天津老城博物馆 (Tianjin Old City Museum)

Le musée de la vieille ville de Tianjin se trouve dans l’ancienne cour de la demeure de Xu Puan (徐朴庵) qui était un comprador de la banque britannique Chartered Bank (麦加利银行). Sa demeure fut construite au début de la période républicaine et s’étendait sur environ 1600 m2. A Tianjin, c’est aujourd’hui la seule résidence traditionnelle typique de l’époque à avoir été conservée.

En 2000, Feng Jicai (冯骥才), romancier de Tianjin très connu pour ses petits récits historiques1, a proposé la construction d’un musée reposant sur un système de donations privées, ce qui constituait une première en Chine. Il a lui-même montré l’exemple en offrant quelques objets de son fonds personnel.

C’est finalement le 23 décembre 2004, lorsque la ville de Tianjin a fêté son 600ème anniversaire, que le musée a été ouvert au public.

Après la lecture de cette brève présentation à l’entrée du musée, la visite s’avère quelque peu décevante par rapport à la description plutôt attrayante qui en est faite. On nous promet en effet la découverte d’une immense collection plongeant le visiteur au cœur de la mémoire inoubliable des résidents de la vieille ville et témoignant de l’héritage culturel et historique de Tianjin. S’il est vrai que la structure du lieu avec ses trois cours intérieures en forme de quadrangles semi-détachés (四合院) permet de donner un aperçu des configurations spatiales domestiques de l’époque, les quelques objets éparses constituant la « collection » évoquée ne suffisent pas à évoquer de façon suffisamment détaillée le passé de la ville.

Dans la première salle, on peine à comprendre le mélange injustifié d’objets allant de l’époque des Song à la Révolution culturelle et ne possédant aucun lien particulier qui les relie entre eux. Des objets historiques aussi divers que des petites chaussures de femme datant de l’époque des Qing (三寸金莲), une poterie datant des Song (小壶), un encensoir datant des Qing (香炉) se retrouvent ainsi réunis sans autre forme d’explication, si ce n’est qu’ils proviennent de donateurs privés dont le nom est indiqué.

Dans les salles suivantes, on trouve quelques photographies historiques dont certaines sont de très bonne qualité mais le manque de lumière empêche la possibilité d’en faire une reproduction exploitable. Les quelques clichés présentés ci-dessous permettent tout de même de saisir quelques moments de vie quotidienne. La dernière photographie est une carte postale envoyée par des Français à un couple d’amis dans laquelle ils évoquent leur prochain déménagement dans le quartier diplomatique.

Quelques panneaux sont également là pour nous aiguiller sur certains aspects précis concernant la formation, l’histoire et l’évolution de la vieille ville.

L’arrondissement actuel de Chengxiang (城厢区) inclut la vieille ville (老城里) et une partie extérieure de la Porte de l’Est (东门).

Il y a environ 500-600 ans, lorsque la ville de Tianjin s’est progressivement développée, elle est aussi devenue une ville d’immigration. Des personnes d’origines et de régions diverses, des réfugiés ainsi qu’un grand nombre de petits marchands sont venus s’y installer. Différentes coutumes se sont alors peu à peu agrégées pour constituer une culture particulière autour de la place du marché.

A côté de la rivière Haihe (海河), il y avait un temple dénommé Tianhougong 天后宫 qui existe encore aujourd’hui. Près de ce temple se trouvait un pont à l’ouest duquel s’était développé un marché très important. Des paysans venant de banlieue par bateau s’y rendaient pour y vendre des fruits et des légumes. Depuis ce marché vers l’ouest de la ville, plusieurs quartiers se sont ensuite petit à petit étendus, certains spécialisés dans la vente de produits étrangers (小洋货街 et 扒头街), d’autres servant de lieux de résidence (南斜街). Ces quartiers se sont développés à l’extérieur de la Porte de l’Est et donc en dehors de la vieille ville traditionnelle (老城里). En 1900, au moment de la révolte des Boxeurs, tout l’espace correspondant à l’arrondissement de Chengxiang actuel a été détruit par les troupes des huit nations alliées (八国联军). Après les troubles de 1912 où des soldats de Yuan Shikai ont semé la terreur dans la vieille ville, les Chinois fortunés sont partis vivre dans les concessions pour y chercher davantage de stabilité. A partir de ce moment-là, l’arrondissement de Chengxiang, jusqu’alors florissant, a progressivement décliné.

