Archives de catégorie : Lectures / Readings

Une Américaine à Tianjin ou le récit d’un destin chinois : l’historien face au témoignage

Pour tous ceux qui souhaiteraient avoir un témoignage à la fois précis et bouleversant ayant pour théâtre la ville de Tianjin, je recommande la lecture d’un magnifique ouvrage, découvert par hasard en traduction chinoise dans la bibliothèque d’un ami à Tianjin. Après l’avoir brièvement feuilleté, j’ai été frappée par le destin incroyable de cette jeune Américaine qui, bravant les interdits et tabous de son époque, a épousé l’homme qu’elle aimait, un jeune Chinois venu étudier aux États-Unis avec lequel elle décide de partir vivre en Chine quelques années plus tard, laissant derrière elle son pays, sa famille, sa jeunesse pour une contrée lointaine dont elle ignore presque tout.

Ce bref aperçu ayant suffi à aiguiser ma curiosité, je me suis rapidement procuré l’ouvrage en anglais et l’ai dévoré avec une avidité décuplée par le fourmillement de détails historiques dépeignant sa vie quotidienne dans le Tianjin des années 1930 aux années 1970. A travers cette trajectoire individuelle, ce sont donc quatre décennies de l’histoire de la ville que l’on voit défiler en arrière-plan, entremêlées voire tiraillées entre permanences et fractures.

Une destinée chinoise

Rien ne prédestinait la jeune Grace Divine à quitter sa terre natale et à vivre durant quarante années en Chine. Rien si ce n’est le hasard d’une rencontre à New York où elle s’est installée pour prendre des cours de chant. Tandis qu’elle espère mener une brillante carrière de chanteuse d’opéra, le jeune Liu Fu-chi débarque tout émerveillé dans le New York de 1928 qui s’impose alors comme l’un des centres commerciaux et culturels mondiaux majeurs. Venu poursuivre des études d’ingénieur à Cornell University, il s’installe dans le même immeuble que la mère de Grace qui a rejoint sa fille pour lui servir de chaperon… Malgré les 27 ans révolus de la jeune femme, il n’est certainement pas convenable pour l’époque qu’elle vive seule dans une aussi grande ville.

Devenus voisins, Fu-chi rend souvent visite à Mrs. Divine sur l’invitation de cette dernière. C’est dans ce contexte que Grace et Fu-chi se rencontrent et apprennent à se connaître. A travers les récits de son nouvel ami chinois, la jeune Américaine découvre la Chine, son histoire, sa culture et ses derniers bouleversements tels que la Révolution de 1911, la proclamation de la République de Chine en 1912 ou encore le Mouvement du 4 mai 1919… Autant d’événements pourtant récents dont elle ignorait entièrement l’existence.

D’une relation reposant avant tout sur un profond respect et une admiration réciproques, Grace et Fu-chi voient leurs sentiments progressivement changer de nature. Anticipant les réticences et oppositions émanant de la famille de la jeune femme, ils décident de se marier en secret en 1932. Sur la destinée qui les a réunis (on dirait en chinois « yuanfen » 缘分), Grace écrira plus tard : « I think it is so remarkable that two people who are born and brought up at the opposite ends of the earth almost, in different countries, different races, and different civilizations, and yet have customs that could be so very congenial. We like the same books, the same king of people. We enjoy the same shows, and the same music. We have the same outlook on life, more or less the same philosophy and the same ideals.« 

La crise de 1929 ayant durement frappé les États-Unis comme le reste du monde, la situation des jeunes mariés s’annonce précaire après la perte du poste que Fu-chi occupait à New York. Ce dernier décide de retourner en Chine où ses compétences d’ingénieur sont très recherchées. Grace étant enceinte de leur premier enfant, elle ne le rejoint qu’en 1934 accompagnée de leur petite fille Ju-lan, au terme d’un périple de plus d’un mois. Après un premier poste à Nanjing, Fu-chi a été nommé ingénieur chef à la Tientsin-Water Works Company. C’est donc vers Tianjin que Grace et sa fille font route.

Les premières années passées dans la ville, la famille Liu enfin réunie vit dans un appartement situé dans la concession française, rue Saint Louis (aujourd’hui 营口道). Le train de vie que décrit Grace dans les lettres adressées à ses proches correspond en tous points aux témoignages d’autres contemporains ayant vécu dans les concessions étrangères en Chine. Cependant, à la différence de la plupart des étrangers installés en Chine à la même époque, la jeune femme, du fait de son mariage, se trouve entre deux mondes qui habituellement se côtoient peu, même si les distinctions reposent moins sur la nationalité que sur la classe sociale. D’un côté, elle se sent exclue de certains milieux étrangers qui la méprisent en raison de son union avec un Chinois. De l’autre, son mode de vie et celui de son mari s’inscrivent parfaitement dans l’univers cosmopolite des concessions et ne correspondent en rien à celui de la majorité des Chinois exclus du cercle étroit des élites.

Capture d’écran 2013-10-02 à 16.18.36

Des concessions à la Révolution culturelle : Tianjin au fil des événements historiques

Au cours de son long séjour à Tianjin, Grace Liu a vu défiler les pages les plus marquantes de l’histoire de la Chine contemporaine. Parmi celles-ci, on peut identifier cinq grandes périodes particulièrement saillantes dans l’ouvrage car ponctuées par des bouleversements généraux aux répercussions personnelles importantes, chacune d’elles ayant marqué un tournant à la fois historique et individuel dans la vie de la famille Liu :

  • Le crépuscule des concessions

Lorsque Grace arrive à Tianjin, les années « folles » de l’histoire des concessions étrangères en Chine touchent déjà à leur fin. Bien entendu, le train de vie luxueux et insouciant mené dans ces enclaves prospères ne laisse en rien prévoir les événements à venir. Dans un premier temps, la jeune Américaine fraîchement débarquée note avec une pointe d’ironie que bien qu’étant en Chine, tout laisse à penser qu’elle et sa famille vivent en-dehors de ce pays étant donné qu’ils habitent dans la concession française placée sous la juridiction du Conseil municipal français. Elle constate également la prééminence de l’élite britannique qui se considère au-dessus de toute autre nationalité tandis que les Chinois sont placés au plus bas de l’échelle. La vieille ville et ses alentours sont considérés comme des territoires non civilisés.

