Archives de catégorie : Sources visuelles /Visual sources

雷鳴遠 [Vincent Lebbe] : Chinois parmi les Chinois

Dans la continuité de récits portant sur des destins exceptionnels liés à Tianjin tels que celui de Grace Liu qui avait fait l’objet d’un précédent article, c’est le parcours et le rôle  profondément atypiques d’un autre personnage qui ont inspiré l’écriture du présent billet.

Cette présentation s’appuie en grande partie sur le documentaire « Lei Ming Yuan [Vincent Lebbe] : Le tonnerre qui chante au loin – Chinois parmi les Chinois » que l’on peut regarder en ligne.

qdpbperzbsooedsoezbcoodaesDVD-Lebbe-couverture-verso-211x300

Vincent Lebbe, de son nom chinois Lei Mingyuan 雷鳴遠 (1877-1940) est un missionnaire belge appartenant à la congrégation des Lazaristes, arrivé en Chine en 1901 et dont les idées nouvelles, mêlées à un profond attachement pour ce pays et son peuple, vont conduire à d’importantes mutations au sein de la communauté missionnaire de l’époque et à l’intérieur de l’Église catholique elle-même.

Le choix de s’attarder sur le parcours de cet individu n’est évidemment pas le fruit du hasard puisque j’ai découvert il y a quelques mois seulement le rôle et l’influence considérables qu’il avait exercés dans l’Affaire Laoxikai dont l’étude représente l’un des piliers de ma thèse.

Mon analyse s’attardera davantage sur la première moitié du documentaire évoquant la vie du père Lebbe des années 1900-1920, période qui m’intéresse tout particulièrement dans le cadre de mes recherches.

Malgré une présentation un peu datée et l’énumération de quelques clichés vis-à-vis de la Chine, le documentaire commence par rappeler l’importance de la figure de Vincent Lebbe en Chine et à Taiwan où il est le seul Européen dont la mémoire soit honorée dans le Sanctuaire des martyrs de la révolution nationale.

Le récit continue ensuite en plantant de manière synthétique le décor historique dans lequel Vincent Lebbe s’inscrit, à savoir le contexte d’une Chine occupée par plusieurs puissances étrangères suite aux guerres de l’Opium. La situation des chrétiens dans cet Empire affaibli se trouve également évoquée, notamment la relation étroite qui les relie à la France du fait du droit de protection des missionnaires de toutes nationalités que cette dernière a peu à peu monopolisé. Cette prérogative ne s’exerçant évidemment pas sans contre-parties, l’Église se trouve, de fait, dans un rapport de soumission vis-à-vis de la tutelle française sur laquelle elle s’appuie notamment pour obtenir des financements divers. Cela créée une forme de dépendance qui explique en partie la position intenable dans laquelle Vincent Lebbe met l’Église lorsqu’il prend parti contre les Français dans l’Affaire Laoxikai. La réaction de ces derniers face à cette forme de « rébellion interne » ne se fait pas attendre. L’expression de « missionnaires indisciplinés » employée par le consul de France à Tianjin, Henry Bourgeois, (M.A.E., Centre des Archives diplomatiques de Nantes (C.A.D.N.), Article n°40, Missions et affaires religieuses, [Archives du Consulat de France à Tianjin], 1909 1951, Dépêche de M. Bourgeois, consul de France à Tianjin à S.E.M. Le Président du Conseil, Ministre des Affaires étrangères à Paris, 13 décembre 1916) pour qualifier l’action de Lebbe est d’ailleurs très révélatrice de l’obéissance et de la soumission attendues de l’Église.

Vincent Lebbe va très vite prendre une certaine indépendance vis-à-vis de cet accord tacite régissant les activités des missionnaires. Comme le documentaire le souligne, lorsqu’il découvre la Chine en 1901, il souffre que son Église y soit étrangère. Bien qu’il soit attaché à la France et à sa culture, il se trouve profondément désillusionné et révolté par le comportement des Puissances dans un Empire exsangue. Il faut dire qu’il arrive à l’un des pires moments, paroxysme des tensions dans cette cohabitation forcée entre étrangers et Chinois qui trouve sont incarnation la plus violente dans la révolte des Boxeurs, dont Lebbe attribue 99% des torts aux premiers.

Au cours de son activité évangélisatrice, il est particulièrement choqué par la situation de l’Église catholique dans un pays comptant à l’époque 750 000 baptisés, 900 missionnaires, 40 évêques blancs et 470 prêtres chinois dont les responsabilités, s’ils en ont, restent néanmoins extrêmement limitées.

Durant la majeure partie de sa vie, le père Lebbe va se battre pour donner aux membres du clergé chinois les moyens d’organiser, d’encadrer et de diriger leur Église locale. L’idée qu’il se fait de l’action missionnaire l’amène à se fondre totalement dans la société chinoise « comme un levain dans la pâte ».

