1994, 518 p. [chapitre de Claude Soetens, « Apôtre et Chinois : Vincent Lebbe (Lei Mingyuan) »].

Luo Longji 罗隆基, « Tianjin Yishibao jiqi chuangbanren Lei Mingyuan 天津益世报及其创办人雷鸣远 (Le journal Yishibao et son fondateur Lei Mingyuan [Vincent Lebbe]) », Tianjin wenshi ziliao xuanji 《天津文史资料选辑》, janvier 1988, nᵒ 42, p. 136‑153.

Sohier Albert, Recueil des archives Vincent Lebbe: un an d’activité du Père Lebbe: 1926, Louvain-la-Neuve, Publications de la Faculté de Théologie, 1984.

Wang Sixian 王思贤, « Wo suo zhidao de Lei Mingyuan 我所知道的雷鸣远 (Lei Mingyuan [Vincent Lebbe] tel que je l’ai connu) », Tianjin zongjiao ziliao xuanji 《天津宗教资料选辑》, 1986, nᵒ 1, p. 73‑83.

Wang Yupeng 王玉鹏, « Yishibao、Lei Mingyuan yu Laoxikai shijian ji dangdai fansi 《益世报》、雷鸣远与老西开事件及当代反思 (Le journal Yishibao, Lei Mingyuan [Vincent Lebbe] et l’Affaire Laoxikai ainsi que des souvenirs d’époque) » dans Bainian endian Jinshi zhi guang 《百年恩典•津世之光》, Tianjin 天津, Tianzhujiao Tianjin jiaoqu yishi bianjishi bianji chuban 天主教天津教区益世编辑室编辑出版, 2012, p. 53‑85.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Exposition de photographies « La France et la ville de Tianjin »

Depuis le 7 novembre se tient une exposition de photographies autour de la ville de Tianjin à la Xinhua Gallery Media France. Celle-ci aurait dû se terminer le 23 novembre mais n’ayant pu m’y rendre qu’en ce dernier jour annoncé, j’ai appris qu’elle serait prolongée. Il n’est donc pas trop tard pour aller assouvir sa curiosité et découvrir ce qui se cache derrière le titre prometteur : « La France et la ville de Tianjin ».

Expo couverture

Autant le dire d’emblée, le parcours est assez court et les documents montrés relativement succincts. Néanmoins, les événements liés à Tianjin restant très rares, on ne peut que se réjouir d’une initiative visant à faire connaître davantage au grand public une partie de l’histoire de la ville. D’autant que parmi les informations distillées, on apprend quelques détails atypiques sur les relations entre Tianjin et la France.

L’exposition est organisée par la ville de Tianjin et la ville d’Albert en France avec le soutien de l’Ambassade de la R.P.C. en France. Elle s’articule autour de trois moments de l’histoire « franco-tianjinoise », des instantanés d’échanges entre un pays et une ville ayant pour seul point commun d’être parties intégrantes de cette histoire bilatérale.

L’un de ces trois temps évoque la création du Musée Hoangho-Paiho (北疆博物馆) en 1923 par Émile Licent (1876-1952), un jésuite, paléontologue et archéologue français. Les anciens bâtiments du musée se trouvent aujourd’hui dans l’Université des langues étrangères de Tianjin (天津外国大学) dont témoigne le fronton que l’on peut encore apercevoir en hauteur. Premier musée consacré à l’histoire naturelle en Chine, sa création a représenté une contribution importante au développement des sciences naturelles en Chine. En outre, Emile Licent et Pierre Teilhard de Chardin ont été les premiers paléontologues à découvrir des fossiles humains préhistoriques sur le territoire chinois.

Une autre partie de l’exposition adopte un angle plus contemporain en s’intéressant à l’entreprise sino-française « Dynasty », première collaboration de cette nature à avoir été établie à Tianjin suite aux réformes économiques de la fin des années 1970. Sa présentation est aussi l’occasion de mettre l’accent sur les différents projets et échanges en cours entre la France et la ville chinoise qui connaît actuellement un développement économique et culturel florissant.

Le moment du parcours photographique ayant plus particulièrement retenu mon attention concerne le lien unique unissant la ville d’Albert située en Picardie et Tianjin qui a été l’une de ses marraines de guerre. Les informations et illustrations rapportées dans ce billet sont issues du livret de l’exposition.

Expo1

Durant la Première Guerre mondiale, la ville d’Albert a été plusieurs fois victime de l’occupation allemande et a subi de graves destructions nécessitant un lourd effort financier de reconstruction.

Sous l’égide de M. Félix Pernaut, ingénieur de l’Association européenne de protection des plantes et originaire d’Albert, les habitants de Tianjin créent spontanément une association chargée de la collecte de dons pour venir en aide à l’Europe. Créée le 4 novembre 1918 à l’initiative de différents secteurs sociaux de Tianjin, l’Association se fixe pour objectif de collecter, à travers diverses campagnes, des dons destinés à soutenir la reconstruction des pays européens. Sont ainsi organisées diverses fêtes, souscriptions publiques et tombolas au profit de la ville d’Albert. Les fonds recueillis auraient atteint plus de 200 000 francs. Il faut dire que la mobilisation est générale. Des journaux influents de l’époque tels que le Yishibao《益世报》couvre la campagne d’appel aux dons tandis que des étudiants de l’école Nankai donnent des représentations théâtrales pour soutenir cette dernière. D’après les chiffres indiqués, environ 20 000 personnes auraient participé à cet élan de solidarité et notamment à la manifestation organisée par l’Association pour fêter la fin de la Première Guerre mondiale tout en faisant appel à la générosité des habitants de Tianjin. Cette initiative reçoit le soutien d’une part importante de la population. Le 13 décembre 1918, plusieurs défilés parcourent le boulevard Dongmalu 东马路 en brandissant les drapeaux des pays alliés de la Triple-Entente.

Afin de témoigner sa reconnaissance envers Tianjin qui fait partie des trois villes donatrices ayant permis sa reconstruction, la commune d’Albert a baptisé une de ses rues « Rue Tien Tsin » et y dresse une stèle de commémoration en 1920.

Expo6

Cette rue centenaire, devenue le symbole d’une longue amitié entre les deux villes, est aussi la seule rue de France portant le nom de Tianjin.

Expo7(3)Expo8

Par ailleurs, la mairie de la ville affiche encore des marques du souvenir de la ville chinoise qui se trouve évoquée à travers un tableau réalisé à la demande du maire d’Albert et placé dans son bureau. De plus, l’une des salles de la mairie a été nommée « Salle de Tien Tsin » en hommage à la contribution généreuse de sa marraine.

Expo7(1)Expo7(2)

Cette initiative dont j’ignorais totalement l’existence incite à se replonger dans les archives pour y retrouver sa trace. Elle montre le lien de solidarité continu qui unit les ressortissants français à leur mère patrie. Ce dernier est d’autant plus remarquable que les Français de Tianjin, pour d’autres raisons que leurs compatriotes restés en France, sortent aussi particulièrement exsangues des années de guerre. D’une part, l’Affaire Laoxikai (1916-1917) a eu un effet désastreux sur les activités économiques de la concession française. D’autre part, les inondations de 1917 ont été particulièrement dévastatrices et n’ont fait qu’amplifier les lourdes pertes déjà subies. L’effort de leur part est donc tout à fait notable.

民國六年  (1917年),天津水災。(西德尼-戴維-甘博 Sidney David Gamble 攝) 民國六年(1917年)天津水災期間被淹的【老西開教堂】。(西德尼-戴維-甘博 Sidney David Gamble 攝)

L’élan de solidarité, rapporté au cours de l’exposition comme ayant impliqué une part importante des habitants de Tianjin, conduit également à se poser l’inévitable question de la participation des résidents chinois à la collecte des fonds et aux activités qui l’accompagnent (représentations théâtrales, manifestations). On peut notamment se demander si celle-ci est aussi d’ordre économique. Cela semble assez étonnant quand on connaît le contexte proche, celui de l’Affaire Laoxikai, marqué par un fort mouvement d’opposition aux Français de Tianjin. Il nous amène en tout cas à penser que s’il y a bien eu soutien de quelques résidents chinois de la concession française, celui-ci a sans doute été somme toute assez limité.

Pour conclure, on peut dire que l’hommage rendu à Tianjin, qui s’inscrit dans le cadre des commémorations à venir du centenaire de la Grande Guerre, permet de rappeler la contribution des résidents expatriés à la reconstruction de leur pays. Il révèle la permanence d’une forte solidarité malgré la longue distance, à la fois géographique et événementielle, qui sépare la communauté française de Tianjin de ce qui se joue en Europe.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Une Américaine à Tianjin ou le récit d’un destin chinois : l’historien face au témoignage

Pour tous ceux qui souhaiteraient avoir un témoignage à la fois précis et bouleversant ayant pour théâtre la ville de Tianjin, je recommande la lecture d’un magnifique ouvrage, découvert par hasard en traduction chinoise dans la bibliothèque d’un ami à Tianjin. Après l’avoir brièvement feuilleté, j’ai été frappée par le destin incroyable de cette jeune Américaine qui, bravant les interdits et tabous de son époque, a épousé l’homme qu’elle aimait, un jeune Chinois venu étudier aux États-Unis avec lequel elle décide de partir vivre en Chine quelques années plus tard, laissant derrière elle son pays, sa famille, sa jeunesse pour une contrée lointaine dont elle ignore presque tout.

Ce bref aperçu ayant suffi à aiguiser ma curiosité, je me suis rapidement procuré l’ouvrage en anglais et l’ai dévoré avec une avidité décuplée par le fourmillement de détails historiques dépeignant sa vie quotidienne dans le Tianjin des années 1930 aux années 1970. A travers cette trajectoire individuelle, ce sont donc quatre décennies de l’histoire de la ville que l’on voit défiler en arrière-plan, entremêlées voire tiraillées entre permanences et fractures.

Une destinée chinoise

Rien ne prédestinait la jeune Grace Divine à quitter sa terre natale et à vivre durant quarante années en Chine. Rien si ce n’est le hasard d’une rencontre à New York où elle s’est installée pour prendre des cours de chant. Tandis qu’elle espère mener une brillante carrière de chanteuse d’opéra, le jeune Liu Fu-chi débarque tout émerveillé dans le New York de 1928 qui s’impose alors comme l’un des centres commerciaux et culturels mondiaux majeurs. Venu poursuivre des études d’ingénieur à Cornell University, il s’installe dans le même immeuble que la mère de Grace qui a rejoint sa fille pour lui servir de chaperon… Malgré les 27 ans révolus de la jeune femme, il n’est certainement pas convenable pour l’époque qu’elle vive seule dans une aussi grande ville.

Devenus voisins, Fu-chi rend souvent visite à Mrs. Divine sur l’invitation de cette dernière. C’est dans ce contexte que Grace et Fu-chi se rencontrent et apprennent à se connaître. A travers les récits de son nouvel ami chinois, la jeune Américaine découvre la Chine, son histoire, sa culture et ses derniers bouleversements tels que la Révolution de 1911, la proclamation de la République de Chine en 1912 ou encore le Mouvement du 4 mai 1919… Autant d’événements pourtant récents dont elle ignorait entièrement l’existence.

D’une relation reposant avant tout sur un profond respect et une admiration réciproques, Grace et Fu-chi voient leurs sentiments progressivement changer de nature. Anticipant les réticences et oppositions émanant de la famille de la jeune femme, ils décident de se marier en secret en 1932. Sur la destinée qui les a réunis (on dirait en chinois « yuanfen » 缘分), Grace écrira plus tard : « I think it is so remarkable that two people who are born and brought up at the opposite ends of the earth almost, in different countries, different races, and different civilizations, and yet have customs that could be so very congenial. We like the same books, the same king of people. We enjoy the same shows, and the same music. We have the same outlook on life, more or less the same philosophy and the same ideals.« 

La crise de 1929 ayant durement frappé les États-Unis comme le reste du monde, la situation des jeunes mariés s’annonce précaire après la perte du poste que Fu-chi occupait à New York. Ce dernier décide de retourner en Chine où ses compétences d’ingénieur sont très recherchées. Grace étant enceinte de leur premier enfant, elle ne le rejoint qu’en 1934 accompagnée de leur petite fille Ju-lan, au terme d’un périple de plus d’un mois. Après un premier poste à Nanjing, Fu-chi a été nommé ingénieur chef à la Tientsin-Water Works Company. C’est donc vers Tianjin que Grace et sa fille font route.

Les premières années passées dans la ville, la famille Liu enfin réunie vit dans un appartement situé dans la concession française, rue Saint Louis (aujourd’hui 营口道). Le train de vie que décrit Grace dans les lettres adressées à ses proches correspond en tous points aux témoignages d’autres contemporains ayant vécu dans les concessions étrangères en Chine. Cependant, à la différence de la plupart des étrangers installés en Chine à la même époque, la jeune femme, du fait de son mariage, se trouve entre deux mondes qui habituellement se côtoient peu, même si les distinctions reposent moins sur la nationalité que sur la classe sociale. D’un côté, elle se sent exclue de certains milieux étrangers qui la méprisent en raison de son union avec un Chinois. De l’autre, son mode de vie et celui de son mari s’inscrivent parfaitement dans l’univers cosmopolite des concessions et ne correspondent en rien à celui de la majorité des Chinois exclus du cercle étroit des élites.