Après 1949, il est devenu l’arrondissement administratif (行政区) de Tianjin.

En ce qui concerne l’aménagement spatial de Chengxiang, mise à part la mairie et les associations qui ont été bâties selon des règlements officiels, les autres constructions se sont implantées en fonction de l’emplacement géographique. Pour cette raison, de nombreux hutong (胡同) tels que le Jiudaowan (九道弯) ou le Shuanmazhuang (拴马桩) se sont constitués en dehors de toutes normes officielles. Les hutong Xiaomalu (小马路) et Dashuigou (大水沟) formant des petits quartiers étroits se sont tout aussi naturellement développés. La configuration spatiale de la vieille ville et de son extension au-delà de la Porte de l’Est s’est donc établie selon un processus plus ou moins anarchique.

Les dernières salles reconstituent des intérieurs d’époque avec notamment deux pièces montrant les rituels liés au mariage et la disposition des meubles dans la chambre à coucher.

Les deux assiettes que l’on voit en gros plan sur la troisième photo ont chacune une signification bien particulière. Celle de droite contient des petits raviolis (饺子) car après le mariage, lorsque la mariée vient habiter dans la maison de son mari, sa belle-mère lui fait manger un petit bout de ravioli qui est à moitié cuit. On dit alors qu’il s’agit d’un 半生饺子 (ravioli à moitié cru). La belle-mère demande alors à sa belle fille : « 饺子生吗 ? » (Le ravioli est-il cru ?). La belle-fille répond : « », ce qui correspond à un acquiescement de sa part. Mais le sens qu’il y a derrière ces paroles est : « Peux-tu enfanter ? » car le caractère , employé ici pour décrire un aliment cru, est également utilisé dans le mot « accoucher » (出生). Ces petits raviolis représentent un symbole se rapportant à la capacité de la jeune femme à pouvoir assurer la descencdance de la famille. De même, l’assiette de gauche contenant des marrons (栗子), des jujubes (枣) et des cacahuètes (花生) comporte ce type de métaphores liées à la future grossesse de l’épouse. Pour les marrons et les jujubes, il s’agit aussi d’un jeu de mot sur la prononciation proche ou similaire de caractères différents (谐音) : « 早、立、子» (vite enfanter). Pour les cacahuètes, on dit : « 花着生», ce qui veut dire que l’épouse aura à la fois des fils et des filles. Tous ces aliments constituaient des présages de bon augure dans les mariages traditionnels.

Pour conclure…

Bien que ne disposant encore que d’une collection assez restreinte et sans doute insuffisamment mise en valeur, ce musée et l’initiative même de sa création sont à saluer : d’une part, pour le choix du lieu qui permet d’inscrire la visite dans un lieu historique aujourd’hui unique à Tianjin ; d’autre part, pour la mise en place du système de donations privées qui peut permettre de collecter des objets qu’on ne trouve pas forcément dans d’autres musées.

A noter enfin que le musée organise des représentations de 相声, art très populaire à Tianjin qui se joue sous la forme d’un dialogue comique.


1 Plusieurs d’entre eux sont notamment regroupés dans Le Petit lettré de Tianjin et autres récits (Éditions Bleu de Chine, 2002), ouvrage dans lequel Feng Jicai dresse quelques portraits très imagés de résidents de Tianjin au travers desquels il nous livre des fragments de leur vie quotidienne tout en dépeignant l’atmosphère de la ville au temps des concessions.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fleur Chabaille-Wang (王钰花) (23 septembre 2012). 天津老城博物馆 (Tianjin Old City Museum). Tianjin Spatial History. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uxxn


Une réflexion sur « 天津老城博物馆 (Tianjin Old City Museum) »

  1. Bjr Fleur,
    J’ai bcp apprécié ton blog, vraiment intéressant. Par coïncidence, j’ai visité hier avec Luc Favre, le quartier des Légations de Pékin. Aussi très intéressant, en particulier une ancienne poste française, oui les PTT! la cathédrale StMichel, deng deng.
    A quand la suite de ton blog
    A bientôt
    Choukri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.