Grâce à sa connaissance du chinois qui passe aussi par l’apprentissage des classiques et de la calligraphie dont il a une parfaite maîtrise (en témoignent ses réalisations et ses écrits présentés dans le documentaire), il parvient à une progression rapide dans l’évangélisation dont il a la charge.

17-ii6921-x41Photos extraites de la Galerie du site consacré à Vincent Lebbe.

En 1906, il est nommé doyen du district de Tianjin. Dès son arrivée, il bouleverse les procédés habituels en prenant contact avec les autorités chinoises de la ville. Son objectif qui donnera naissance à la méthode dite « de Tianjin » consiste à faire collaborer ensemble des chrétiens et des non chrétiens chinois sur des actions humanitaires grâce à une implication de l’élite locale.

Mais l’action de Lebbe ne s’arrête pas au domaine religieux. Après la Révolution de 1911, ses discours et les conférences qu’il tient abordent aussi des sujets politiques évoquant l’avenir du pays.

C’est notamment dans ce contexte d’effervescence et de fleurissement des idées nationalistes qu’il créée en octobre 1915 le journal Yishibao 《益世報》 (Social Welfare) dont il confie toute la gestion et l’écriture à des collaborateurs chinois. Très vite, le journal qui possède une certaine liberté de ton va connaître son premier « combat » à travers l’Affaire Laoxikai dont il se fait l’un des relais les plus ardents.

Malgré son statut de missionnaire et la solidarité de fait qu’il est censé témoigner vis-à-vis des Français, Vincent Lebbe s’oppose immédiatement à la volonté de ces derniers d’annexer le quartier situé à l’extérieur de leur concession. Avant même que n’éclatent les incidents du 20 octobre 1916 où, sur ordre du consul de France, neuf policiers chinois sont arrêtés à Laoxikai, le père Lebbe fait part de sa désapprobation, notamment à travers le journal qu’il a contribué à faire naître.

Capture d’écran 2014-01-13 à 18.29.32

Capture d’écran 2014-01-13 à 18.33.00Captures du documentaire « Lei Ming Yuan [Vincent Lebbe] : Le tonnerre qui chante au loin – Chinois parmi les Chinois »

Après le coup de force du consul, l’indignation est extrême à Tianjin. On retrouve notamment dans les journaux d’époque la virulente comparaison, évoquée dans le documentaire, entre l’action de la France et l’invasion de la Belgique par l’Allemagne en 1914.

Parmi ces journaux, le Yishibao 《益世報》 (Social Welfare) et le Dagongbao 《大公報》 (L’Impartial) vont être de véritables fers de lance de l’opposition aux Français par le rapport quotidien et précis qu’ils publient des événements. Chaque jour, ils permettent de suivre les négociations qui se tiennent entre l’Ambassade de France à Beijing et le gouvernement chinois mais aussi entre le consul de France de Tianjin et les autorités locales. Surtout, les deux journaux suivent et encouragent les nombreuses actions lancées à l’initiative des mouvements de protestation qui, loin de déboucher sur une quelconque réaction d’un gouvernement trop affaibli, trouvent un écho national grâce à l’acharnement des élites marchandes et de leurs différents relais. Le ton est sans concession vis-à-vis des Français dont les prétentions aussi bien que le comportement apparaissent démesurés et irraisonnables. En témoigne notamment cette caricature datant du 8 novembre 1916, tirée du journal Yishibao 《益世報》  :

DSCF9322

La grenouille qui salive en regardant avec appétence le cygne qu’elle aimerait pouvoir dévorer représente les Français convoitant le quartier de Laoxikai dont ils voudraient bien s’emparer. La comparaison est flatteuse…

Vincent Lebbe se trouve très vite pris dans la tourmente face aux pressions du Consulat sur l’évêché pour le faire taire. Malgré les ordres de l’évêque de Tianjin qui lui imposent la neutralité dans cette Affaire, le père Lebbe ne cède pas et est éloigné de la ville dès juin 1916. Il y restera indésirable jusqu’à sa mort.

Son exil, d’abord dans un vicariat proche de Tianjin puis dans le sud du pays, représente un véritable déchirement qu’il réussit à dépasser grâce aux projets ambitieux qu’il conserve concernant l’avenir de l’épiscopat chinois.

Après un retour en Europe et un combat difficile, c’est finalement en octobre 1928 que sont consacrés les premiers évêques chinois à Rome, ce qui représente un tournant majeur dans l’histoire de l’Église catholique.

Le père Lebbe finit sa vie en Chine où il acquiert la nationalité chinoise en 1927 et fonde la Congrégation des moines paysans ainsi que celle des Théresiennes en 1928.

Il joue également un rôle important dans la guerre sino-japonaise du côté des nationalistes en suivant les troupes et en soignant les blessés. Emprisonné par les communistes, il meurt peu de temps après sa libération sur intervention de Jiang Jieshi le 24 juin 1940.

Voici brossées à très gros traits quelques étapes importantes d’un parcours extrêmement riche que l’on peut retrouver plus en détails dans le documentaire. Comme le montrent les faits retenus, l’influence du personnage tout comme son discours précurseur sur la religion et la politique constituent une mine d’or pour l’historien.

C’est pourquoi, j’ai déjà prévu plusieurs visites aux archives pour approfondir le rôle plus précis qu’il a tenu dans l’Affaire Laoxikai. D’abord aux archives des Lazaristes, congrégation à laquelle il appartenait puis, dans les mois à venir, aux archives de Belgique où est conservé l’essentiel des documents concernant le personnage et ceux m’intéressant plus particulièrement sur l’Affaire Laoxikai (Fonds I : Archives générales Vincent Lebbe (série A), Documentation générale, 7-8 : L’affaire du Lao-si-k’ai (1916-03.1917) au Centre Vincent Lebbe de l’Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve). J’espère y trouver quelques pépites qui pourraient compléter au fur et à mesure cette analyse très synthétique.

Si la figure de Vincent Lebbe semble assez connue en Chine ou à Taiwan, elle paraît avoir été quelque peu oubliée en France. En Chine, son souvenir est encore présent. J’ai pu le constater moi-même lors d’un entretien à travers le récit d’un diacre retraité de Tianjin pour qui le souvenir de Lebbe et de son action était particulièrement vivace. Côté français et belge, mises à part les recherches appronfondies menées par Claude Soetens, il ne semble pas qu’un ouvrage complet et récent ait été consacré à la vie du missionnaire. Qui sait, peut-être que ce projet pourrait bien mûrir après la thèse ?


Quelques éléments bibliographiques pour les curieux qui souhaiteraient en savoir plus sur le père Lebbe :

Site qui lui est consacré : http://www.vincentlebbe.org/

BD dont le père Lebbe a fait l’objet : Tonnerre en Chine.

Heyndrickx Jérôme, Historiography of the Chinese Catholic Church: Nineteenth and Twentieth Century, K.U. Leuven, Ferdinand Verbiest Foundation, 1994, 518 p. [chapitre de Claude Soetens, « Apôtre et Chinois : Vincent Lebbe (Lei Mingyuan) »].

Luo Longji 罗隆基, « Tianjin Yishibao jiqi chuangbanren Lei Mingyuan 天津益世报及其创办人雷鸣远 (Le journal Yishibao et son fondateur Lei Mingyuan [Vincent Lebbe]) », Tianjin wenshi ziliao xuanji 《天津文史资料选辑》, janvier 1988, nᵒ 42, p. 136‑153.

Sohier Albert, Recueil des archives Vincent Lebbe: un an d’activité du Père Lebbe: 1926, Louvain-la-Neuve, Publications de la Faculté de Théologie, 1984.

Wang Sixian 王思贤, « Wo suo zhidao de Lei Mingyuan 我所知道的雷鸣远 (Lei Mingyuan [Vincent Lebbe] tel que je l’ai connu) », Tianjin zongjiao ziliao xuanji 《天津宗教资料选辑》, 1986, nᵒ 1, p. 73‑83.

Wang Yupeng 王玉鹏, « Yishibao、Lei Mingyuan yu Laoxikai shijian ji dangdai fansi 《益世报》、雷鸣远与老西开事件及当代反思 (Le journal Yishibao, Lei Mingyuan [Vincent Lebbe] et l’Affaire Laoxikai ainsi que des souvenirs d’époque) » dans Bainian endian Jinshi zhi guang 《百年恩典•津世之光》, Tianjin 天津, Tianzhujiao Tianjin jiaoqu yishi bianjishi bianji chuban 天主教天津教区益世编辑室编辑出版, 2012, p. 53‑85.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale) et ATER en histoire moderne-contemporaine et langue chinoises à l'INALCO. Mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts

1928年到1940年间天津影像资料 (Sources visuelles de Tianjin de 1928 à 1940)

« 1928年到1940年间天津影像资料 »

Sources visuelles provenant des archives italiennes (Archivio Storico Luce) et qui présentent, mis bout à bout, plusieurs petits films de 1928 à 1940. Les cinq premières minutes sont particulièrement intéressantes. Elles présentent la ville de Tianjin vue du ciel, filmée par une patrouille de l’armée de l’air américaine lors d’un vol d’exploration. S’ensuivent des images de célébrations faîtes dans la concession italienne de Tianjin en juin 1935 ainsi qu’une visite guidée de la concession, de ses principales constructions et quelques fragments de vie quotidienne.

Fleur Chabaille-Wang (王钰花)

Docteur en histoire (Université Lyon 2, Institut d’Asie orientale) et ATER en histoire moderne-contemporaine et langue chinoises à l'INALCO. Mes recherches portent sur l'expansionnisme territorial, le maintien de l'ordre et l'évolution du nationalisme chinois dans les concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou, ainsi que sur la valorisation de fonds photographiques et filmiques sous forme de récits visuels historiques.

More Posts