Capture d’écran 2013-10-02 à 16.18.36

Des concessions à la Révolution culturelle : Tianjin au fil des événements historiques

Au cours de son long séjour à Tianjin, Grace Liu a vu défiler les pages les plus marquantes de l’histoire de la Chine contemporaine. Parmi celles-ci, on peut identifier cinq grandes périodes particulièrement saillantes dans l’ouvrage car ponctuées par des bouleversements généraux aux répercussions personnelles importantes, chacune d’elles ayant marqué un tournant à la fois historique et individuel dans la vie de la famille Liu :

  • Le crépuscule des concessions

Lorsque Grace arrive à Tianjin, les années « folles » de l’histoire des concessions étrangères en Chine touchent déjà à leur fin. Bien entendu, le train de vie luxueux et insouciant mené dans ces enclaves prospères ne laisse en rien prévoir les événements à venir. Dans un premier temps, la jeune Américaine fraîchement débarquée note avec une pointe d’ironie que bien qu’étant en Chine, tout laisse à penser qu’elle et sa famille vivent en-dehors de ce pays étant donné qu’ils habitent dans la concession française placée sous la juridiction du Conseil municipal français. Elle constate également la prééminence de l’élite britannique qui se considère au-dessus de toute autre nationalité tandis que les Chinois sont placés au plus bas de l’échelle. La vieille ville et ses alentours sont considérés comme des territoires non civilisés.

D’une manière générale, Grace n’apprécie pas beaucoup les autres étrangers qui ne se préoccupent que de business. La plupart des Américains vivent dans les districts spéciaux qui correspondent aux territoires des anciennes concessions allemande, autrichienne, russe et belge, respectivement rétrocédés en 1917 pour les deux premières, 1920 et 1929 pour les deux dernières. Placés sous administration chinoise, ils constituent, selon Grace, les quartiers les plus agréables et les plus beaux de la ville. Cependant, Fu-chi ne pouvant vivre en dehors des districts approvisionnés en eau par sa compagnie sans perdre ses avantages de logement, la famille ne peut vivre que dans les concessions française, britannique ou italienne.

Pour la plupart des étrangers présents à Tianjin, les frontières de la ville s’arrêtent à celles des concessions. Cet extrait d’une lettre que Grace envoie à ses proches le 23 novembre 1934 est assez éclairante : « I do want tot write something about China but I have been here only a little over three months and I really have not seen anything of China. Tientsin is just a big commercial city. Nothing pretty, nothing artistic, and nothing typically Chinese. It is much more foreign than Chinese. In a foreign concession you would forget you were in China if it weren’t for the rickshaws and Chinese people (…) In the Chinese native city of course it’s very different from the concessions. I have only been thru it once. The streets are very narrow and crowded and swarming with children.« 

Le confinement et l’isolement des concessions par rapport au reste du pays ont des répercussions jusque dans le traitement de l’information. Comme Grace l’explique, peu après son arrivée à Tianjin, l’Armée rouge, encerclée par les hommes de Jiang Jieshi, commence en octobre 1934 sa Longue Marche qui ne fait à l’époque pas couler une seule ligne d’encre dans les journaux des concessions.

Cette méconnaissance des événements extérieurs renforce le sentiment d’insouciance et de frivolité qui règne dans ces territoires enclavés. Comme l’écrit Grace, « The foreign country club life in that « never-never land » of the concessions—with its horse racing, entertaining and being entertained, the rivalry of hostesses, the British club where members got respectably drunk at five o’clock, and the constant struggle of the lower ranks to clim into the society of the higher—went on unconcerned in the path of a coming hurricane that would sweep it away forever. » L’ouragan qui va ébranler ce monde en vase clos jusqu’ici préservé des tumultes extérieurs est la guerre qui se profile déjà depuis quelques années avec le Japon.

  • La guerre sino-japonaise (1937-1945)

Dès le printemps 1937, avant même la déclaration de guerre officielle, les militaires japonais apparaissent déjà omniprésents dans la ville, comme en témoigne la construction d’une sous-station de police aux allures de forteresse dans la concession japonaise. De plus, les contrôles au niveau des passages entre les concessions se trouvent renforcés.

Pendant ce temps, Grace raconte son déménagement rue Fontanier, toujours dans la concession française, qu’elle décrit comme typiquement européenne avec des boulevards pavés, des trottoirs bordés par de longues rangées d’arbres et éclairés par des lampes de rue, le tout entouré de bâtiments au style architectural occidental. Elle évoque aussi l’été passé à Beidaihe (北戴河), l’un des lieux de villégiature favoris des étrangers fuyant la chaleur accablante de Tianjin.

Au même moment, les Japonais envahissent le nord de la Chine. Face à une résistance minimaliste des nationalistes, Beijing se rend sans un combat tandis que Tianjin est quasiment non défendue à l’exception d’une force de police paramilitaire. Grace assiste au début des bombardements le 27 juillet qu’elle observe, comme de nombreux étrangers, depuis les toits des maisons. C’est de là qu’ils voient notamment les bâtiments de l’Université Nankai s’embraser.

Après cinq jours de combat, les Japonais prennent le contrôle de Tianjin. Quelques semaines plus tard, Grace indique que les concessions ont repris leur apparence normale. Il n’en va pas de même pour la ville chinoise qui ressemble à un lieu mortuaire où la plupart des boutiques ont fermé et dont les rues sont désertes à l’exception de quelques patrouilles de soldats japonais.

L’occupation et l’asphyxie japonaises ne tardent pas à gagner les concessions où sont installées des barricades avec un système de contrôle entre les concessions. Tandis que la pression japonaise s’exerce de manière toujours plus pesante, survient en 1939 une inondation catastrophique qui dépasse même les désastres causés par celle qui avait eu lieu en 1917. Cet épisode, raconté de façon détaillée par Grace, représente un véritable traumatisme dans la vie jusqu’à présent plus ou moins préservée de la famille Liu. Elle rapporte notamment qu’une sérieuse inondation était attendue mais pas d’une ampleur telle qu’elle dévasterait les concessions et la ville en elle-même. Tandis que les concessions britannique et japonaise se trouvent totalement envahies par les eaux, seuls quelques points sporadiques de la concession française ont pu être préservés. On sait d’ailleurs (cela Grace ne l’évoque pas) que c’est pour cette raison qu’un grand centre de réfugiés a pu être mis en place à Laoxikai.

L’inondation ne marque qu’un interlude dans la progression de la menace japonaise envers les concessions. Même durant les deux blocus qu’ils ont mis en place à l’encontre des concessions britannique et française, les Japonais n’avaient pas oser s’emparer de ces dernières. Mais après l’attaque de Pearl Harbor en décembre 1941 et le déclenchement de la guerre contre les États-Unis, les troupes japonaises occupent les concessions étrangères restantes à Tianjin.

Par un hasard miraculeux, Grace échappe à l’internement dans le camp de Weixian (Weihsien Internment Camp) où presque tous les étrangers vont être détenus jusqu’à la fin de la guerre. Fu-chi est renvoyé en 1941 à cause des intérêts pro-japonais défendus désormais à la tête de la compagnie des eaux locale. La famille arrive cependant à vivre dans un petit appartement situé dans la concession britannique, cette dernière étant finalement rétrocédée à la Chine le 28 mars 1942.

Dans une lettre datant de 1945, Grace affirme ne pas avoir souffert des horreurs survenues dans d’autres villes. Selon elle, Tianjin était à l’époque l’un des meilleurs endroits où vivre. En 1942, elle et sa famille avaient encore leurs propres biens et le coût de la vie n’avait pas encore atteint des sommets vertigineux. Mais 1943-1944 ont été les pires années avec une inflation galopante rendant l’achat d’aliments de consommation courante presque impossible.

  • L’après-guerre et le conflit civil entre nationalistes et communistes

Les années d’après-guerre sont marquées par des désillusions successives pour Grace et son mari. Ce dernier se trouve directement confronté à la corruption du Guomindang qui a repris en main la ville avec l’appui des Américains. Loin d’être jugés et condamnés, certains anciens collaborateurs pro-japonais sont même nommés à des postes clés.

Après l’échec des Américains dans leurs tentatives de médiation entre nationalistes et communistes, le départ de leurs troupes en 1947 annoncent la relance du conflit ouvert entre les deux partis antagonistes et le début de la guerre civile.

Tandis qu’elle voit nombre d’amis étrangers quitter la Chine par crainte de l’arrivée des communistes dans la ville, la famille Liu attend ces derniers avec un sentiment mêlé d’appréhension et de résignation.

  • La prise de Tianjin par les communistes et les premières décennies au pouvoir

L’arrivée des communistes à Tianjin et la proclamation de la République populaire de Chine le 1er octobre 1949 constituent un tournant majeur dans l’histoire chinoise. Pour les Liu, ces événements représentent également le début d’une nouvelle ère. La communication entre Grace et sa famille américaine devient de plus en plus difficile à mesure que l’antagonisme entre la Chine et les États-Unis grandit. En 1950, alors que les deux pays sont sur le point d’entrer en guerre, Grace constate avec amertume l’abîme qui la sépare désormais de ses proches, d’autant que les États-Unis entrent dans une période marquée par un anti-communisme féroce et que, de son côté, notre Américaine n’hésite pas à critiquer ouvertement l’impérialisme déguisé de son pays.

Il faut dire que Grace et sa famille profitent d’un climat favorable durant les premières années du régime communiste. Les compétences de Fu-chi étant nécessaires à la reconstruction du pays, celui-ci est nommé en 1954 à la tête de l’Institut pour la conception de l’approvisionnement de l’eau urbaine et du traitement des déchets liquides. Ce poste qui implique des fonctions à l’échelle nationale doit amener Fu-chi à quitter la Tientsin Water Works Company et à s’installer à Beijing. Mais ce projet va tourner court en raison des problèmes de santé de Fu-chi qui succombe d’un cancer des poumons.

Malgré ce coup terrible, Grace n’envisage pas de retourner aux États-Unis sachant que son mari aurait souhaité que leurs enfants grandissent en Chine. Décidant de respecter ses dernières volontés, elle reste à Tianjin et doit affronter des conditions de vie plus difficiles. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle trouve un poste de professeure d’anglais à l’Université Nankai et tente de faire évoluer la méthode d’apprentissage utilisée jusqu’alors et dont les résultats apparaissent plus que mitigés.

  • La Révolution culturelle

Il n’est cependant pas aisé de faire évoluer l’enseignement quand le pays tout entier se trouve secoué par des vagues successives de critiques et d’auto-critiques. Elles atteignent leur paroxysme avec la Révolution culturelle qui débute en 1966 par un débat sur l’abolition des examens d’entrée à l’université. En tant que professeure, Grace se trouve aux premières loges de la furie estudiantine qui s’attaque à toutes les formes d’autorité de l’université étiquetées comme des « intellectuels bourgeois réactionnaires ». Du fait de son statut, Grace n’échappe pas aux séances de dénonciation publique. Elle subit stoïquement toutes les critiques infondées qui lui sont adressées.

Quelques années plus tard, lorsque les tumultes révolutionnaires commencent à s’apaiser, Grace saisit l’occasion de revoir sa famille et s’envole à la fin octobre 1974 avec son fils pour les États-Unis, pensant ne dire qu’un au revoir au pays qui est devenu le sien. Ce sera finalement un adieu.

La posture de l’historien face aux témoignages individuels d’une époque

L’œil de l’historien observe avec une attention particulière ce type de récits mêlant souvenirs personnels et événements historiques. A travers l’histoire individuelle d’une femme et de sa famille, c’est tout un pan de la grande Histoire qui se révèle à lui sous un angle original. Ces témoignages permettant de naviguer entre macro et micro histoire offrent des passerelles de compréhension indispensables à nos travaux de recherche. Ils apportent une précision et une densité supplémentaires au récit factuel des événements que l’on trouve habituellement dans les archives. Mon intuition me pousse à leur lecture du fait de cette complémentarité qui reste parfois trop négligée dans des recherches historiques reposant le plus souvent sur des documents officiels ou diplomatiques.

Mon analyse en cours du récit visuel d’un officier de justice militaire français ayant vécu dans la concession française de Tianjin de 1931 à 1935 s’inscrit justement dans cette optique de décloisonnement entre micro et macro histoire. L’idée est que toute trajectoire individuelle, du moment qu’elle se trouve suffisamment documentée, peut en apprendre davantage sur son époque que les simples détails routiniers du quotidien qu’elle paraît renfermer de prime abord. Ce que l’on entend par « suffisamment documentée » ne désigne pas forcément des traces écrites. Si l’on considère par exemple le récit de Grace et le fonds photographique et filmique de notre officier de justice militaire français, tous deux répondent à ce critère mais à travers des supports différents. Dans le premier cas, nous avons de la matière écrite et détaillée sans l’information visuelle qu’il nous faut imaginer. Dans le second, c’est l’inverse, nous ne disposons que d’éléments visuels disparates qu’il nous faut reconstituer, articuler et raconter. Chacun de ces supports revêt une importance équivalente pour un travail de reconstitution historique et il serait incohérent de vouloir en privilégier un par rapport à l’autre. Leur complémentarité impose leur croisement et leur confrontation pour un enrichissement réciproque et une exploitation historique pertinente. Dans les deux cas cités, cette mise en parallèle est chronologiquement et spatialement possible puisqu’en 1934, les deux familles concernées vivaient toutes deux dans la rue Saint Louis. On reste songeur en pensant qu’au détour d’une rue, d’un magasin ou d’un parc quelconques elles se sont peut-être croisées…

Un récit exceptionnel

Ayant vécu de 1934 à 1974 à Tianjin, Grace Liu nous offre, à travers son témoignage, un panorama unique de l’évolution de la ville au fil des événements jalonnant son histoire. Le caractère exceptionnel de son récit tient principalement à cette longue durée de séjour liée à son mariage avec Fu-chi. A la différence de la plupart des autres étrangers partis quelques années après l’arrivée des communistes au pouvoir, Grace se distingue par le maintien indéfectible de son ancrage dans son pays d’adoption. Même meurtrie par les ravages de la Révolution culturelle, elle ne renonce en rien à son projet pédagogique et s’y consacre avec encore plus d’acharnement. Suite à son retour aux États-Unis et jusqu’à sa disparition, elle espère revoir la Chine et conserve un amour et une confiance inébranlables en ce pays et ses habitants.

Le risque pour l’historien face à ce type de témoignages réside évidemment dans l’empathie inévitable qu’il peut ressentir pour le personnage dont il suit page par page le parcours de vie. Dans le cas de Grace Liu, on ne peut en effet être qu’admiratif devant la détermination, le courage et la volonté de cette femme. Il n’en reste pas moins que certaines de ses analyses sur la situation de la Chine, notamment après 1949, ne sont que partielles et partiales, intrinsèquement déterminées par son propre vécu. Si, comme son mari, elle voit venir avec une certaine bienveillance les communistes à Tianjin après avoir directement soufferts de la corruption sous le régime du Guomindang, cette impression positive ne se dément pas, bien au contraire, dans les années suivantes. Elle semble même frôler l’aveuglement à certains moments d’où une désillusion et une blessure d’autant plus profondes lors de la Révolution culturelle. Mais à la différence d’autres témoignages comme celui de Jacqueline Dubois (Le Gué Du Ciel, Mes Années Chinoises. Paris: Flammarion, 1989) qui retrace surtout des événements personnels avec quelques inexactitudes historiques (peut-être du fait de son écriture tardive), le récit de Grace, principalement constitué de lettres d’époque, renferme une richesse et une précision historiques assez inédites me semble-t-il pour un écrit contemporain des faits.

Pour conclure sur ce destin exceptionnel et sa portée historique, je n’ai pu trouver meilleurs mots que ceux écrits en fin de préface sous la plume d’Eleanor Cooper, la cousine de Grace qui a entrepris la rédaction de cet ouvrage avec le fils de cette dernière, William Liu : “Love for one man drove Grace to defy cultural norms, to leave her family and her nation and face nearly insurmountable odds. Her family — which found it hard at first to accept her marriage — were ultimately reunited with her after twenty years of silence and forty years of separation. In a real sense, it is a story about the ordinary people who live through history in all its contradictions and complexities, tending to their families, and carrying forward a renewed commitment to each generation.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Pourquoi l’histoire de la concession française de Tianjin ? Réflexions « existentielles » au fil de la thèse…

La légitimité et la portée de son travail de recherche représentent des questionnements centraux dans le parcours tâtonnant, tantôt inquiétant, tantôt stimulant mais aussi source d’épanouissement que peut connaître tout doctorant. Les motivations de ce choix crucial qui engage plusieurs années de jeunesse rythmées par un sentiment confus entre obsession et acharnement, constituent l’un des piliers maintenant et consolidant l’édification patiente d’une thèse.

Le Penseur de Rodin
Blog de Jacques Bousiquier : http://www.imagesdubeaudumonde.com/article-18674687.html

C’est donc tout naturellement que, pour l’ « inauguration » de cette rubrique intitulée « Au fil de la thèse », j’ai choisi d’interroger la pertinence de mon objet d’étude et les raisons qui m’ont conduite à lui consacrer cette forme de « dévotion » voire de « sacerdoce », pour oser jusqu’au bout le parallèle religieux, tant l’investissement intellectuel et personnel m’apparaît immense dans ce type de décision et d’engagement.

  • Pourquoi la thèse ?

« Est-ce tout ? Non. Ce n’est même rien, si vous devez continuer à séparer votre action de votre pensée, votre vie d’historien de votre vie d’homme. Entre l’action et la pensée, il n’est pas de cloison. Il n’est pas de barrière. Il faut que l’histoire cesse de vous apparaître comme une nécropole endormie, où passent seules des ombres dépouillées de substance. Il faut que, dans le vieux palais silencieux où elle sommeille, vous pénétriez, tout animés de la lutte, tout couverts de la poussière du combat, du sang coagulé du monstre vaincu – et qu’ouvrant les fenêtres toutes grandes, ranimant les lumières et rappelant le bruit, vous réveilliez de votre votre vie à vous, de votre vie chaude et jeune, la vie glacée de la Princesse endormie… » (Lucien Febvre, 1992 : Combats pour l’histoire, chapitre « Vivre l’histoire. Propos d’initiation » Paris, Armand Colin, p.48 [première édition : 1952].)

Cet élan passionné et ce cri du cœur exaltés sous la plume imagée et métaphorique de Lucien Febvre rappellent la place monopolistique qu’occupe l’histoire dans nos vies et reflètent, selon moi, à la perfection cet investissement qu’exige dès son début tout travail de thèse.

L’image du combat semble en effet bien choisie. Peu de doctorants savent sans doute à l’avance que telle sera leur voie. En ce qui me concerne, ce n’est que bien tardivement que ce projet s’est imposé à moi avec force. Ayant entamé mes recherches sur la concession française de Tianjin sous les conseils de mes professeurs de Master 1, j’ai peu à peu découvert toute la richesse archivistique que recelait ce sujet et les nouvelles problématiques qu’il pouvait soulever. Après m’y être consacré durant une année entière, j’ai choisi de travailler sur un tout autre sujet en Master 2. A ce moment précis, la perspective de poursuivre en doctorat était encore loin d’être envisageable. C’est pourtant durant cette année que, repensant à mes recherches passées, je me suis aperçue que celles-ci m’avaient laissé un goût d’inachevé. Il me semblait qu’il y avait là cette forme de « nécropole endormie » qui ne demandait qu’à être mise en lumière. De plus, comme le prône si ardemment Lucien Febvre, la vie personnelle et la vie d’historien ne devant jamais être totalement dissociées, une rencontre étroitement liée à mon sujet de recherche avait depuis lors bouleversé mon existence. C’était donc évident, tout me poussait à retourner vers Tianjin, vers son passé, vers l’histoire de ses concessions…

  • Pourquoi Tianjin et ses concessions étrangères ?

Lorsque l’on discute avec des habitants de Tianjin, on s’aperçoit que l’histoire de leur ville ne leur est pas si familière. Ils savent bien entendu qu’autrefois des concessions étrangères se partageaient l’espace urbain qu’ils occupent depuis peu ou depuis toujours, certains bâtiments étant encore là pour témoigner de ce passé « cosmopolite ». Mais si on leur demande de situer l’emplacement de ces anciennes concessions, leur nombre exact et leurs nationalités, les réponses apparaissent plus évasives, voire inexistantes.

Pourtant, c’est une part d’histoire  pour laquelle on constate un certain regain d’intérêt ces dernières années en Chine et précisément à Tianjin. J’en veux pour preuve les nombreux documentaires dont celui tout récent sur le patrimoine des concessions qui se trouve évoqué et détaillé dans les rubriques « Médias » et ‘Patrimoine » de ce blog.

En Occident, ce pan de l’histoire chinoise a attiré de nombreux chercheurs curieux face à cette forme d’histoire hybride, propice à la grande vague historiographique actuelle de l’histoire connectée. Pour comprendre et analyser ses ressorts, il semble en effet indispensable d’articuler ensemble des échelles à la fois internationales, nationales et régionales toutes imbriquées dans l’espace chinois local d’une ville portuaire ouverte de force à l’intrusion étrangère.

Plan des concessions de Tianjin
天津档案馆, 天津大学分校档案系, 1992:《天津租界档案选编》(Collection des Archives sur les concessions de Tianjin), 天津: 天津人民出版社.

Située à 150km au sud de Beijing, la ville de Tianjin offre un exemple particulièrement significatif des fragmentations et recompositions que subit une part importante de l’espace urbain en Chine, soumise aux aléas des conflits avec les Occidentaux puis avec les Japonais, au cours des XIXe et XXe siècles. La Deuxième guerre dite de l’Opium et la signature des conventions de Beijing, le 25 octobre 1860, marquent un véritable tournant dans l’implantation étrangère en Chine par le renouveau considérable du phénomène concessionnaire, ce dernier se caractérisant par la création d’enclaves territoriales juridiquement et administrativement sous le contrôle des Puissances s’y installant. Il en résulte à Tianjin une force contiguïté spatiale et territoriale, marquée par la présence d’au moins huit concessions étrangères, cas inédit dans l’histoire moderne chinoise.

Plan de Tianjin en 1925
M.A.E., Centre de la Courneuve, Série E-Asie (1918-1940), Correspondance politique et commerciale, Concession française de Tientsin (1925-1927), Article n°345.
Sur ce plan, on note la présente de 3 districts spéciaux qui correspondent respectivement aux anciennes concessions allemande (rétrocédée en 1917), austro-hongroise (rétrocédée en 1917) et russe (rétrocédée en 1920).

Pourtant, malgré cette singularité, force est de constater que l’étude de Tianjin s’avère encore très marginale par rapport à celle de Shanghai, dont la réputation de ville à concessions se trouve nettement plus ancrée dans la mémoire et l’imaginaire collectifs. C’est en effet sur cette dernière que porte la majorité des premières recherches s’intéressant aux concessions étrangères, un pan de recherche privilégié par les historiens travaillant sur la Chine urbaine à l’époque moderne, surtout à partir des années 1980 où la discipline connaît un essor général aux États-Unis et en Europe. L’évolution des travaux portant sur le sujet révèle une approche d’abord axée sur l’histoire diplomatique, militaire et sur les interactions politiques entre concessions mais beaucoup moins sur les communautés étrangères qui les peuplent. Les quelques tentatives faites pour offrir une vision plus sociale de ces espaces enclavés et de leurs résidents concernent presque exclusivement Shanghai. Contrairement à cette dernière pour laquelle on dispose de nombreuses études sur les concessions française et internationale, peu de travaux portent précisément sur le phénomène concessionnaire à Tianjin ou, tout du moins, l’envisagent selon une articulation entre histoire politique et sociale. Les concessions se trouvent souvent en arrière-plan d’un tableau diplomatique général comme dans l’ouvrage de Lewis Bernstein (1988) ou de questions sociales (Hershatter G., 1986), de santé et d’aménagement public pour lesquelles on évoque la place tenue et le rôle joué par les étrangers (Rogaski R., 2004 ; Spicq D., 2003). D’autres recherches s’axent plus clairement sur le thème des concessions. On peut citer celles menées par les historiens chinois Liu Haiyan et Shang Keqiang (1996) ou encore des projets plus récents adoptant une approche comparative entre les différentes entités territoriales, dans le cadre d’une thématique plus large sur le colonialisme. Parmi eux, on peut citer celui lancé en Allemagne par la Freie Universitat de Berlin : « Cooperation Networks and Local Forms of Governance in Semi-Colonial China (1860-1911) » qui porte sur les concessions avec un accent particulier placé sur Tianjin ou encore celui en cours à l’Université Bristol, « Tianjin under Nine Flags, 1860-1949 », qui a démarré en septembre 2008, sous la direction des professeurs Robert Bickers et Nicola Coope.

Suivant ces nouvelles impulsions de la recherche (dont un compte-rendu plus détaillé, traduit du chinois, a été publié dans la rubrique « Historiographie » de ce blog), tout l’intérêt d’un focus sur la ville de Tianjin va être de se placer dans l’optique d’une histoire croisée ou connectée pour déterminer, à travers le cas précis de la concession française, l’enchevêtrement des interactions et des représentations entre les différents occupants de la ville, tout en insistant sur l’imbrication des dimensions politiques, économiques, juridiques, sociales et culturelles.

  • Pourquoi la concession française en particulier ?
Plan de la concession française de Tianjin et de ses différentes extensions.

Officiellement créée le 29 mai 1861, la concession française de Tianjin constitue un objet d’étude particulièrement complexe du point de vue des relations internationales, agissant en interaction, en synergie mais aussi très souvent en conflit, tant avec les autres puissances concessionnaires qu’avec la cité chinoise située au nord. L’un des nœuds majeurs de tensions et de contestations réside dans l’extension territoriale de la concession au quartier de Laoxikai (老西开), projetée dès 1902, et dont la revendication s’inscrit comme un véritable leitmotiv autour duquel se cristallise, surtout à partir des années 1910, de nombreux conflits avec différentes formes d’opposition chinoise, les autres puissances occidentales sur place puis les Japonais qui prennent progressivement le contrôle de la ville au cours des années 1930 et dont la concession voisine lorgne sur la même portion de terrain.

Suscitant une diplomatie particulière qui consiste à entériner une situation ponctuelle comme un état de fait définitif, cette politique d’extension territoriale “à petits pas”, dont l’expression nous a semblé la plus appropriée pour qualifier toute l’ambiguïté et la prudence d’un procédé qui avance par tâtonnements progressifs, constitue le point de départ de mon étude.

C’est autour de ce cas précis mais à la portée générale que s’articule ma thèse visant à révéler les mécanismes, les enjeux et les représentations de ce type de conflit territorial multidimensionnel et à en dégager les répercussions urbaines concrètes, permettant un nouvel éclairage sur le contexte concessionnaire de Tianjin et d’autres ports ouverts ainsi que sur une bonne part des ressorts de la diplomatie française en Chine.

Il faut bien reconnaître que, côté français, la ville de Tianjin n’évoque, de manière générale, pas grand chose et encore moins l’histoire de ses concessions, constat que je formule plus comme un regret que comme une critique puisque je ne connaissais moi même pas l’existence de cette ville avant de m’y intéresser pour mes recherches. A ce déficit, en grande partie pédagogique, on peut trouver de multiples raisons et notamment la quasi inexistence de l’histoire chinoise dans les programmes scolaires du secondaire et même du supérieur. Il m’a fallu, par exemple, attendre le Master pour pouvoir suivre, au sein d’une grande université telle que la Sorbonne, un cours d’histoire entièrement consacré à la Chine…

L’ambition de ce travail consiste donc à « réveiller » les mémoires sur ce pan d’histoire franco-chinoise quelque peu oublié et aujourd’hui trop largement méconnu de ses protagonistes. Il me semble que c’est bien par la multiplication et la richesse de nos travaux que le combat pour une meilleure insertion de la Chine dans nos champs d’études universitaires encore bien trop étriqués pourra se faire. Ce que j’espère y apporter, c’est un éclairage et une analyse de ces faits historiques qui soient les plus complets possibles par une lecture attentive des sources françaises et chinoises puis par leur confrontation objective, notamment sur l’Affaire Laoxikai (老西开事件) qui offre des points de vue très contrastés voire totalement antinomiques.

  • Pourquoi cet accent porté sur le long processus d’extension de la concession française et cette mise en regard avec les autres concessions ?

Relevant en partie de l’histoire diplomatique, la recherche d’extension territoriale ne tient pas uniquement à des facteurs politiques et institutionnels mais revêt d’autres dimensions, à la fois économiques, juridiques, sociales et culturelles, étroitement liées les unes aux autres. S’il apparaît indispensable de traiter l’aspect politico-spatial, ce n’est pas tant comme une fin en soi mais plutôt pour ses effets et ses différentes implications au sein du contexte urbain et sociétal de l’époque. D’où la volonté, à travers cette thèse, de voir s’articuler et se croiser davantage analyses diplomatiques, urbaines et sociales, l’objectif étant de révéler les échanges et tensions entre les différents acteurs politiques, économiques, culturels et religieux locaux dans la première moitié du XXe siècle.

Cette articulation entre histoire politique et histoire sociale est envisagée à partir de la dimension spatiale de mon objet d’étude. Mon objectif serait de lier une approche politico-spatiale à une étude socio-spatiale de la concession. La première correspond plutôt à une analyse géopolitique au premier sens du terme s’intéressant aux rapports de force et d’influence entre différents acteurs sur un espace défini et à l’établissement de leurs connexions et interactions autour de l’espace de la concession.

La place de la revendication territoriale dans l’histoire des concessions constitue, de ce point de vue, un exemple significatif. C’est une question qui apparaît dans la plupart des villes à concession, avec des extensions généralement réalisées à la fin du XIXe siècle et vers les années 1900-1901, après la révolte des Boxeurs.

Les modalités de ces agrandissements territoriaux diffèrent parfois d’une ville à l’autre, voire d’une concession à l’autre au sein de la même ville. Mais on observe globalement l’importance de l’implantation foncière dans le processus, que ce soit à Shanghai avec la construction de routes en-dehors de la concession internationale ou à Tianjin, et notamment dans le cas de la concession française où l’investissement foncier est utilisé comme un outil d’occupation puis d’annexion du quartier de Laoxikai.

C’est ce que nous entendons par approche socio-spatiale de la concession, l’objectif étant de mesurer, à travers trois échelles d’analyse (la concession française, la ville de Tianjin et les autres concessions en Chine) la part des répercussions sociales – au-delà des implications politiques et diplomatiques – entraînées par l’occupation physique d’un espace, que celle-ci soit formelle – officiellement validée par un accord avec le gouvernement chinois – ou informelle.

Le point de départ de l’affaire Laoxikai et le suivi de l’évolution de ce quartier me paraissent constituer une ligne directrice cohérente autour de laquelle on peut envisager la problématique de l’extension territoriale. D’une part, cet aspect omniprésent et récurrent dans l’histoire des concessions pose un certain nombre de difficultés sur lesquelles encore très peu de travaux de recherches se sont penchés1. D’autre part, il s’agit d’une question transversale qui fait appel non seulement à des ressorts diplomatiques, politiques et économiques mais également culturels, sociaux et sanitaires.

Tout l’intérêt d’une histoire connectée est alors d’essayer de voir comment ces différentes trajectoires s’articulent entre elles, c’est-à-dire tenter de dégager des facteurs expliquant ce phénomène ainsi que ses répercussions tant diplomatiques que sociales sur la vie des quartiers contestés, ces sortes de « zones intermédiaires » autour desquelles on entretient – souvent à dessein – un flou juridique et administratif entre légalité et illégalité, entre reconnaissance officielle et contestation.

C’est d’ailleurs ce à quoi fait référence le mot d’ « enclave » employé pour le titre de ma thèse. Il souligne d’un côté le cœur de la contestation concernant les limites territoriales de la concession et le souhait d’y intégrer le territoire de Laoxikai afin qu’il soit placé sous le ressort de la municipalité française pour que cette dernière puisse notamment y prélever une taxe foncière. C’est justement cette volonté d’ « enclaver » le quartier en-dehors de la juridiction et de l’administration chinoise qui pose problème.

D’un autre côté, la référence à ce terme permet aussi de révéler la faiblesse et les difficultés directement liées à la situation géographique et au statut de ce territoire, notamment à partir des années 1930 et face à la montée des revendications japonaises.

Enfin, l’espace de Laoxikai lui-même se trouve être enclavé avec un statut non défini et qui reste longtemps indéterminé, ce qui l’apparente à une sorte de zone intermédiaire dont l’administration n’est ni totalement française, ni totalement chinoise.

L’évocation d’un espace contesté rappelle le rôle crucial des protestations successives dans l’enlisement de ce projet d’extension – l’affaire Laoxikai puis l’arrivée des nationalistes précédés de leur propagande anti-impérialiste et enfin les frictions avec les Japonais à propos du partage du territoire.

Ce qui paraît à première vue atypique avec la concession française de Tianjin, c’est la manière dont elle tente de se maintenir et même de s’étendre de façon presque anachronique lorsque l’on considère le contexte général des années 1920 et 1930 où l’heure est plutôt aux reculs voire aux rétrocessions. Elle n’obtiendra le rattachement officiel du quartier qu’en 1937, au terme d’accords passés avec Chinois et Japonais dans un contexte de crise qui débouche rapidement sur le déclenchement de la guerre sino-japonaise.

Plan du quartier de Laoxikai (老西开) en 1937-38, au moment de son rattachement officiel au reste de la concession française
C.A.D.N., Article n°37

La ligne directrice de mon travail ne vise pas simplement à s’arrêter au cas précis de l’extension à Laoxikai qui, bien que déjà très riche en lui-même, mérite cependant à ce qu’on le mette en lien avec d’autres exemples similaires, l’objectif étant d’initier une réflexion d’ensemble sur la problématique de l’extension territoriale des concessions. Il ne s’agit certes pas de faire une étude exhaustive de la question, les faits étant trop nombreux pour être regroupés dans un même travail. Mais plutôt que de se cantonner à un cas particulier, on peut au moins chercher à établir des connexions avec d’autres tentatives, succès ou échecs d’expansion territoriale, sachant que c’est un trait intrinsèque de l’installation et du développement des concessions.

Dans le cadre d’une histoire connectée et dans l’optique d’une échelle d’analyse plus large, notre questionnement vise à savoir s’il est possible de mettre en relation les différents processus d’extension qui sont enclenchés dans les concessions de Tianjin, Hankou et Shanghai à peu près à la même époque – excepté à Shanghai où ils sont antérieurs. Si non, peut-on tout du moins comparer leur mise en place, les modalités de leur règlement et les difficultés auxquelles ils se trouvent confrontés ? Peut-on identifier des cas d’enlisement similaires à celui de Laoxikai ? C’est bien là tout l’intérêt d’une observation sur différentes échelles qui nous permet de passer de l’une à l’autre pour l’établissement d’une analyse « connectée » ou comparée plus précise et plus pertinente.

Voici ainsi ébauchés les principaux enjeux de mon travail qui, mené à son terme, permettra, je l’espère, d’avoir une compréhension élargie et approfondie de cette question centrale dans l’histoire des concessions en Chine.


1 La plupart se sont penchés sur l’affaire de la Pagode de Ningbo à Shanghai ou sur les problèmes posés par la présence des tombes de façon générale (cf. communication de Chen Songchuan lors du colloque organisé par l’Université de Bristol, 7-8 juillet 2011).

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

《津门旧影》(Anciens films de Tianjin) (1er épisode)

我想向大家介绍一个关于天津建筑历史记录片, 这个记录片是20121020日在CCTV10播放的。一共有四集。我先介绍的是第一集。

下面是我把纪录片翻译成法语, 但是会说汉语的人当然不用这些解释 ! 希望大家对这些天津历史详细的记录感兴趣。

请大家给我你们对这个题目的理解。你们的意见一定对我的论文会有很大的帮助 !谢谢大家 

http://v.ifeng.com/include/exterior.swf?guid=fddbc94e-3c78-410c-907c-6889dec5e54e&AutoPlay=true

Voici ci-dessus le lien vers la première partie d’un documentaire en quatre épisodes, diffusé le 20 octobre 2012 sur la chaîne CCTV 10, intitulé《津门旧影》(Anciens films de Tianjin). Il s’intéresse à l’histoire de la construction des bâtiments historiques dans les concessions étrangères ainsi qu’aux célèbres personnages les ayant occupés.

Ce premier épisode introduit tout d’abord la singularité de la ville de Tianjin qui tient en grande partie à la multiplicité des constructions et des styles architecturaux qu’elle abrite, héritages d’un passé historique marqué par le découpage de la ville en neuf concessions étrangères dont témoignent ces bâtisses. Après un rappel des principales étapes conduisant à l’ouverture et à l’édification progressive des concessions, le propos se resserre autour d’une description plus détaillée de certains bâtiments ainsi que de leurs occupants et se termine en décrivant le dispositif, récemment mis en place à Tianjin, de protection et de valorisation de ces constructions historiques.

Pour ceux qui souhaiteraient regarder ce documentaire mais qui ne comprennent pas le chinois, j’ai procédé à une traduction systématique des commentaires, y compris des interventions faites par des chercheurs, pour, je l’espère, vous permettre de suivre et d’associer de manière assez claire les informations visuelles et le sens du récit.

L’analyse des trois autres épisodes est à suivre…

() : 百年变迁 (Cent ans de bouleversements)

En raison de la diversité des styles architecturaux qui cohabitent dans la ville du fait des multiples nationalités qui l’occupent, on appelle souvent ce patrimoine historique de Tianjin “万国建筑博览会” (« L’exposition de l’architecture mondiale »).

Aujourd’hui dans les rues des anciennes concessions (五大道), on trouve de nombreux bâtiments portant les pancartes du 天津市历史风貌建筑 qui s’occupe de la protection de ces constructions historiques. Ce qui attire également l’attention, ce sont les nombreux personnages historiques qui ont résidé dans les anciennes concessions.

天津市历史风貌建筑 est un organisme de protection des bâtiments historiques de Tianjin. Son objectif est de mettre en évidence la valeur historique, culturelle, scientifique, artistique et humaine que véhiculait ces bâtiments construits il y a plus de 50 ans, ainsi que les particularités de l’époque et de l’espace qu’ils reflètent.

Jusqu’à présent, cet organisme de protection des bâtiments historiques de la ville de Tianjin a conclu que les bâtiments historiques qui ont été préservés (历史风貌建筑) sont au nombre de 746 et se répartissent sur six districts [en fait les six districts du centre ville de Tianjin : 和平区, 河西区, 南开区, 河东区, 河北区, 红桥区 qui correspondaient autrefois à l’emplacement des neuf concessions étrangères installées dans la ville, le long du fleuve principal qui la traverse]. Parmi eux, le quartier de “五大道” compte à lui seul 408 bâtiments.

Bien que rappelant les épreuves liées à cette époque et les transformations subies par la ville de Tianjin, ces constructions historiques sont devenues des marques culturelles évidentes de la ville. Cependant, face à la rapidité du processus de développement urbain contemporain, la question de savoir comment mieux protéger et mettre en valeur ces bâtiments apparaît d’autant plus cruciale.

Comment ces nombreux bâtiments datant de l’époque moderne se sont-ils constitués, quelle est leur histoire ? Comment ont-ils pu se maintenir jusqu’à aujourd’hui ?

En octobre 1860, les armées britanniques et françaises occupent Beijing et incendient le Palais d’été de l’empereur (圆明园). A ce moment, la ville protectrice de la capitale, Tianjin, a déjà été prise d’assaut et est sur le point de connaître un destin d’oppression et d’exploitation à travers les clauses des traités marchandant le paiement d’indemnités et l’extension de l’occupation étrangère du pays. Très rapidement, sous la menace de la force militaire britannique et française et sous la contrainte cajoleuse de la Russie tsariste, le prince Gong (恭亲王奕訢) représentant du gouvernement des Qing signe les Conventions de Beijing《北京条约》. Parmi les clauses de ce traité, il y a notamment l’ouverture du port de Tianjin qui, dès 1840, était déjà convoitée par les Britanniques en raison de sa fonction importante de centre de distribution commercial dans le nord de la Chine.

À ce moment, Charles Gordon (1833-1885), le capitaine de l’armée britannique qui stationne à la porte est de Tianjin, est sur le point d’accepter l’importante responsabilité de mesurer et d’établir la concession britannique au sein de la ville moderne de Tianjin.

Parallèlement, le capitaine de l’armée française procède également à une délimitation de la concession française. Le premier journal occidental de Tianjin《中国时报》dont le rédacteur en chef est Mi Qi 米琪 (?) a indiqué, à propos de la situation de l’époque, que ces deux officiers militaires avaient installé les bornes des concessions de leur pays, effrayant la population vivant dans ce quartier où se situaient quelques quais servant à amarrer les bateaux du peuple et où l’on trouvait des petits jardins potagers ainsi que des chaumières de pêcheurs et de matelots.

Gordon a tracé au crayon les contours de ce quartier et a dessiné les bords du fleuve, les routes ainsi que les bâtiments à construire etc. Il a dressé les plans et l’ossature générale de la future concession britannique.

Après les Britanniques qui ont été les premiers à établir leur concession, dans les décennies suivantes, les Français, les Américains, les Allemands et autres pays installent à leur tour leur propre concession dans la ville.

En 1900, après la révolte des Boxeurs, lorsque les troupes des huit nations alliées occupent Tianjin, cela entraîne une vague d’occupation effrénée d’un nombre inédit de pays à l’échelle la plus large et en un temps record dans l’histoire moderne de la Chine. Ainsi, neuf concessions étrangères sont établies dans la ville, ce qui fait de Tianjin la ville abritant le plus de concessions en Chine.

 尚克强 (天津师范大学历史文化学院, 教授)

Shang Keqiang (Professeur du département de culture historique de l’Université normale de Tianjin)

« Lorsque les concessions ont été établies, elles se sont installées dans des terrains bas et creux en forme de cuvettes où se trouvaient un petit nombre de pêcheurs et de paysans. Les chaumières y étaient peu nombreuses. Quand les concessions ont commencé à être installées, les constructions ont d’abord été très rudimentaires, il s’agissait de quelques maisons en bois. »

Quatre ans après que Gordon ait établi la concession britannique, en 1864, arrive alors dans le bureau de Sir Robert Hart (赫德) (1835-1911), inspecteur général du service des douanes maritimes de la Chine, un jeune Allemand âgé de 22 ans. Comme il n’a pas d’expérience, on l’embauche d’abord comme simple employé au service des impôts. Mais à la surprise générale, ce jeune homme se révèle très vite être doté d’une grande intelligence et parvient à gagner l’estime de Sir Robert Hart. Il connaît ainsi une ascension fulgurante. Ce personnage remarquable, Gustav von Detring (古斯塔夫··德璀琳) (1842-1913) [D’origine allemande, il a ensuite pris la nationalité britannique], deviendra connu plus tard à Tianjin comme étant le principal instigateur de l’extension de la concession britannique.

尚克强 (天津师范大学历史文化学院, 教授)

Shang Keqiang (Professeur du département de culture historique de l’Université normale de Tianjin)

« Gustav von Detring a eu une grande influence sur de nombreux aspects de la construction de la concession britannique de Tianjin. Par exemple, c’est lui qui, après Gordon, a projeté, selon des plans précis, le développement de chaque portion de la concession. Dans le même temps, apparaît à Tianjin la première route (piste de cailloux) et elle passe justement devant la résidence de Gustav von Detring. Par la suite, dans le processus de construction de la concession entière, Gustav von Detring a une très grande influence dans l’aménagement du pont situé à l’extérieur de la concession. Il est également lié aux constructions suivantes dans la concession, notamment les grands bâtiments. »

Après la mise en place des concessions, les autorités de ces concessions ont chacune leurs propres normes et styles de construction, ce qui explique que, dès le début, des styles architecturaux différents apparaissent dans chaque concession.

Parmi ces différentes concessions, la concession britannique est celle qui a été établie en premier mais également celle qui a connu le développement le plus florissant. De plus, ces constructions ont toujours été avant-gardistes par rapport aux autres concessions.

A l’intérieur des concessions, les bâtiments de grande dimension mettent en valeur les grandes entreprises de construction qui commencent au début du XXe siècle et qui atteignent leur apogée vers les années 1920-1930. C’est justement à cette époque qu’apparaissent les éléments de base des différents types architecturaux avec lesquels nous sommes désormais familiers.

À ce moment, le style britannique de la « cité-jardin » concept théorisé par l’urbaniste britannique Ebenezer Howard en 1898 dans son ouvrage Tomorrow, A peaceful path to real reform est particulièrement en vogue. Quantité d’architectes se pressent alors à Tianjin pour chercher à développer leurs activités. Leur arrivée, non seulement enrichit l’architecture de Tianjin de nouveaux concepts, mais en plus, ces architectes venant de contextes culturels différents, ils apportent de nombreux styles architecturaux au sein des concessions.

L’apparition de ces bâtiments vient également battre en brèche le système des anciennes constructions à Tianjin. Que ce soit dans le fonctionnement des bâtiments, dans leur forme artistique, leur structure, les techniques employées, les matériaux utilisées ou encore dans l’exécution des travaux et le savoir-faire qui est mobilisé, ces nouvelles bâtisses marquent profondément le futur style architectural de Tianjin.

Le style architectural des concessions est ainsi constitué de rues et quartiers aux différentes spécificités culturelles. Cette variété se retrouvent dans l’actuelle rue 解放北路, aujourd’hui centre de la finance et du commerce international, dans le quartier résidentiel de style architectural italien (意大利风格的居住区), le quartier commercial typiquement occidental de 小白楼商业区, le nouveau centre commercial et de divertissement de 劝业场地区 et la luxueuse 五大道 avec notamment le quartier des résidences ou villas avec jardins (五大道花园别墅住宅区).

Auparavant, on avait l’habitude d’appeler la rue actuelle 解放北路“中街 (la « rue centrale »). Cette rue s’étend sur 1,8 km et traverse la route séparant les concessions française et britannique. Au début du XXe siècle, en raison de l’installation de résidents britanniques, le quartier devient progressivement celui du commerce international et de la finance, caractérisé par la concentration de banques de plusieurs pays. Parmi elles, celles qui possèdent les bâtiments le plus typiques sont 汇丰银行大楼 Hong Kong & Shanghai Bank Corporation (HSBC) [première banque à capitaux étrangers installée à Tianjin en 1881], 横滨正金银行大楼 Yokohama Specie Bank Ltd. [banque japonaise installée à Tianjin en 1899] et 华俄道胜银行大楼 [banque russe à capitaux russes, français et chinois installée à Tianjin en 1896].

La banque HSBC (汇丰银行) est la banque étrangère qui a eu la plus forte influence en Chine. Elle a accordé de nombreux prêts au gouvernement des Qing (清政府) et à celui de Beiyang (北洋政府).Le grand bâtiment de la banque a été construit en 1925 et conçu par Atkinson & Dallas en trois étages, le tout avec une structure de béton renforcé. Il s’étend sur 5539 m2. Le bâtiment comporte du granit importé de l’étranger et qui a une couleur rose pâle, ce qui a coûté très cher. Son architecture s’inspire du style antique, les colonnades saillantes de l’entrée du bâtiment sont au nombre de quatre et s’étendent sur toute la longueur des trois étages, ce sont des colonnes ioniques qui maintiennent l’ensemble.

Le grand bâtiment de la Yokohama Specie Bank Ltd. (横滨正金银行大楼) a été construit en 1926. On y aperçoit encore très clairement la pierre inaugurale posée le 25 octobre 1926. Le bâtiment a également été conçu par Atkinson & Dallas, il imite les péristyles des temples romains avec huit gigantesques colonnes de Corinthe dont le socle fait environ 1,5 mètre de hauteur. Le sommet des colonnes a été sculpté avec une extrême finesse. Des ornements couleur or ont été ajoutés à la grande porte et aux murs, faisant de ce grand bâtiment l’un de ceux qui, parmi tous les bâtiments connus de banques qui l’entourent, attire le plus le regard.

Le bâtiment de la banque 华俄道胜银行大楼, construit à Tianjin en 1896, est la seule construction de style ancien russe a avoir été conservée. Son toit est composé d’un arc voûté en forme de tente avec un kiosque en-dessous. Le détail du bâtiment comporte des sculptures de fleurs et des pilastres de styles différents. Les murs sont en brique jaune, ce qui la distinguent totalement des autres banques qui l’entourent.

L’envergure que prend l’exploitation des concessions a, durant un temps, attiré les chercheurs de fortune de tous les pays en créant des opportunités peu fréquentes. Le 31e président des Etats-Unis, Herbert Hoover, a, durant sa jeunesse, fait partie de ces jeunes venus chercher fortune en Chine. Lorsqu’il était à Tianjin, il a participé à des investissements immobiliers.

Après plusieurs années d’extensions successives, la concession britannique étend rapidement la surface de son territoire pour atteindre les 6149 (soit environ 410 hectares).

Suivant l’exploitation continue du territoire des concessions, les entreprises immobilières spéculent beaucoup sur les prix des terrains dans les concessions.

De cette manière, ce sont non seulement les conseils municipaux des concessions qui gagnent beaucoup d’argent, mais en plus les entreprises immobilières qui en retirent de très gros bénéfices. Dans ces entreprises immobilières, la plus connue est l’entreprise britannique 天津先农有限公司 (Tientsin Land Investment Co., Ltd. Building). C’est justement dans cette entreprise qu’Herbert Hoover a pris part à des investissements immobiliers. C’est l’entreprise immobilière étrangère la plus ancienne de Tianjin et celle de plus grande envergure.

Le 22 mars 1901, l’Américain Tenney Charles Daniel (1857-1930) prend l’initiative d’organiser la première réunion de la Tientsin Land Investment Co. de Tianjin. Parmi les participants à cette réunion, il y a des actionnaires du restaurant 利顺德大饭店, le président de la chambre de commerce britannique Richard Dickinson, Herbert Hoover alors ingénieur dans les mines de 开平, le secrétaire général du Gouvernement provisoire de Tianjin, Charles Denby Jr. [mis en place de 1900 à 1902 après la révolte des Boxeurs, il est composé d’un représentant des huit pays qui s’étaient alliés pour mater la révolte], en tout sept personnes occupant des fonctions importantes.

La réunion permet de réunir en tout 105 actions qui valent chacune 纹银1000 [monnaie d’argent avec une unité de poids égale à environ 38 g d’argent et que l’on traduit généralement par « taël »]. Herbert Hoover investit 5000 taëls.

罗澍伟 (天津社会科学院, 研究员)

Luo Shuwei (Chercheur à l’Institut des Sciences Sociales de Tianjin)

« Étant donné que presque tous les actionnaires de cette entreprise Tientsin Land Investment Co. se trouvaient dans la concession britannique, les couches supérieures de sa société y étaient extrêmement dynamiques. Ils avaient parfaitement compris qu’en Chine le secret de la gestion de l’immobilier devait s’appuyer sur les personnalités locales riches et puissantes. C’est pourquoi, à l’époque, le gouverneur général du Zhili, Li Hongzhang 李鸿章 (1823-1901) ainsi que Cai Shaoji 蔡绍基 (1859-1933), l’intendant des douanes (天津海关道), avaient tous deux été actionnaires de la Tientsin Land Investment Co. ».

En 1917, la Tientsin Land Investment Co. apprend que le Conseil municipal de la concession britannique a le projet, à partir de la Hai-Ho Conservancy Commission (海河工程局), de procéder au dragage de la rivière 海河 afin d’évacuer la boue puis de remplir et élever les dépressions du sol qui se trouvent au-delà du canal 墙子河. Ainsi, sachant qu’elle pourra ensuite revendre les terrains de la rue 大沽路 de la concession britannique à des prix plus élevés, la compagnie les achète à un prix encore très faible du fait de la préparation de l’évacuation de la boue puis du remplissage et de l’élévation de ces quelques centaines de (15亩 ≈ 1 hectare) de marécages situés au-delà du canal 墙子河. A ce moment, le prix de chaque va de 200 à 500 yuans. En 1925, le prix pour chaque a déjà fortement grimpé, oscillant entre 4000 et 6000 yuans. De ce fait, la Tientsin Land Investment Co. réalise un très gros bénéfice sur la revente des terrains.

Ce gros bénéfice que parvient à réaliser la Tientsin Land Investment Co. sur la revente de ces terrains au-delà du墙子河 résulte en fait de la deuxième extension réalisée par la concession britannique en 1903. Elle inclut les terrains à l’ouest du canal 墙子河, c’est-à-dire la portion territoriale comprise entre la rue actuelle de 南京路 [qui correspond à l’ancien emplacement du canal 墙子河 que l’on a asséché] et la rue 马场道. C’est pourquoi cette partie de la concession est appelée “墙外推广界” (territoire « extramural » de la concession britannique). Le quartier, connu plus tard sous le nom de “五大道” (les cinq grandes routes), en est justement une partie.

五大道” (les cinq grandes routes) est l’appellation donnée aujourd’hui par les habitants de Tianjin pour désigner le quartier formé par les cinq grandes routes (马场道, 睦南道, 大理道, 重庆道, 成都道) comprises dans le district 和平区. Le quartier comporte en tout 22 rues et occupe une surface de 1,28 km2.

Ce quartier 五大道 est connu car dans les années 1920-30, près de 1000 bâtiments et jardins aux styles différents, à la fois britanniques, français, italiens, allemands ou encore espagnols y ont été construits. Parmi eux, 408 sont aujourd’hui protégés par l’organisme de protection des bâtiments historiques de Tianjin ( 天津市历史风貌建筑). Il s’agit d’un plan complet et d’un projet minutieux dont le processus a été enclenché il y a plusieurs années. Ce quartier de villas avec jardins représente le plus grand de la Chine du nord. Jusqu’à aujourd’hui, on peut dire que c’est le modèle du quartier résidentiel en Chine.

C’est justement dans les terrains marécageux de l’extension « extramurale » de la concession britannique précédemment évoqués que s’est constitué ce quartier connu.

刘海岩 (天津社会科学院, 研究员)

Liu Haiyan (Chercheur à l’Institut des Sciences Sociales de Tianjin)

« Après la division de cette portion territoriale au-delà du 墙子河, cette dernière reste, durant un long moment, sans plan de mise en valeur et donc dans un état sauvage. De plus, la configuration en creux de ce territoire contient de nombreux marécages. Jusqu’en 1914, ces marécages sont encore assez nombreux et peuvent atteindre jusqu’à 6 mètres de profondeur. En 1916, lors d’une réunion des contribuables de la concession britannique, certains disent qu’il faut lancer un nouveau plan d’aménagement de cette partie de la concession. Ils proposent d’y établir un quartier résidentiel pour les couches supérieures de la société. »

En janvier 1918, le représentant des ingénieurs du Conseil municipal britannique, l’architecte Anderson, est chargé par le conseil d’administration de présenter à la réunion des contribuables le plan d’aménagement et de mise en valeur de cette partie de la concession au-delà du 墙子河. Ce dernier est très rapidement adopté lors de la réunion des contribuables et reste encore aujourd’hui une idée très novatrice. Le cœur de ce projet réside dans le fait de se demander comment construire un environnement résidentiel sain ainsi qu’une atmosphère lumineuse et propice à la détente afin de satisfaire les exigences de ces futurs habitants. En réfléchissant à cette question, il a fallu communiquer et proposer des exigences et des mesures concrètes. Par exemple, éviter absolument que les rues soient orientées du nord vers le sud ou de l’ouest vers l’est, faire le maximum pour que les bâtiments qui sont traversés par des courants d’air puissent tous être exposés à la lumière du Soleil. Il faut également construire un système de canalisation efficace. Il faut établir des règlements de construction clairs et des normes précises concernant les types de bâtiments, les matériaux utilisés mais aussi les toits, les avant-toits etc. Ces normes standards établies pour le quartier de l’extension britannique ont finalement fait partie des normes résidentielles les plus appropriées dans le nord de la Chine.

Les chercheurs ont constaté que les années 1925 à 1930 environ correspondent à la grande vague de construction de “五大道”. C’est également la période d’apogée pour Tianjin qui connaît un développement économique très rapide. La ville est en train de devenir le centre économique du nord de la Chine dont elle incarne alors le moteur industriel, commercial – intérieur comme extérieur – et financier. On peut dire que la construction de “五大道” représente à l’époque la puissance économique et sociale effective de Tianjin.

Par ailleurs, les chercheurs ont également constaté que la constitution du style architectural de “五大道” a en fait un lien étroit avec un groupe particulier de bureaucrates et de riches exilés. Ils constituent une proportion importante des occupants de ces nombreuses résidences de type occidental.

Ce terme de “寓公” que l’on traduit par des bureaucrates ou des riches individus en exil a une origine très ancienne. Selon l’explication qu’en donne le《辞源》(Etymologie), ce terme à l’origine désigne des ducs ou des princes ayant perdu leur domaine ou territoire et qui se réfugient à l’étranger. Plus tard, ce terme a surtout été utilisé pour désigner les officiels du gouvernement qui se réfugiaient à l’étranger.

Selon des statistiques approximatives, on compte au moins 500 de ces “寓公” vivant dans les concessions de Tianjin. Durant la dynastie des Qing, toutes sortes de personnages influents, qu’ils soient jeunes ou plus âgés, résident dans les concessions, le plus éminent d’entre eux étant le dernier empereur Puyi 溥仪 (1906-1967) après son abdication. Le père de Puyi, Zaifeng 载沣 (1883-1951), le prince Zaizhen 载振 (1876-1947), le prince général Zaitao 载涛 (1887-1970), 叶赫那拉·那桐 (1856-1925), 铁良 (1863-1939) et même l’eunuque 小德张 etc. Ils viennent tous chercher à Tianjin un havre de paix et confort.

Plusieurs chefs du gouvernement de Beiyang (北洋政府), notamment Li Yuanhong 黎元洪 (1864-1928), Feng Guojing 冯国璋 (1859-1919), Xu Shichang 徐世昌 (1855-1939), Cao Kun 曹锟 (1862-1938), se sont installés dans de luxueuses demeures au sein des concessions étrangères.

Sur les 32 cabinets du gouvernement de Beiyang, un tiers des chefs du gouvernement a résidé à Tianjin.

Les seigneurs de guerre de statuts inférieurs tels que des ministres ou des chefs de province sont encore plus nombreux à venir s’installer en foule à Tianjin.

Mais pourquoi tant de ces “寓公” fixent leur choix de résidence sur Tianjin ? A l’époque du gouvernement de Beiyang dont le centre politique se trouve à Beijing, la situation politique est très instable avec différentes branches qui se disputent et se font la guerre. Les seigneurs de guerre et les politiciens se succèdent les uns après les autres. Dans l’arène politique, les événements s’enchaînent du matin au soir. Le pouvoir que l’un tient dans sa main passe rapidement entre les mains d’un autre. Tianjin, métropole florissante qui se trouve à proximité de Beijing et qui possède le plus de concessions étrangères, rassemble toutes les conditions idéales recherchées par ces “寓公”. D’un côté, ils peuvent profiter d’une vie fastueuse à Tianjin ; de l’autre, ils peuvent compter sur la protection des pouvoirs étrangers.

尚克强 (天津师范大学历史文化学院, 教授)

Shang Keqiang (Professeur du département de culture historique de l’Université normale de Tianjin)

« Selon le règlement du régime des concessions de l’époque, la police et les militaires chinois ne pouvaient pas entrer dans les concessions et ne pouvaient pas non plus les traverser. Ils ne pouvaient donc pas aller arrêter des gens dans les concessions. Les seigneurs de guerre, bureaucrates et politiciens déchus étaient souvent considérés par leurs ennemis comme des criminels nationaux et donc menacés de mandat d’arrêt. Par conséquent, ces derniers fuyaient dans les concessions pour assurer leur sécurité. Dans les concessions, on pouvait entendre le bruit des tirs des seigneurs de guerre en train de guerroyer au nord de Tianjin. Dans le quartier de 劝业场, on pouvait entendre le bruit des tirs venant du sud de la ville. Cependant, les armées des seigneurs de guerre n’osaient pas s’avancer davantage. Cela a donc incité de nombreux bureaucrates, seigneurs de la guerre et politiciens déchus à venir se réfugier à l’intérieur des concessions.» 

Ainsi, de nombreux complots se trament et sont mis à exécution à Tianjin. C’est pourquoi, à l’époque, on dit souvent que : “北京是前台, 天津是后台” (Beijing est l’avant-scène, Tianjin en est les coulisses).

Les politiciens exilés du gouvernement de Beiyang constituent à l’époque la classe sociale la plus riche de Tianjin. Certaines personnes ont évalué leur richesse. Ni Sichong 倪嗣冲 (1868-1924), qui appartient à la branche de l’Anhui des seigneurs de guerre du Beiyang, a accumulé une fortune s’élevant à 28 millions de yuans. Les quatre frères de Cao Kun 曹锟 et lui-même, lorsque ce dernier est choisi comme président par voie de corruption en 1924, ont amassé une fortune de 60 millions de yuans. Wang Zhanyuan 王占元 (1861-1934), à la tête du Hubei pendant six ans, possède quant à lui  30 millions de yuans. Chen Guangyuan 陈光远 (1873-1939), à la tête du Jiangxi pendant cinq ans, a accumulé une fortune de 15 millions de yuans.

Lorsque les concessions de Tianjin commencent à s’établir, les Chinois, durant un moment, ne sont pas autorités à y résider ou à y posséder des terrains. Cependant, après la proclamation de la République (1912-1949), ces règlements restent pour la forme mais sont vidés de toute leur substance. Ainsi, les politiciens en exil peuvent désormais utiliser les grosses fortunes amassées lorsqu’ils étaient au pouvoir pour investir dans des propriétés immobilières au sein des concessions. Ensuite, ils emploient des architectes étrangers pour que ces derniers conçoivent les plans et bâtissent leurs propres demeures de style occidental.

刘海岩 (天津社会科学院, 研究员)

Liu Haiyan (Chercheur à l’Institut des Sciences Sociales de Tianjin)

«  A l’évidence, le coût de l’édification de ces demeures importe peu donc les architectes étrangers peuvent laisser libre cours à leur imagination pour concevoir ces constructions. Par conséquent, ces bâtiments de type occidental possèdent toutes sortes de particularités qui viennent, d’une part, du talent de l’architecte et de l’autre, du fait que les commanditaires de ces demeures (les politiciens en exil) n’étaient pas regardants sur le prix à payer. »

Presque tous les architectes connus qui se trouvaient à Tianjin à l’époque ont participé à la conception du quartier de “五大道”. Ces architectes ont conçu en 1919 le bâtiment d’administration des mines de Kaiuan (Sino-British Kailuan Mining Administration 开滦矿务局办公室大楼), conçu par les cabinets britanniques Atkinson & Dallas et Adams & Knowles (Cook et Anderson). C’est justement ce même architecte Anderson qui présentera le rapport du projet pour la partie « extramurale » de la concession britannique.

L’architecte italien Paul Bonetti a conçu dans le quartier de “五大道” les constructions “安乐村”et “疙瘩楼”.

L’architecte autrichien Rolf Geyling, après s’être installé avec toute sa famille à Tianjin, crée un cabinet de l’art architectural qui porte son nom et qui prend en charge les projets d’architecture et de décoration des bâtiments 香港大楼, 民国大楼 et 剑桥大楼.

La plupart des constructions conçues à l’époque sont de style occidental.

C’est justement cette mise en commun des efforts d’architectes venant de tous les pays qui créée un caractère particulier avec des styles et des spécialités différentes, conférant des visages variés aux constructions de “五大道”. Selon certains chercheurs, mise à part la participation des architectes étrangers, il faut aussi souligner la contribution d’architectes chinois dans la construction des bâtiments de “五大道”.

Au printemps 1925, l’architecte ingénieur en génie civil de l’entreprise 启新洋灰公司, Chen Fan 陈范, persiste à concevoir et bâtir de nombreuses demeures du quartier de “五大道”. Ces bâtiments incluent le “山益里”de la rue 重庆道, le “四维里”de la rue 沙市道 etc.

山益里”est un complexe résidentiel constitué de 43 demeures comportant chacune deux ou trois étages. Elles ont été bâties avec une structure de brique et de bois et possèdent des toits en pente. Elles sont toutes équipées, ce qui rend leur habitat très pratique.

路红 (天津市历史风貌建筑保护专家咨询委员会 主任)

Lu Hong (Responsable du comité de consultation et d’expertise de l’organisme de protection des bâtiments historiques de Tianjin)

« Les bâtiments de ce 山益里” sont vraiment particuliers. On les appelle aujourd’hui 联排别墅” (les villas juxtaposées). A l’époque, ces demeures étaient très en vogue. Dans les années 1920, en Angleterre et dans d’autres pays, ces villas juxtaposées étaient très à la mode. Il faut dire qu’à l’époque, Tianjin suit le mouvement novateur des concepts d’architecture occidentaux puisque de nombreux architectes étrangers ou architectes chinois ayant été formés en Occident résident dans la ville. De plus, dans la concession britannique, tout le monde est à la recherche de ce mode de vie occidental. »

On peut dire objectivement que l’ouverture des concessions étrangères de Tianjin a façonné le caractère multiple et les nombreuses particularités de la ville. Finalement, cela a façonné la singularité architecturale des constructions de Tianjin.

A présent, apprécions un peu ces différents styles architecturaux :

  • 望海楼教堂 Église Notre-Dame des Victoires, 1869 (style gothique).

  • 戈登堂 Gordon Hall (siège de l’administration britannique), 1889 (style Tudor).

  • 利顺德饭店 Astor Hotel, 1895 (style romantique).

  • 华俄道胜银行, 1896 (style architectural russe).

  • 老西开教堂 Cathédrale Saint-Jospeh, 1916 (style romain).

  • 国民饭店 Restaurant du peuple, 1923 (style semi-classique).

  • 开滦矿务局办公室大楼 Sino-British Kailuan Mining Administration, 1921 (style néo-classique).

  • 法国公议局 Conseil d’administration municipale français, 1931 (style néo-classique).

  • 汇丰银行 Hong Kong & Shanghai Bank Corporation (HSBC), 1925 (style néo-classique).

  • 横滨正金银行大楼 Yokohama Specie Bank Ltd., 1926 (style néo-classique).

  • 劝业场, 1928 (style semi-classique).

  • 渤海大楼, 1936 (style contemporain).

Tandis que les nuages de fumée de l’histoire s’envolent, la marque des années s’accentue silencieusement sur ces constructions exceptionnelles, les gens commencent même à leur donner la nouvelle appellation de bâtiments historiques.

Aujourd’hui, toutes ces vieilles constructions de Tianjin fêtent progressivement leur cent ans. L’un des problèmes actuels est que nombre d’entre elles ont subi des dégradations plus ou moins graves, voire sont devenus des bâtiments insalubres du fait de leur mauvais état. Ainsi, chaque nouvelle vague d’urbanisation ne cesse de porter atteinte et d’engloutir une grande partie de ces monuments historiques.

Dans notre société actuelle, la protection du patrimoine culturel et historique urbain est déjà devenue une partie intégrante du développement des villes du monde entier.

La culture représente l’âme de la ville. Les constructions constituent les symboles de la culture et des progrès de l’humanité. D’après les concepts actuels de l’architecture, on peut dire que les caractéristiques architecturales d’une ville reposent sur sa culture et l’expérience historique qu’elle a accumulé au fil des années. Plus cette expérience est riche, plus la valeur d’une ville est donc importante. Les caractéristiques des bâtiments historiques que l’on ne peut pas faire renaître expliquent le fait que si ces constructions viennent à être détruites, il s’agit là d’une perte irrémédiable.

Il est donc impératif de réfléchir sur la manière dont on peut conserver la culture architecturale de la ville, protéger et mettre en valeur ses bâtiments historiques.

De nombreux pays européens ont commencé dès le XVIIe siècle à prendre en main la protection des monuments historiques. Avec le mouvement artistique de la Renaissance, on commence à avoir un autre regard sur l’héritage antique. Après le XVIIIe siècle, on accorde progressivement une grande importance à la protection et à la rénovation des bâtiments historiques.

En 1877, une association de protection des monuments antiques est créée sous l’impulsion de l’artiste britannique William Morris (1834-1896). En raison de l’opposition virulente que rencontre l’association, les vieux bâtiments se trouvent rénovés sans aucune distinction et ne font pas l’objet d’enquêtes minutieuses, mais les rénovations continuent à être menées avec opiniâtreté. Par conséquent, on peut dire que cette association a été à l’avant-garde du mouvement actuel de protection des bâtiments historiques.

Après la Seconde Guerre mondiale, et surtout après les années 1960, la protection des monuments historiques fait l’objet d’une véritable attention de plus en plus universelle dans le monde entier. Après un très long processus de reconnaissance et de mise en pratique, les théories ont gagné en maturité. Les documents relatifs à cette question en Allemagne révèlent que Berlin a enregistré environ 8000 constructions comme bâtiments historiques. Avec le développement rapide de la société actuelle, la plupart ont déjà été rénovés et bénéficient d’une protection et d’une valorisation.

Certains visionnaires chinois lancent, dès 1929, un courant de pensées sur la protection des monuments historiques et mettent en place une société d’étude des constructions entre les peuples (民间组织中国营造学社).

En 1960, la Chine met en place différents échelons pour la protection du patrimoine culturel. Un grand nombre de bâtiments historiques importants commencent à être protégés.

En 1982, la loi《文物法》(Loi sur le patrimoine culturel) est promulguée, elle permet d’assurer un cadre légal à la protection de monuments historiques.

Après 1990, suivant la déclaration de l’UNESCO concernant les monuments appartenant au patrimoine mondial, de plus en plus de bâtiments historiques entrent dans le cadre de ce patrimoine de l’humanité.

A partir des années 1990, des organismes et des mesures ont également été mis en place à Tianjin pour prendre en main la protection des monuments historiques de la ville.

Le 1er septembre 2005, résumant la situation concrète de Tianjin, le 天津市人大常委会(Congrès municipal des représentants du peuple de Tianjin) a ratifié et promulgué le《天津市历史风貌建筑保护条例》(Règlement de protection des monuments historiques de Tianjin). Il s’agit là du tout premier règlement en Chine visant à mettre en place des lois spécifiques aux caractéristiques d’une ville pour la protection de ses monuments historiques.

Le règlement précise tout d’abord que l’expression “历史风貌建筑” (bâtiments de style historique) est devenue le terme légal exprimant la protection des bâtiments historiques mis en place par la ville de Tianjin et en même temps les contours du règlement concernant ces bâtiments.

Ensuite, un Comité de protection de ces bâtiments de style historique (天津市历史风貌建筑保护委员会) s’est établi à Tianjin, un Comité de consultation et d’expertise (专家咨询委员会) ainsi qu’une entreprise à responsabilité limitée de classement de ces bâtiments de style historique de Tianjin (天津市历史风貌建筑整理有限责任公司). Cela a permis de créer un véritable système de protection et de classement des constructions historiques. L’établissement de ces structures spécialisées a permis de constituer un système entier mobilisant le gouvernement, la société et les acteurs économiques autour de la protection des bâtiments historiques.

En août 2006, le règlement (《条例》) évoqué précédemment est concrètement mis en application avec notamment la rénovation du 静园 [demeure où a vécu le dernier empereur Puyi de 1929 à 1931 et qui s’était trouvée dans un état d’insalubrité désastreux en raison de l’installation de dizaines de familles après 1949] . En raison de la priorité qui a été accordée à ce lieu, sa rénovation a rapidement été mise en place et a servi de premier essai pour l’organisme de protection des bâtiments historiques. La remise en état du 静园 a donc permis d’attirer l’attention de la société sur cette question.

Une fois la rénovation du 静园 achevée sans encombre, la demeure a été ouverte au public le 20 septembre 2007. L’expérience qui a pu être tirée de ce travail de remise en état a été très utile pour l’organisme de protection des bâtiments historiques par le rôle à la fois conducteur et de démonstration sur le long terme qu’a eu la réalisation de ce projet.

Ensuite, les différents bâtiments historiques du 庆王府 [ancienne demeure du prince Zai Zhen 载振] ont successivement été rénovés et protégés.

Lorsque ces bâtiments au destin historique mouvementé sont remis à neuf, ils peuvent à nouveau exposer au monde entier leur passé et l’histoire des événements qu’ils ont abrités, éveillant ainsi l’intérêt de leurs visiteurs.


Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

大沽口炮台遗址博物馆 (The Dagukou Fort Ruins Museum)

Situé dans le district de Tanggu de la municipalité de Tianjin, le site de Dagu a d’abord abrité des fortifications sous les Ming, durant le règne de l’empereur Jiajing 嘉靖 (1522-1566) avant la construction d’un fort militaire sous les Qing en 1817, durant le règne de l’empereur Jiaqing 嘉庆 (1796-1820). Il s’agit d’un lieu historique incontournable, théâtre de la plupart des grandes batailles du XIXe et tout début du XXe siècles ayant opposé la Chine aux puissances occidentales. Si la mer arrivait auparavant jusqu’au fort, seules quelques mares d’eau et les canons surplombant le site rappellent aujourd’hui son passé côtier mouvementé tandis que de nombreuses constructions sont venues s’implanter tout autour.

Cet article vise à présenter l’évolution de ce fort en respectant l’ordre chronologique de visite du musée. L’objectif est de souligner son importance cruciale dans l’histoire moderne de la Chine tout en dégageant des pistes de réflexion plus centrées sur le cas précis de Tianjin et les liens que l’on peut établir entre l’emplacement stratégique du lieu et la création d’un nombre inédit de concessions étrangères au sein de la ville.

  • Un lieu stratégique sous les Ming et de rencontre avec les Occidentaux à l’époque des grandes explorations maritimes

Connu en tant que « Porte maritime vers Beijing », Dagu avait déjà un rôle important dans le transport du grain sous la dynastie des Yuan (1271-1368). Mais c’est durant la dynastie suivante, celle des Ming (1368-1644) que la zone de Dagu commence à s’imposer comme un emplacement militaire défensif face aux pirates japonais qui sévissent du XIIIe au XVIe siècles sur les côtes chinoises. En 1592, la 20e année du règne de l’empereur Wanli 万历 (1572-1620), lorsque le Japon envahit la Corée, le gouvernement Ming renforce alors sa défense le long de la mer Bohai (渤海) en augmentant le nombre de ses troupes stationnées à Tianjin (plus de 23 000 soldats) et en nommant en 1597 un gouverneur chargé de la défense côtière à Tianjin.

Au tournant du XIXe siècle, en raison de la proximité du lieu par rapport à la capitale Beijing, Dagu devient le point de chute des missions britanniques souhaitant s’introduire en Chine.

  • Construction du fort sous les Qing

Avec l’arrivée de Lord Macartney (1737-1806) en 1792 et plus particulièrement celle de Lord Amherst (1773-1857) en 1816, l’empereur Jiaqing 嘉靖 (1522-1566) réalise toute l’importance stratégique du lieu à la fois en tant que rempart protecteur de la capitale et à la fois comme zone de contact avec le monde extérieur. Dix ans après la venue de Lord Amherst à Tianjin, l’empereur promulgue un édit impérial pour établir une base navale à Dagu et commencer la construction de forts sur les rives nord et sud de la mer Bohai (渤海).

  • Les trois batailles de Dagu entre 1858 et 1860

Entre 1858 et 1860, Dagu est le théâtre de trois batailles successives qui déterminent largement le résultat de la Deuxième guerre de l’Opium et qui renforcent la position stratégique du fort en tant que porte d’entrée maritime vers la capitale puisque la prise du fort ouvre un accès possible à la Cité interdite.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, les Britanniques sont très présents en Chine pour y acheter notamment du thé et de la soie et ce, en si grande quantité, que leur balance commerciale se trouve fortement déficitaire. Pour rééquilibrer cette dernière, l’idée germe alors d’importer en Chine de l’opium venant d’Inde, comme l’avaient fait avant eux les Portugais, initiative qui remporte un succès grandissant auprès de la population. La consommation devient telle que la balance commerciale s’inverse rapidement en faveur de la Grande-Bretagne mais au prix de multiples problèmes de corruption et ravages au sein de la société. Les autorités chinoises, devant l’ampleur du phénomène, tentent plusieurs fois de l’interdire (un premier édit est promulgué en 1729, un second en 1796 et un troisième en 1800) mais sans résultat puisque les Britanniques continuent à l’introduire par contrebande. Comme le relève avec une certaine malice Bernard Brizay dans son ouvrage sur le Sac du Palais d’Été (Le Sac du Palais d’Eté, Troisième Guerre de l’Opium, Paris : Éditions du Rocher, 2003), l’Angleterre de la reine Victoria devient ainsi le premier État narco-traficant au monde.

Cette question de l’opium va véritablement déterminer l’évolution des rapports diplomatiques entre les deux pays et on peut d’ailleurs considérer que tous les traités ayant ponctué les relations entre l’Angleterre et la Chine entre 1839 et 1860 ont l’opium comme origine. Tianjin devient très vite le port le plus important pour son entrée via Dagu et son commerce à Beijing ainsi que dans le nord du pays. Devant cette situation de fait sur laquelle il n’a aucun contrôle, le gouvernement Qing décide de saisir et détruire l’opium transporté en Chine : une confiscation a notamment lieu à Dagu les 13-14 novembre 1838.

D’autres actions sont également menées à Guangzhou (Canton) par Lin Zexu 林则徐 (1785-1850), commissaire impérial de la province du Guangdong, pour tenter d’appliquer l’interdiction maintes et maintes fois réitérées. En juin 1839, des stocks d’opium sont saisis et détruits dans la ville. Après plusieurs affrontements, Lin Zexu va jusqu’à interdire l’accès des navires britanniques au port de Guangzhou, ce qui déclenche la première guerre dite de l’Opium. Les Britanniques souhaitent principalement forcer le gouvernement Qing à reprendre le commerce, à rembourser l’opium confisqué ou détruit ainsi qu’à leur accorder l’île d’Hong Kong. Après des combats menés dans le Guangdong, les Qing sont contraints à la capitulation et à la signature du traité de Nanjing (Nankin), le 29 août 1842, dont les clauses stipulent la cession de Hong Kong à la Grande-Bretagne mais également l’ouverture de cinq ports (Xiamen, Guangzhou, Fuzhou, Ningbo et Shanghai) au commerce étranger ainsi que le principe d’exterritorialité qui permet aux ressortissants étrangers d’échapper aux lois chinoises.

Négociations qui ont lieu entre le gouverneur du Zhili 直隶, Qi Shan 琦善, et les Britanniques représentés par Charles Elliot, le 30 août 1840 à Dagu. Qi Shan tente de persuader les Britanniques d’abandonner les combats au sud en assurant que l’empereur Daoguang 道光 chercherait à enquêter sur les destructions d’opium et à les sanctionner. Le 15 septembre, les Britanniques quittent Dagu pour rejoindre le sud de la Chine.

Signature du traité de Nanjing《南京条约》le 29 août 1842.

Cependant, les avantages arrachés par les Britanniques, très vite rejoints par les Américains et les Français qui obtiennent les mêmes privilèges en 1844, se trouvent finalement n’être que des principes de fait. La seconde guerre de l’Opium (1858-1860) entend ainsi imposer leur application effective et définitive tout en formulant de nouvelles revendications. Les opérations militaires voient ainsi l’intervention d’autres Puissances, notamment la France, les Etats-Unis et la Russie de 1856 à 1859, venues profiter de l’affaiblissement de l’Empire des Qing, principalement dû à la révolte des Taiping (1850-1863), pour se « tailler » une part du gâteau chinois. Dans ce contexte, le fort de Dagu devient le théâtre de trois batailles successives. La première lancée à l’initiative des Britanniques et des Français le 20 mai 1858 se clôt rapidement par la victoire de ces derniers qui se rendent jusqu’à Tianjin pour forcer le gouvernement Qing à signer le Traité de Tianjin. Signé le 2 juin 1858, il prévoit notamment l’ouverture de dix nouveaux ports au commerce occidental (dont Tianjin) ainsi que la libre installation de missions catholiques et protestantes qui peuvent devenir propriétaires de terrains dans l’intérieur du pays.

Signatures respectives du traité de Tianjin《天津条约》du gouvernement Qing avec la Russie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France les 13, 18, 26 et 27 juin 1858, à Tianjin et plus précisément à Haiguangsi 海光寺.

La deuxième bataille de Dagu a lieu en juin 1859. Se plaignant des arrangements conclus quant à la route permettant d’entrer à Beijing pour la ratification du traité, les Britanniques et les Français décident de forcer le passage, déclenchant ainsi la riposte des troupes chinoises qui leur infligent une défaite cuisante après un jour et une nuit de combats acharnés, coulant au total quatre navires britanniques et faisant environ 400 tués ou blessés parmi les soldats britanniques et français.

Du côté chinois, le général Senggelinqin 僧格林沁 a mobilisé des troupes de Beijing, de Mongolie intérieure et d’autres régions pour soutenir Dagu. Avant la bataille, 7 000 soldats y sont regroupés dont 4 000 se trouvant dans les six forts le long des rives nord et sud.

Bien décidés à venger l’humiliation subie, les Britanniques et les Français engagent une expédition commune et débarquent aux abords de Dagu le 30 juillet 1860. Cette fois-ci, les deux armées se regroupent à Beitang 北塘, et attaquent les forts de Dagu par derrière, ce qui leur assure une victoire très rapide.

Panorama du fort de Beitang 北塘 photographié par Felice A. Beato le 3 août 1860.

Peu après l’attaque, le fort de Shitoufeng 石头缝 tombe et le préfet du Zhili 直隶, Le Shan, meurt au combat. Peu à peu, les deux rives se trouvent occupées par les troupes alliées.

Le fort de Shitoufeng 石头缝 après les combats.

Le préfet du Zhili, Le Shan 乐善 (?- 1860), tué lors de la bataille de Shitoufeng 石头缝.

Après la prise de Dagu, les forces alliées franco-britanniques attaquent la ville de Tianjin et l’occupent. Elles se préparent ensuite à marcher sur Beijing. Le 18 septembre, elles défont les troupes des Qing commandées par Senggelinqin 僧格林沁 à Zhangjiawan 张家湾. Le 21 septembre, la même scène se reproduit à Baliqiao八里桥.

英法联军向北京进发示意图 (Plan de l’avancée des troupes alliées franco-britanniques vers Beijing) : On peut suivre leur progression de Beitang 北塘 à Dagu vers Tianjin puis Baliqiao 八里桥 et enfin Beijing.

Devant l’arrivée imminente des Britanniques et des Français dans la capitale, le 22 septembre 1860,  l’empereur Xianfeng 咸丰 (1850-1861) s’enfuit avec sa Cour à Chengde (aujourd’hui dans le Hebei actuel), laissant le soin à son jeune frère, Yi Xin 奕訢, connu sous le nom de Prince Gong 恭亲王 (1832-1898), de rester au Yuanmingyuan 圆明园, grandiose résidence impériale, pour y négocier la paix.

Les troupes britanniques et françaises se donnent rendez-vous devant le Yuanmingyuan 圆明园. Les Français arrivent les premiers et commencent à piller le palais. Les Britanniques arrivent le lendemain et sont furieux, non pas du pillage, mais surtout du fait que ce dernier ait été commencé sans eux. S’ensuit alors un pillage général les 7 et 8 octobre. Au même moment, le prince Gong annonce la libération d’otages français et britanniques qui avaient été capturés et détenus depuis le 18 septembre. Cependant, tous ne reviennent pas, certains ayant succombé sous la torture ; quant aux survivants, ils reviennent pour la plupart dans un état physique lamentable, dont certains ne se remettront d’ailleurs jamais. Sur 26 prisonniers britanniques, 13 sont morts et 13 sont rendus vivants tandis que sur 13 Français, 7 sont morts et 6 sont rendus vivants. Ce décompte macabre va rendre les Anglais furieux, parlant d’une « violation la plus totale de la loi internationale ». Côté britannique, on estime alors que l’empereur doit être sévèrement puni et, pour que le châtiment soit exemplaire, il est alors convenu de saccager et d’incendier de fond en comble le Yuanmingyuan 圆明园. Il faut tout de même préciser qu’il s’agit là d’une décision britannique unilatérale car les Français, bien qu’ayant allègrement participé au pillage, se prononcent catégoriquement contre la destruction du palais. Cette nuance n’est, à ma connaissance, jamais apportée dans les récits faits en Chine à ce sujet. C’est donc seuls que les Britanniques procèdent, les 18 et 19 octobre, à ce que Bernard Brizay qualifie d’ « holocauste architectural » (Ibid., p. 32).

Les troupes françaises et britanniques devant le Yuanmingyuan 圆明园.

Dès le lendemain, le prince Gong annonce qu’il accepte toutes les conditions exigées par les alliés. Ces dernières figurent dans les Conventions de Beijing, ratifiées les 24 et 25 octobre, qui reprennent les principales clauses du Traité de Tianjin de 1858.

 Yi Xin 奕訢, Prince Gong 恭亲王 (1832-1898)

Signature des Conventions de Beijing《北京条约》entre le Prince Gong et Lord Elgin représentant la Grande-Bretagne. Le lendemain, c’est au tour de la France, représentée par le Baron Gros.

  • Évolution et renforcement du fort de Dagu

Suite à sa défaite lors de la Deuxième guerre de l’Opium, la Chine entre dans un mouvement des affaires occidentales ou d’auto-renforcement (洋务运动) lancé par le gouvernement Qing dans les années 1860 et qui prône « l’apprentissage des technologies de l’Occident pour mieux le contrôler » (« 师夷长技以制夷的 »). Durant ce mouvement, le fort de Dagu s’équipe de nouveaux canons Krupp et Armstrong ainsi que du télégramme pour constituer une barrière maritime capable de protéger la capitale. Ces innovations sont notamment menées sous l’impulsion de Li Hongzhang 李鸿章 (1826-1893), alors préfet du Zhili 直隶 et chancelier de la marine du Beiyang 北洋.

En 1871, Li Hongzhang 李鸿章 se rend en personne à Dagu pour vérifier les installations sur place et ordonne l’importation d’armes occidentales.

Canons Krupp achetés par Li Hongzhang 李鸿章.

En 1879, les lignes de télégramme sont établies entre le fort de Dagu, le fort de Beitang et la résidence du gouverneur du Zhili.

  • La guerre sino-japonaise 甲午战云 (1894-1895)

Au printemps 1894, une révolte paysanne éclate en Corée et le gouvernement Qing envoie des troupes pour tenter d’y mettre un terme. Au même moment, le Japon, sous prétexte de vouloir protéger son ambassade et ses ressortissants, envoie à son tour des troupes et occupe Séoul le 10 juin. Le 25 juillet, le Japon déclenche les hostilités en coulant le navire britannique commercial Kowshing qui était parti de Dagu. Le 1er août, la guerre est officiellement déclarée entre la Chine et le Japon. Elle se termine par la victoire du Japon qui va imposer ses revendications à la Chine.

Le Traité de Shimonoseki est signé le 17 avril 1895. La Chine y reconnaît la totale indépendance de la Corée et cède « à perpétuité » la péninsule du Liaodong (sud de la province actuelle du Liaoning) ainsi que l’île Taiwan au Japon. C’est également par ce traité qu’une concession lui est attribuée à Tianjin.

Les Japonais coulant le navire Kowshing transportant deux bataillons de troupes de défense du Beitang.

  • La 4e bataille de Dagu : l’intervention des huit pouvoirs alliés contre les Boxeurs

Le fort de Dagu est enfin le théâtre d’une 4e bataille lorsqu’en juin 1900, les huit pouvoirs alliés 八国联军 (Grande-Bretagne, France, États-Unis, Japon, Russie, Allemagne, Italie et Autriche-Hongrie) se coalisent pour lutter contre le mouvement des Boxeurs (义和团运动) dont le slogan était : « Soutenir les Qing, exterminer les Occidentaux » (« 扶清灭洋 »). Née dans le Shandong et le Zhili et d’un enracinement d’abord local, cette révolte due à de multiples causes (pression démographique, division parcellaire de l’exploitation du sol, assouplissement commercial des régions du Grand Canal, inondations du fleuve Jaune en 1898, réquisitions et impositions gouvernementales pour la guerre de 1894-1895) s’étend peu à peu, gagnant Tianjin à l’été 1899 puis Beijing pour se trouver récupérée par la dynastie Qing qui s’appuie sur son anti-impérialisme.

Membres du mouvement des Boxeurs. A l’été 1899, il compte déjà près de 40-50 000 membres dans la région de Tianjin.

Américains et Japonais occupant le fort de Dagu.

Le 14 juillet 1900, les troupes des huit pouvoirs alliés s’emparent de la ville de Tianjin.

Après la fuite des autorités chinoises de la ville de Tianjin, un gouvernement provisoire est ensuite établi par les huit pouvoirs alliés pour s’occuper de la gestion de la ville et de ses alentours. Le 22 juillet 1901, il prend la décision de démolir les installations défensives de Dagu et Beitang.

Photographie des officiers militaires des huit pays alliés composant le gouvernement provisoire.

Démantèlement des canons Krupp.

  • Réflexions générales sur l’importance spatiale stratégique du fort de Dagu

Comme cette présentation chronologique des principaux événements ayant eu lieu à Dagu le montre, ce lieu historique est d’une importance capitale pour qui s’intéresse à l’histoire moderne de la Chine puisque ce fort militaire stratégique s’est trouvé au coeur de presque toutes les batailles ayant opposé la Chine aux puissances occidentales au XIXe et au début du XXe siècles. Son histoire se trouve de surcroît étroitement liée à celle de Tianjin du fait de la proximité spatiale des deux lieux et de l’emplacement central de Tianjin entre Dagu et Beijing. Rappeler l’importance stratégique de Dagu, c’est donc aussi soulever celle, toute aussi cruciale, de Tianjin comme porte d’entrée vers la capitale et donc vers la Chine toute entière, Dagu constituant la première étape de cette expédition. Le fait que le fort ait été attaqué à quatre reprises par les puissances occidentales entre 1858 et 1900 nous permet également de comprendre la genèse des événements ayant conduit à la création des concessions étrangères.

En ce qui concerne l’apport de cette visite par rapport à mes recherches personnelles, j’aurais aimé trouvé des pistes de réflexion plus précises sur l’emplacement stratégique de ce fort et sa relation avec la ville de Tianjin. Mais c’est aussi à l’historien qu’il incombe de remédier à ces lacunes. De fait, une étude plus approfondie mériterait d’être menée sur le lien (peut-être de cause à effet) entre le positionnement stratégique de Tianjin sur l’axe Dagu-Beijing et le nombre inédit des concessions qui ont été implantées dans la ville. Les outils de l’histoire spatiale pourraient notamment être mobilisés pour suivre l’évolution et les mouvements de cet « axe » dans le temps.

 

On regrettera enfin qu’au cours de la visite du fort, l’analyse finale ne mette l’accent que sur le sentiment d’humiliation se dégageant de ces événements historiques et restant associé au fort de Dagu devenu un lieu symbolique des nombreuses défaites connues par la Chine face aux puissances étrangères. De la présentation du musée jusqu’aux derniers mots de conclusion, on peut lire en effet ce leitmotiv de l’humiliation. On retiendra notamment cette phrase : “大沽口炮台的兴废昭示后人 落后就要挨打, 强盛才有安宁”(« La leçon qu’enseigne aux générations suivantes l’apogée et le déclin du fort de Dagu est qu’une nation faible sera inévitablement détruite et que seule une nation forte peut prospérer en paix. »).

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l’expansionnisme territorial, le maintien de l’ordre et l’évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts