Quelques conseils pour visiter le Centre des archives municipales de Tianjin (去天津档案馆的几点建议)

Une première visite au Centre des archives municipales de Tianjin (天津档案馆), comme dans tout centre d’archives, peut s’avérer quelque peu laborieuse si on n’est pas au courant des modalités de consultation. J’ai eu la chance de pouvoir être accompagnée, ce qui m’a grandement facilité la tâche.

En arrivant devant l’imposant bâtiment où se trouve les fameuses archives, il ne faut pas se diriger vers la porte centrale (voir photo ci-dessous) mais vers une entrée plus modeste, située derrière, où l’on est accueilli par un militaire au garde-à-vous. Il est alors nécessaire de se présenter à l’accueil avec une lettre de recommandation émanant d’un enseignant chercheur – de l’Université Nankai ou de l’Institut des sciences sociales de Tianjin par exemple – ainsi qu’une lettre expliquant son statut et son projet d’étude (课题的研究).

Lorsque les formalités d’inscription sont réglées et que son passeport a bien été « ausculté » et dûment photocopié, on peut consulter le catalogue des archives (档案目录检索区), dont l’accès est libre de 8:30 à 17:00, en ciblant ses recherches par mot clé (ex : concession française 法租界, Laoxikai老西开).

S’il s’agit de documents consultables en version papier, il faut aller dans la salle de lecture des documents manuscrits (档案馆文件资料查阅区) qui est ouverte de 8:30 à 11:30 et de 13:30 à 16:30.

Certaines archives sont directement accessibles sur ordinateur au premier étage en version PDF, ce qui est très pratique. Étant donné qu’il n’y a personne pour surveiller la salle, on peut se permettre de prendre les documents en photo. On peut même se prendre à rêver un moment d’un transfert sur clé usb mais, comme tout chercheur averti doit s’y attendre, cela n’est malheureusement pas autorisé. Le contraire eût été surprenant. Cette pratique ne serait d’ailleurs sûrement pas permise en France non plus. On peut déjà s’estimer plus que chanceux lorsque l’on peut consulter facilement des archives en Chine et de surcroît les prendre en photo. Il est également possible de demander à imprimer certaines pièces, ce qui peut s’avérer particulièrement utile pour des documents cartographiques.

Après quelques visites à ce centre d’archives, le bilan apparaît donc plutôt positif, ne serait-ce qu’en considérant la facilité d’accès et d’exploitation des documents consultés pour le moment. Mes recherches sur la concession française et sur le quartier de Laoxikai ne font certes pas état d’un fonds très riche sur l’histoire de ces lieux mais les pièces dont dispose le centre ont, pour la plupart, été numérisées et enregistrées sur ordinateur. Elles présentent des informations non négligeables ainsi que des cartes tout à fait exploitables.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fleur Chabaille-Wang (王钰花) (2 octobre 2012). Quelques conseils pour visiter le Centre des archives municipales de Tianjin (去天津档案馆的几点建议). Tianjin Spatial History. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uxxp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.