D’une manière générale, Grace n’apprécie pas beaucoup les autres étrangers qui ne se préoccupent que de business. La plupart des Américains vivent dans les districts spéciaux qui correspondent aux territoires des anciennes concessions allemande, autrichienne, russe et belge, respectivement rétrocédés en 1917 pour les deux premières, 1920 et 1929 pour les deux dernières. Placés sous administration chinoise, ils constituent, selon Grace, les quartiers les plus agréables et les plus beaux de la ville. Cependant, Fu-chi ne pouvant vivre en dehors des districts approvisionnés en eau par sa compagnie sans perdre ses avantages de logement, la famille ne peut vivre que dans les concessions française, britannique ou italienne.

Pour la plupart des étrangers présents à Tianjin, les frontières de la ville s’arrêtent à celles des concessions. Cet extrait d’une lettre que Grace envoie à ses proches le 23 novembre 1934 est assez éclairante : « I do want tot write something about China but I have been here only a little over three months and I really have not seen anything of China. Tientsin is just a big commercial city. Nothing pretty, nothing artistic, and nothing typically Chinese. It is much more foreign than Chinese. In a foreign concession you would forget you were in China if it weren’t for the rickshaws and Chinese people (…) In the Chinese native city of course it’s very different from the concessions. I have only been thru it once. The streets are very narrow and crowded and swarming with children.« 

Le confinement et l’isolement des concessions par rapport au reste du pays ont des répercussions jusque dans le traitement de l’information. Comme Grace l’explique, peu après son arrivée à Tianjin, l’Armée rouge, encerclée par les hommes de Jiang Jieshi, commence en octobre 1934 sa Longue Marche qui ne fait à l’époque pas couler une seule ligne d’encre dans les journaux des concessions.

Cette méconnaissance des événements extérieurs renforce le sentiment d’insouciance et de frivolité qui règne dans ces territoires enclavés. Comme l’écrit Grace, « The foreign country club life in that « never-never land » of the concessions—with its horse racing, entertaining and being entertained, the rivalry of hostesses, the British club where members got respectably drunk at five o’clock, and the constant struggle of the lower ranks to clim into the society of the higher—went on unconcerned in the path of a coming hurricane that would sweep it away forever. » L’ouragan qui va ébranler ce monde en vase clos jusqu’ici préservé des tumultes extérieurs est la guerre qui se profile déjà depuis quelques années avec le Japon.

  • La guerre sino-japonaise (1937-1945)

Dès le printemps 1937, avant même la déclaration de guerre officielle, les militaires japonais apparaissent déjà omniprésents dans la ville, comme en témoigne la construction d’une sous-station de police aux allures de forteresse dans la concession japonaise. De plus, les contrôles au niveau des passages entre les concessions se trouvent renforcés.

Pendant ce temps, Grace raconte son déménagement rue Fontanier, toujours dans la concession française, qu’elle décrit comme typiquement européenne avec des boulevards pavés, des trottoirs bordés par de longues rangées d’arbres et éclairés par des lampes de rue, le tout entouré de bâtiments au style architectural occidental. Elle évoque aussi l’été passé à Beidaihe (北戴河), l’un des lieux de villégiature favoris des étrangers fuyant la chaleur accablante de Tianjin.

Au même moment, les Japonais envahissent le nord de la Chine. Face à une résistance minimaliste des nationalistes, Beijing se rend sans un combat tandis que Tianjin est quasiment non défendue à l’exception d’une force de police paramilitaire. Grace assiste au début des bombardements le 27 juillet qu’elle observe, comme de nombreux étrangers, depuis les toits des maisons. C’est de là qu’ils voient notamment les bâtiments de l’Université Nankai s’embraser.

Après cinq jours de combat, les Japonais prennent le contrôle de Tianjin. Quelques semaines plus tard, Grace indique que les concessions ont repris leur apparence normale. Il n’en va pas de même pour la ville chinoise qui ressemble à un lieu mortuaire où la plupart des boutiques ont fermé et dont les rues sont désertes à l’exception de quelques patrouilles de soldats japonais.

L’occupation et l’asphyxie japonaises ne tardent pas à gagner les concessions où sont installées des barricades avec un système de contrôle entre les concessions. Tandis que la pression japonaise s’exerce de manière toujours plus pesante, survient en 1939 une inondation catastrophique qui dépasse même les désastres causés par celle qui avait eu lieu en 1917. Cet épisode, raconté de façon détaillée par Grace, représente un véritable traumatisme dans la vie jusqu’à présent plus ou moins préservée de la famille Liu. Elle rapporte notamment qu’une sérieuse inondation était attendue mais pas d’une ampleur telle qu’elle dévasterait les concessions et la ville en elle-même. Tandis que les concessions britannique et japonaise se trouvent totalement envahies par les eaux, seuls quelques points sporadiques de la concession française ont pu être préservés. On sait d’ailleurs (cela Grace ne l’évoque pas) que c’est pour cette raison qu’un grand centre de réfugiés a pu être mis en place à Laoxikai.

L’inondation ne marque qu’un interlude dans la progression de la menace japonaise envers les concessions. Même durant les deux blocus qu’ils ont mis en place à l’encontre des concessions britannique et française, les Japonais n’avaient pas oser s’emparer de ces dernières. Mais après l’attaque de Pearl Harbor en décembre 1941 et le déclenchement de la guerre contre les États-Unis, les troupes japonaises occupent les concessions étrangères restantes à Tianjin.

Par un hasard miraculeux, Grace échappe à l’internement dans le camp de Weixian (Weihsien Internment Camp) où presque tous les étrangers vont être détenus jusqu’à la fin de la guerre. Fu-chi est renvoyé en 1941 à cause des intérêts pro-japonais défendus désormais à la tête de la compagnie des eaux locale. La famille arrive cependant à vivre dans un petit appartement situé dans la concession britannique, cette dernière étant finalement rétrocédée à la Chine le 28 mars 1942.

Dans une lettre datant de 1945, Grace affirme ne pas avoir souffert des horreurs survenues dans d’autres villes. Selon elle, Tianjin était à l’époque l’un des meilleurs endroits où vivre. En 1942, elle et sa famille avaient encore leurs propres biens et le coût de la vie n’avait pas encore atteint des sommets vertigineux. Mais 1943-1944 ont été les pires années avec une inflation galopante rendant l’achat d’aliments de consommation courante presque impossible.

  • L’après-guerre et le conflit civil entre nationalistes et communistes

Les années d’après-guerre sont marquées par des désillusions successives pour Grace et son mari. Ce dernier se trouve directement confronté à la corruption du Guomindang qui a repris en main la ville avec l’appui des Américains. Loin d’être jugés et condamnés, certains anciens collaborateurs pro-japonais sont même nommés à des postes clés.

Après l’échec des Américains dans leurs tentatives de médiation entre nationalistes et communistes, le départ de leurs troupes en 1947 annoncent la relance du conflit ouvert entre les deux partis antagonistes et le début de la guerre civile.

Tandis qu’elle voit nombre d’amis étrangers quitter la Chine par crainte de l’arrivée des communistes dans la ville, la famille Liu attend ces derniers avec un sentiment mêlé d’appréhension et de résignation.

  • La prise de Tianjin par les communistes et les premières décennies au pouvoir

L’arrivée des communistes à Tianjin et la proclamation de la République populaire de Chine le 1er octobre 1949 constituent un tournant majeur dans l’histoire chinoise. Pour les Liu, ces événements représentent également le début d’une nouvelle ère. La communication entre Grace et sa famille américaine devient de plus en plus difficile à mesure que l’antagonisme entre la Chine et les États-Unis grandit. En 1950, alors que les deux pays sont sur le point d’entrer en guerre, Grace constate avec amertume l’abîme qui la sépare désormais de ses proches, d’autant que les États-Unis entrent dans une période marquée par un anti-communisme féroce et que, de son côté, notre Américaine n’hésite pas à critiquer ouvertement l’impérialisme déguisé de son pays.

Il faut dire que Grace et sa famille profitent d’un climat favorable durant les premières années du régime communiste. Les compétences de Fu-chi étant nécessaires à la reconstruction du pays, celui-ci est nommé en 1954 à la tête de l’Institut pour la conception de l’approvisionnement de l’eau urbaine et du traitement des déchets liquides. Ce poste qui implique des fonctions à l’échelle nationale doit amener Fu-chi à quitter la Tientsin Water Works Company et à s’installer à Beijing. Mais ce projet va tourner court en raison des problèmes de santé de Fu-chi qui succombe d’un cancer des poumons.

Malgré ce coup terrible, Grace n’envisage pas de retourner aux États-Unis sachant que son mari aurait souhaité que leurs enfants grandissent en Chine. Décidant de respecter ses dernières volontés, elle reste à Tianjin et doit affronter des conditions de vie plus difficiles. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle trouve un poste de professeure d’anglais à l’Université Nankai et tente de faire évoluer la méthode d’apprentissage utilisée jusqu’alors et dont les résultats apparaissent plus que mitigés.

  • La Révolution culturelle

Il n’est cependant pas aisé de faire évoluer l’enseignement quand le pays tout entier se trouve secoué par des vagues successives de critiques et d’auto-critiques. Elles atteignent leur paroxysme avec la Révolution culturelle qui débute en 1966 par un débat sur l’abolition des examens d’entrée à l’université. En tant que professeure, Grace se trouve aux premières loges de la furie estudiantine qui s’attaque à toutes les formes d’autorité de l’université étiquetées comme des « intellectuels bourgeois réactionnaires ». Du fait de son statut, Grace n’échappe pas aux séances de dénonciation publique. Elle subit stoïquement toutes les critiques infondées qui lui sont adressées.

Quelques années plus tard, lorsque les tumultes révolutionnaires commencent à s’apaiser, Grace saisit l’occasion de revoir sa famille et s’envole à la fin octobre 1974 avec son fils pour les États-Unis, pensant ne dire qu’un au revoir au pays qui est devenu le sien. Ce sera finalement un adieu.

La posture de l’historien face aux témoignages individuels d’une époque

L’œil de l’historien observe avec une attention particulière ce type de récits mêlant souvenirs personnels et événements historiques. A travers l’histoire individuelle d’une femme et de sa famille, c’est tout un pan de la grande Histoire qui se révèle à lui sous un angle original. Ces témoignages permettant de naviguer entre macro et micro histoire offrent des passerelles de compréhension indispensables à nos travaux de recherche. Ils apportent une précision et une densité supplémentaires au récit factuel des événements que l’on trouve habituellement dans les archives. Mon intuition me pousse à leur lecture du fait de cette complémentarité qui reste parfois trop négligée dans des recherches historiques reposant le plus souvent sur des documents officiels ou diplomatiques.

Mon analyse en cours du récit visuel d’un officier de justice militaire français ayant vécu dans la concession française de Tianjin de 1931 à 1935 s’inscrit justement dans cette optique de décloisonnement entre micro et macro histoire. L’idée est que toute trajectoire individuelle, du moment qu’elle se trouve suffisamment documentée, peut en apprendre davantage sur son époque que les simples détails routiniers du quotidien qu’elle paraît renfermer de prime abord. Ce que l’on entend par « suffisamment documentée » ne désigne pas forcément des traces écrites. Si l’on considère par exemple le récit de Grace et le fonds photographique et filmique de notre officier de justice militaire français, tous deux répondent à ce critère mais à travers des supports différents. Dans le premier cas, nous avons de la matière écrite et détaillée sans l’information visuelle qu’il nous faut imaginer. Dans le second, c’est l’inverse, nous ne disposons que d’éléments visuels disparates qu’il nous faut reconstituer, articuler et raconter. Chacun de ces supports revêt une importance équivalente pour un travail de reconstitution historique et il serait incohérent de vouloir en privilégier un par rapport à l’autre. Leur complémentarité impose leur croisement et leur confrontation pour un enrichissement réciproque et une exploitation historique pertinente. Dans les deux cas cités, cette mise en parallèle est chronologiquement et spatialement possible puisqu’en 1934, les deux familles concernées vivaient toutes deux dans la rue Saint Louis. On reste songeur en pensant qu’au détour d’une rue, d’un magasin ou d’un parc quelconques elles se sont peut-être croisées…

Un récit exceptionnel

Ayant vécu de 1934 à 1974 à Tianjin, Grace Liu nous offre, à travers son témoignage, un panorama unique de l’évolution de la ville au fil des événements jalonnant son histoire. Le caractère exceptionnel de son récit tient principalement à cette longue durée de séjour liée à son mariage avec Fu-chi. A la différence de la plupart des autres étrangers partis quelques années après l’arrivée des communistes au pouvoir, Grace se distingue par le maintien indéfectible de son ancrage dans son pays d’adoption. Même meurtrie par les ravages de la Révolution culturelle, elle ne renonce en rien à son projet pédagogique et s’y consacre avec encore plus d’acharnement. Suite à son retour aux États-Unis et jusqu’à sa disparition, elle espère revoir la Chine et conserve un amour et une confiance inébranlables en ce pays et ses habitants.

Le risque pour l’historien face à ce type de témoignages réside évidemment dans l’empathie inévitable qu’il peut ressentir pour le personnage dont il suit page par page le parcours de vie. Dans le cas de Grace Liu, on ne peut en effet être qu’admiratif devant la détermination, le courage et la volonté de cette femme. Il n’en reste pas moins que certaines de ses analyses sur la situation de la Chine, notamment après 1949, ne sont que partielles et partiales, intrinsèquement déterminées par son propre vécu. Si, comme son mari, elle voit venir avec une certaine bienveillance les communistes à Tianjin après avoir directement soufferts de la corruption sous le régime du Guomindang, cette impression positive ne se dément pas, bien au contraire, dans les années suivantes. Elle semble même frôler l’aveuglement à certains moments d’où une désillusion et une blessure d’autant plus profondes lors de la Révolution culturelle. Mais à la différence d’autres témoignages comme celui de Jacqueline Dubois (Le Gué Du Ciel, Mes Années Chinoises. Paris: Flammarion, 1989) qui retrace surtout des événements personnels avec quelques inexactitudes historiques (peut-être du fait de son écriture tardive), le récit de Grace, principalement constitué de lettres d’époque, renferme une richesse et une précision historiques assez inédites me semble-t-il pour un écrit contemporain des faits.

Pour conclure sur ce destin exceptionnel et sa portée historique, je n’ai pu trouver meilleurs mots que ceux écrits en fin de préface sous la plume d’Eleanor Cooper, la cousine de Grace qui a entrepris la rédaction de cet ouvrage avec le fils de cette dernière, William Liu : “Love for one man drove Grace to defy cultural norms, to leave her family and her nation and face nearly insurmountable odds. Her family — which found it hard at first to accept her marriage — were ultimately reunited with her after twenty years of silence and forty years of separation. In a real sense, it is a story about the ordinary people who live through history in all its contradictions and complexities, tending to their families, and carrying forward a renewed commitment to each generation.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Parution de l’ouvrage « La France en Chine du XVIIe siècle à nos jours » de Bernard Brizay

Le 31 janvier 2013 est paru, aux éditions Perrin, le dernier ouvrage de Bernard Brizay, intitulé La France en Chine du XVIIe siècle à nos jours.

Voici le résumé donné en quatrième de couverture :

«Tout commence avec Louis XIV, qui envoie des savants missionnaires jésuites à la cours de l’empereur Kangxi avec le fol espoir de convertir le souverain et ses sujets au catholicisme. La présence française, alors relativement pacifique, devient, au XIXesiècle, beaucoup plus agressive : trois fois en guerre avec la Chine, la France participe aux côtés de la Grande-Bretagne au tristement célèbre sac du palais d’Été en 1860. Des Français de tous horizons y sont alors nombreux : militaires, diplomates, explorateurs, aventuriers, sinologues écrivains, hommes d’affaires. A travers leurs réalisations, se dessine une histoire riche, diverse, étonnante et passionnante, où l’on croise le père Huc, Paul Claudel, Victor Segalen, les aventuriers de la Croisière jaune, les concepteurs fous du train de Yunnan, les canonnières du Yang-Tsé, et jusqu’à De Gaulle, le premier chef d’État occidental à reconnaître la Chine de Mao. Si ce pays doit beaucoup à la France, l’inverse n’en est pas moins vrai, et l’auteur nous livre en filigrane une vision nouvelle des rapports franco-chinois de 1685 à nos jours.»

Bernard Brizay, né en 1941, est journaliste et historien de formation. Il a rédigé, depuis les années 2000, des ouvrages consacrés à l’histoire chinoise pour laquelle il s’est pris de passion depuis sa découverte du pays lors d’un premier voyage en août 1979. Parmi les livres déjà parus, on retiendra surtout Le Sac du Palais d’Été, Troisième Guerre de l’Opium (paru en 2003) ainsi que Les Trois sœurs Soong. Une dynastie chinoise du XXe siècle (paru en 2007), tous deux très minutieusement documentés.

En attendant la lecture critique de ce nouvel ouvrage que l’on retrouvera dans la rubrique « Historiographie » de ce blog, on peut déjà se réjouir de la parution d’une telle synthèse dont le sujet reste encore trop largement négligé par les sinologues français.


Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

Compte-rendu de lecture : La France en Chine (1843-1943)

Compte-rendu de lecture sur l’ouvrage publié sous la direction de Jacques WEBER, La France en Chine (1843-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997.

Créé en 1968, le CRHMA (Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique), devenu CRHIA (Centre de recherches en Histoire internationale et atlantique) en 2004, constitue la principale structure de recherche de l’UFR Histoire, histoire de l’art et archéologie de l’Université de Nantes. L’équipe d’accueil a été créée le 14 juin 1968 sous le nom de Centre de Recherches sur la France Atlantique. En 1984, il est devenu le CRHMA avant de prendre enfin, dans le contrat quadriennal 2004-2007, l’appellation de CRHIA. Il a été dirigé par Jean-Pierre Bois de 1999 à 2005 puis par Michel Catala, professeur d’histoire contemporaine, élu en mai 2005. Il s’agit d’un Centre de recherches en histoire des relations internationales, ouvert à tout ce qui se rapporte aux identités régionales et aux géostratégies dans le monde atlantique. Élargies à l’histoire militaire et à l’histoire maritime, ses études s’intéressent principalement au domaine atlantique et à l’histoire de la côte atlantique de l’Europe.

Devenue objet d’étude dès la fin de la Seconde Guerre mondiale sous l’impulsion de Jacques Godechot avec son concept de « révolution atlantiste » et l’historien américain Robert Roswell Palmer, l’histoire de l’espace atlantique s’est progressivement imposée comme le lieu d’une rénovation historiographique de premier ordre. Le courant de l’Atlantic History a ainsi éclairé d’un jour nouveau la construction des sociétés atlantiques à travers les relations tissées dans la longue durée entre les différents continents. Si l’histoire internationale se trouve privilégiée à Nantes, c’est surtout en raison de son passé de grand port colonial en relation avec les Antilles, l’Afrique occidentale, l’Océan Indien et la Chine. Cet héritage historique induit une large ouverture sur l’histoire des relations internationales et sur l’histoire maritime ainsi que sur leurs interactions réciproques. Les historiens nantais, tout en mettant leurs recherches en accord avec les spécificités historiques de leur ville et de leur région, travaillent dans trois directions principales : l’évolution historique de l’Ouest atlantique, les relations internationales ainsi que l’histoire diplomatique et militaire. Pour cela, ils s’appuient prioritairement sur les ressources des deux grands dépôts d’archives de la ville : d’une part, les Archives Départementales de Loire-Atlantique, dont les ressources peuvent être complétées par les ressources propres des Archives municipales, celles des trois musées de la ville, des dépôts départementaux voisins ainsi que par les ressources des deux grands centres parisiens, le Centre Historique des Archives Nationales et la Bibliothèque nationale de France. D’autre part, le Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, ouvert en 1987, conserve les fonds rapatriés des ambassades et postes diplomatiques français à l’étranger, les archives des protectorats du Maroc et de la Tunisie, celles du mandat Syrie-Liban et diverses séries de l’administration centrale.

Celles rapatriées des divers consulats implantés en Chine à partir du milieu du XIXe siècle constituent un fonds particulièrement riche et ont suscité, de la part des chercheurs, un véritable regain d’intérêt pour le pays et pour les relations franco-chinoises. C’est le cas de l’historien Jacques Weber, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Nantes et spécialiste de l’Asie orientale. Même s’il a beaucoup écrit sur les relations internationales en Asie du Sud depuis 1947, ses recherches portent principalement sur l’Inde durant la période coloniale et plus particulièrement sur l’Inde française, les relations entre la France et l’Inde du XVIIe au XXe siècle, les Missions en Inde et l’émigration indienne vers les colonies françaises ainsi que, d’une manière plus générale, sur les politiques indigènes de la France dans ses colonies de 1870 à 1962.

C’est dans cette optique qu’est entreprise, sous sa direction, la publication d’un ouvrage de synthèse sur la présence française en Chine de 1843 à 1943, c’est-à-dire de l’installation d’un consulat à Macao qui marque la naissance du réseau diplomatique français jusqu’à la rétrocession des concessions par le gouvernement de Vichy en juillet 1943. Regroupant une quinzaine d’articles rédigés par différents chercheurs, ces derniers tentent, à la lumière des sources diplomatiques accessibles depuis 1987, d’esquisser une première approche des relations entre la France et la Chine durant ce siècle de présence en brossant un portrait général des entreprises françaises, de leurs objectifs, de leur réalisation concrète et de leur réception au sein de la société chinoise. Outre la description des différentes facettes de la présence française en Chine, on y trouve, de surcroît, une mise en évidence des contradictions et des hésitations quant à l’orientation générale de la diplomatie française.

  1. Apports historiques : présentation et problématisation générale

    1. La France en Chine : une action multiforme

Pour aborder la question de la présence française en Chine, Jacques Weber a choisi d’organiser les différentes problématiques autour de trois axes majeurs que sont l’action culturelle, l’action commerciale et l’action diplomatique. Agissant le plus souvent en totale synergie, il semble extrêmement difficile de dissocier chacune de ces trois composantes ; elles apparaissent d’ailleurs toutes de manière plus ou moins évidente dans chacun des cinq chapitres que comporte l’ouvrage.

L’action culturelle, tout d’abord, représente un aspect des plus saillants de la présence française en Chine si ce n’est l’aspect prédominant. En effet, à travers l’action des missionnaires à laquelle est consacrée tout le premier chapitre, on peut lire une part importante de la politique et de la diplomatie française en Chine. Cela tient principalement au monopole tacite que la France obtient, au lendemain de la seconde guerre de l’Opium, en octobre 1860, sur l’évangélisation et la protection des catholiques sur le territoire chinois. Comme le montre Chris Guignet dans son article « Le protectorat religieux français en Chine. Le cas des Missions du Huan, Hubei et Henan (1842-1911) », la question du protectorat religieux français en Chine est plus politique que religieuse puisqu’elle permet à la France d’affirmer sa présence économique, politique, morale et culturelle auprès des autorités chinoises. Pascal Collineau, dans l’article « Les missionnaires agents de l’influence française : l’exemple du problème politico-missionnaire au Sichuan » va encore plus loin en tentant d’analyser le lien et l’évolution du rapport entre le missionnaire et sa patrie. Bien que représentant un agent actif de l’impérialisme français et du jeu « politico-missionnaire » selon l’expression de Collineau, le rôle du missionnaire ne doit cependant pas être perçu uniquement à travers ce prisme d’étude. L’idée-force de Collineau est justement de montrer qu’influence française et influence catholique ne se superposent pas aussi parfaitement qu’on pourrait le croire. Les années 1920 constituent, pour lui, le véritable point de rupture entre diplomates et missionnaires qui ne fait que s’accentuer au point, qu’à la veille de l’invasion japonaise en 1937, elle semble irréversible, les diplomates considérant toute oeuvre missionnaire inutile et même contraire aux intérêts de la puissance protectrice. Outre ce manque de soutien, l’activité évangélisatrice se trouve confrontée à deux entraves majeures : des freins d’ordre culturels, d’une part, avec une certaine incompatibilité entre la religion catholique et les valeurs ancestrales chinoises ainsi qu’avec le problème de la barrière linguistique ; d’autre part, le contexte politique et social du pays, particulièrement agité, n’est pas pour faciliter la tâche des missionnaires qui, pris entre famines et guerres, se trouvent régulièrement victimes de pillages ou de massacres, notamment au Sichuan de 1898 à 1902.

La présence culturelle française ne se limite cependant pas au domaine religieux, elle revêt aussi toute une dimension pédagogique à travers des activités d’enseignement auxquelles Jacques Weber a choisi de dédier un chapitre intitulé « La Chine à l’école de la France ». Parallèlement à l’activité des missionnaires, l’État français déploie, dès 1910, toute une politique volontariste dans le domaine de l’enseignement qui vient compléter et non concurrencer l’action évangélisatrice. C’est ce que nous montre Frédérique Girard dans son article sur l’enseignement du français à Shanghai de 1911 à 1937 en s’intéressant aux établissements les plus fameux comme l’Université Aurore et l’Institut technique franco-chinois, les deux fleurons de l’œuvre d’enseignement français à Shanghai. Ces derniers incitent d’ailleurs de nombreux étudiants à venir se former en France dans le cadre du « mouvement des étudiants-ouvriers » lancé à partir de 1912.

Dans cette même optique d’échanges et de contacts culturels, l’arsenal de Fuzhou offre, enfin, l’exemple inédit et atypique d’une collaboration scientifique et technologique entre la France et la Chine. Le chantier, l’un des plus importants de l’Empire chinois voire d’Extrême-Orient, est inauguré le 18 février 1869. Il s’inscrit dans un contexte de modernisation éphémère qui apparaît, suite à l’avènement de l’empereur Tongzhi (1861-1875), sous l’impulsion de grands réformateurs tel Zeng Guofan dont le slogan « Le savoir chinois comme fondement, le savoir occidental comme moyen » appelle à une assimilation du savoir occidental. La marine chinoise nécessitant un important développement, la France se propose ainsi de créer une marine chinoise, technologiquement performante et de la taille des meilleurs flottes européennes. Ce transfert de savoir et de compétence qui s’étale sur vingt ans se révèle finalement être un semi-échec, tant pour la France que pour la Chine. Outre les coûts de construction exorbitants, les apports retirés de l’arsenal, du côté chinois, souffrent du manque d’expérience des officiers dans leur commandement. Quant à la France, après une période d’apogée et de prestige liée aux débuts prometteurs du projet, elle sabote elle-même l’arsenal lors de la guerre de 1884-1885, déclenchée autour de la question de main-mise sur le Tonkin qu’elle obtient avec le traité de Tianjin. Les intérêts politiques restent, en effet, toujours sous-jacents dans chacune des activités entreprises en Chine.

L’action diplomatique qui révèle la ligne directrice de la politique française est ainsi mise à jour à travers l’analyse de sa présence militaire dans la troisième partie de l’ouvrage, une présence qui se matérialise sous différents aspects dont on a ici quelques exemples. On peut citer celui, développé par Hervé Barbier, des canonnières du Yangzi qui, de 1900 à 1941, combinent deux orientations majeures de la politique française : une stratégie offensive avec la volonté d’accentuer la pénétration française au Sichuan et d’en faire l’hinterland du Tonkin qui se double d’une stratégie défensive marquée par la volonté d’assurer le rôle traditionnel de protection des Missions catholiques et des intérêts français. On retrouve d’ailleurs cette stratégie dans le Corps français d’occupation de Chine, créé en 1902, qui, tout en protégeant les ressortissants français, constitue un instrument de pénétration économique et commerciale au service de l’administration et des entreprises françaises. Il ne faudrait certes pas oublier le rôle moteur des intérêts économiques et commerciaux dans la politique française en Chine. C’est ce qui ressort au travers d’un article de Virginie Piaud sur l’opium et les intérêts français au Yunnan ou encore de la dernière partie de l’ouvrage consacrée à la Concession de Shanghai qui, fondée en 1849, représente le fleuron de la présence économique française en Chine. Cependant, comme le souligne Jean-Marie Lasalle, le bilan des activités commerciales est plutôt mitigé et ne tient pas la comparaison face à d’autres Puissances comme l’Angleterre et les États-Unis, ce qui s’explique par l’antériorité de leur présence mais aussi et surtout par un manque de cohérence générale dans la ligne directrice de l’action française en Chine.

    1. Bilan critique d’un siècle de présence

Comme le souligne Jacques Weber, le bilan de ce siècle de présence est plutôt modeste. Hormis peut-être en ce qui concerne l’enseignement et la religion, la France a laissé une empreinte moins profonde en Chine que la Grande-Bretagne par exemple. Le seul domaine où la France a eu un véritable rayonnement est le domaine culturel bien que les institutions scolaires et universitaires n’aient finalement touchées qu’une portion infime de la population chinoise. En outre, le soutien aux missionnaires est finalement très fluctuant selon les événements et les opportunités politiques. Quand ils sont appuyés par le gouvernement français, c’est davantage par calcul politique que par désir de favoriser l’évangélisation. D’ailleurs, après la révolte des Boxers de 1901, l’un des grands débats qui va diviser la classe politique française concerne justement la légitimité du protectorat sur les Missions catholiques. Chris Guignet met en évidence les deux critiques majeures formulées à l’encontre de ce soutien. D’une part, d’un point de vue politique, les missionnaires sont pointés du doigt comme une source de conflits perpétuels avec les autorités chinoises nuisant à l’image et aux intérêt de la France. D’autre part et c’est sans doute le point le plus intéressant, on s’interroge sur l’extrême paradoxe de ce soutien alors même que l’anticléricalisme triomphe à Paris. Toutes ces tergiversations se retrouvent, d’une manière générale, dans les autres composantes de la présence française en Chine.

D’un point de vue économique, si la France apparaît largement devancée par les autres Puissances, c’est principalement en raison d’un manque de soutien voire d’un certain mépris du Quai d’Orsay pour les entreprises menées en Chine, vues comme trop lointaines. Ce désintérêt, souvent souligné par les diplomates en poste en Chine, entraîne un certain flottement de la politique française qui, faute d’une ligne directrice claire, se retrouve paralysée et embourbée dans des hésitations et des débats incessants. D’ailleurs, si les questions asiatiques sont plutôt négligées c’est surtout parce que la métropole a tendance à privilégier les questions africaines.

  1. Approche historiographique

    1. Des « forces profondes » au transnationalisme

Pour Yves-Henri Nouailhat, cet ouvrage collectif se place dans la pure tradition historiographique proposée par Renouvin et Duroselle, les articles abordant tant le rôle des hommes, qu’ils s’agissent des diplomates, des consuls, des missionnaires ou encore des militaires, que celui des structures politiques, économiques et sociales.1 S’inscrivant pleinement dans cet héritage, les articles semblent adopter une approche que l’on pourrait qualifier de transnationale avec une description multiscalaire des phénomènes historiques, proche en cela d’autres courants actuels comme l’histoire globale, mondiale ou encore connectée.

    1. Un angle d’étude novateur

Cette approche transnationale permet justement un profond renouvellement des travaux sur les relations internationales entre la France et la Chine. En effet, par rapport aux études traditionnelles sur l’histoire de la Chine ou de la France où l’on considère l’une ou l’autre de manière séparée, on constate ici une volonté et un réel souci de fondre les deux, mesurant leurs échanges et leurs interactions réciproques. Des points, souvent occultés et négligés dans de nombreux travaux, sont ici mis en lumière. C’est le cas de la politique culturelle de la France à l’étranger qui, dans l’historiographie contemporaine, a longtemps fait figure de parent pauvre.

Dans cet ouvrage collectif, aucun aspect de la présence française n’est occulté. On regrettera peut-être un manque d’approfondissement en ce qui concerne la réception de la politique française au sein de la société chinoise. Il eut été intéressant de se pencher davantage sur les réactions nationalistes qui se manifestent sous la forme d’une propagande anti-impérialiste allant des simples tracts jusqu’aux grèves ou aux manifestations de masse comme c’est le cas à Tianjin en 1916-1917 à propos de l’extension de la concession française, événement qui va alors infléchir de façon définitive les rêves d’expansion territoriale français dans la ville.

  1. Intérêt didactique

    1. Apports conceptuels et épistémologiques

S’il est novateur pour l’histoire de la Chine et celle de la France à travers cette « histoire croisée » entre les deux nations, l’angle d’étude de l’ouvrage l’est aussi pour l’étude des relations internationales en général car il offre de nouvelles pistes de lectures tant sur le plan événementiel que sur le plan méthodologique. L’ouvrage étudié nous permet, en effet, notamment à travers le chapitre consacré à la concession française de Shanghai, de s’interroger sur les spécificités de la présence française en Chine dont le système de concession apparaît comme une sorte d’aboutissement. L’expression de « microcosme planétaire »2, employée par Vincent Bouvier d’Yvoire pour qualifier les concessions étrangères implantées en Chine, cristallise à elle seule tout l’enjeu épistémologique de cette notion dont l’ouvrage contribue à faire ressortir l’extrême complexité. Les concessions apparaissent comme un cadre d’étude privilégié et atypique pour caractériser les relations internationales ; il est cependant peu aisé d’en déterminer la véritable nature et leur lien vis-à-vis du colonialisme en général. De fait, la concession donne l’impression d’un colonialisme inachevé car l’ambition d’une domination qui dépasse le simple cadre économique et commercial est réelle mais pourtant, il s’agit d’une domination territoriale très limitée. Le terme même de concession est d’ailleurs révélateur car il implique une forme de compromis. Tandis que Pascal Collineau parle d’une « semi-colonisation de la Chine »,3 Florence Perrais évoque plutôt l’idée d’une « annexion déguisée »4 pour le cas de la concession de Shanghai.

    1. Points de comparaison entre les concessions françaises en Chine

Si la notion de concession est ainsi mise en lumière, c’est principalement parce qu’elle s’inscrit dans la réflexion générale de mon travail de recherche. L’ouvrage dirigé par Jacques Weber permet une présentation générale des fonds et sources diplomatiques consultables à Nantes, ces archives étant essentielles pour obtenir de plus amples informations concernant le statut juridique et les affaires intérieures des concessions, notamment en ce qui concerne les œuvres culturelles et d’aménagement urbain.

Le chapitre sur la concession française de Shanghai permet de dégager quelques traits saillants propres aux concessions françaises en Chine et que l’on retrouve dans les archives concernant celle de Tianjin. Par exemple, ce qu’écrit Florence Perrais sur l’attitude française face aux Chinois à Shanghai se retrouve de façon identique pour le cas de Tianjin. Elle évoque, en effet, le conflit incessant opposant, sur place, les conseillers municipaux au consul, les conseillers s’opposant de manière quasi systématique à toute demande chinoise qu’elle soit fondée ou non. Parallèlement, les consuls, ayant une attitude plus ouverte et plus compréhensive, font alors pression sur le conseil qui se retrouve dans l’obligation de céder. Comme le souligne très justement Florence Perrais, il ne faut cependant pas se méprendre sur les intentions du consul qui, bien que parfois animé d’une réelle compréhension pour les problèmes des résidents chinois, les utilise surtout comme instrument politique. A Tianjin, la situation est encore plus tendue et se traduit sous la forme d’un véritable blocage dans le fonctionnement des pouvoirs, le consul allant jusqu’à suspendre le conseil municipal en 1923. Cet exemple est certes anodin mais il montre que l’on peut dégager des traits communs sur les principes d’organisation et de gestion des concessions en Chine.

Conclusion

Pour qualifier les relations franco-chinoises au XXe siècle et leurs antécédents au cours des trois siècles antérieurs, Laurent Césari emploie la formule de « grandeur et déclin »5, ce qui correspond bien à l’évolution de la présence française en Chine de 1843 à 1943 telle qu’elle apparaît à travers l’ensemble des articles proposés dans cet ouvrage collectif. Témoignant de la richesse du fonds des Archives diplomatiques de Nantes, l’ouvrage, sous l’impulsion de Jacques Weber, permet de renouveler l’étude des relations entre les deux pays en élargissant l’approche diplomatique à d’autres domaines comme celui des échanges culturels. Il s’agit donc d’une référence bibliographique majeure pour mon sujet de Mémoire qui s’inscrit dans la même perspective que celle des différents chercheurs en se plaçant dans la continuité de leurs recherches. A noter enfin que l’ouvrage consulté est la première édition qui date de 1997. Depuis, il faut signaler l’existence d’une réédition en 2008 et qui comprend trois nouvelles contributions : l’une de François de Sesmaisons : « Un Breton confronté à la Chine du siècle des missions : Mgr Jean de Guébriant (1860-1935) », l’une de Nicole Tixier : « Ernest Frandon. Une carrière consulaire en Chine (1882-1900) » et l’autre, dans un nouveau chapitre intitulé « Images de Chine », de Xavier Antoinet : « La Chine et les Chinois vus par les photographes occidentaux de 1884 à 1938 ». C’est justement là tout l’intérêt de l’ouvrage, appelé à être constamment complété par de nouvelles recherches.


Notes

1 WEBER Jacques (dir.), La France en Chine (1853-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997, p. 267.

2 BOUVIER D’YVOIRE Vincent, Les concessions françaises en Chine (1916-1929) : Canton, Hanketou, Tientsin, Shanghai, Mémoire de Maîtrise présenté sous la direction de René GIRAULT, 1988, p.252.

3 COLLINEAU Pascal, « Les missionnaires, agents de l’influence française. Le problème politico-missionnaire au Sichuan (1898-1937) » in WEBER Jacques (dir.), La France en Chine (1853-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997, p. 56.

4 PERRAIS Florence, « Français et Chinois à Shanghai (1850-1880) » in WEBER Jacques (dir.), La France en Chine (1853-1943), Nantes, Presses académiques de l’Ouest, Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, Université de Nantes, 1997, pp. 131-132.

5 CESARI Laurent (dir.), Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, acte du colloque d’Arras, Artois Presses Université, 2003, p. 9.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale), mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts